Elections municipales 2020 : date, candidats, premiers sondages... Le point

Elections municipales 2020 : date, candidats, premiers sondages... Le point MUNICIPALES 2020 - Les Français votent en mars 2020 pour élire leur maire et leurs conseillers municipaux. Voici ce qu'il faut savoir sur le scrutin et la campagne qui commence déjà.

Dernières actus

Le LR Goasguen prêt à s'allier avec LREM à Paris

L'actualité des municipales du 31 mai - Le député Les Républicains est tout à fait disposé à ce que son parti et la République en marche s'allient pour les municipales à Paris. Interrogé sur Sud Radio, l'ancien maire du XVIe arrondissement s'est montré très clair : "Si on peut avoir un candidat unique, ça serait l'idéal à Paris pour battre Madame Hidalgo. Je suis même prêt à m'allier à des gens de gauche s'il le faut parce que Madame Hidalgo met Paris dans une situation insupportable".

A Paris, LREM en pleine confiance après les européennes

L'actualité des municipales du 29 mai - Le résultat des élections européennes a semble-t-il galvanisé les candidats à l'investiture LREM à Paris. Il faut dire qu'avec 32% des suffrages dans la capitale, tous arrondissements confondus, la liste de la majorité a fait fort. De quoi laisser espérer un élan pour les macronistes en mars prochain, d'autant que la liste PS-Publique de Raphaël Glucksmann, soutenue par Anne Hidalgo, n'a obtenu qu'un peu plus de 8% des voix. "Notre implantation est forte sur Paris. Ceux qui pensaient que nous étions un épiphénomène en sont pour leurs frais", analyse ainsi Benjamin Griveaux, dans des propos rapportés par Le Huffington Post.

Moudenc en tête dans un sondage sur les municipales à Toulouse

L'actualité des municipales du 17 mai - L'institut BVA a effectué un sondage pour le journal La Tribune, donnant l'actuel maire LR de Toulouse largement en tête au premier tour, avec 36% des voix. Si LREM choisit de s'associer à lui - une hypothèse crédible à Toulouse -, alors  Jean-Luc Moudenc recueillerait 40% des suffrages. EELV est créditée de 16% des intentions de vote, le PS de 12% des voix. BVA indique par ailleurs dans son enquête que "64% des Toulousains sont satisfaits de l'action menée par le maire et l'équipe municipale".

Appel à l'union de la gauche à Marseille pour les municipales

L'actualité des municipales du 10 mai - "Nous considérons qu'il y a une petite opportunité en 2020 de changer non seulement de politique mais de façon de gérer la ville ", a déclaré Jean-Marc Coppola, conseiller municipal PCF. Son appel à l'unité a été accueilli "de manière très positive" par Benoît Payan, chef de file du groupe socialiste au conseil municipal. Ce dernier souhaite désormais que la gauche puisse "définir les contours ou la méthode d'un projet rassembleur et progressiste pour Marseille".

Griveaux cible déjà Hidalgo et "sa gestion clanique" de Paris

L'actualité des municipales du 6 mai - L'ancien ministre n'y va pas de main morte. Invité sur BFMTV ce matin, Benjamin Griveaux a estimé que les Parisiens bénéficieraient d'un départ de l'actuelle édile. "Le principal défaut d'Anne Hidalgo, c'est sa gestion clanique et très politique de la ville. Elle est la maire de la moitié des parisiens, celle qui a voté pour elle", a-t-il lancé. Il a par ailleurs indiqué qu'il allait se fixer comme grand objectif de lutter contre la pollution. Il compte instaurer trois examens respiratoires réglementaires pour les enfants, en maternelle, en primaire et au collège ; il a également confirmé qu'il ne rouvrirait pas les voies sur berges.

Bisbilles à Lille sur l'investiture Les Républicains 

L'actualité des municipales du 12 avril - L'investiture LR de l'ancien ministre Marc-Philippe Daubresse pour les municipales à Lille crée des remous. Thierry Pauchet, patron de l'opposition au conseil municipal, investi en septembre par les élus LR et UDI de la ville, a fait part de sa surprise : "Je ne comprends absolument pas le sens de la candidature de Marc-Philippe Daubresse, dont l'avenir est derrière lui", a-t-il déclaré, ajoutant : "Pas question de me retirer. Je suis plus que jamais candidat". Plusieurs conseillers municipaux LR ont publié un communiqué pour dénoncer l'investiture de M. Daubresse. "La décision que nous considérons comme injuste, fait surtout preuve d'un manque de respect et d'un énorme mépris que nous ne pouvons accepter", peut-on lire dans ce communiqué. Laurent Wauquiez appréciera.

Pour les municipales à Nice, le duel Estrosi - Ciotti s'annonce 

L'actualité des municipales du 10 avril - Le maire de Nice, Christian Estrosi, sait que son ancien collaborateur a des vues sur la municipalité. Interrogé sur BFMTV sur une potentielle alliance de LR avec LREM, il a indiqué qu'il n'excluait rien, avec cette phrase sans doute glissée à l'attention de son rival, qui souhaite une opposition frontale au parti de la majorité : "Une récente enquête démontre que quand on est unis, on est plus fort". De son côté, Eric Ciotti temporise. "Je regarde qu'il y a une forte confiance des Niçois : je suis crédité de 30% alors que je ne suis même pas candidat. Ma volonté c'est de servir Nice, d'apporter des réponses", a-t-il fait savoir sur Sud Radio, s'adressant en creux à Christian Estrosi : "Il y a des problématiques de clarification dans notre famille politique, on ne peut pas être dehors et dedans 'en même temps'".

Griveaux quitte le gouvernement pour les municipales à Paris

L'actualité des municipales du 29 mars - Les élections municipales de la capitale revêtent une importance singulière pour la majorité présidentielle, qui compte bien s'emparer des rênes de la ville. "Paris, c'est par essence la ville la plus macroniste de France. On ne peut pas, je dirais même qu'on ne doit pas la perdre ", s'enthousiasme même un ministre auprès du Parisien. Benjamin Griveaux a quitté le gouvernement et démissionné de son poste de porte-parole de l'exécutif pour lancer sa campagne. Jeudi soir, il a tenu une réunion publique pour officialiser sa candidature. Mais d'autres personnalités LREM ont signifié leur intention de se mêler à la course avant que le parti n'investisse son candidat. Benjamin Griveaux doit composer avec les velléités de Mounir Mahjoubi, qui a été contraint de sortir du gouvernement, dans un souci de partialité. Et Cédric Villani, député LREM est toujours aussi intéressé par Paris. "Je suis sûr que le mouvement aura à cœur de mettre en place des règles claires et transparentes pour départager les candidats en toute équité", a-t-il prévenu sur RTL.

Un sondage donne Anne Hidalgo devant ses concurrents à Paris

L'actualité des municipales du 25 mars - Une enquête Ifop-Fiducial pour le JDD fait le point sur les intentions de vote des Parisiens pour les municipales, à un an de l'élection. Selon ce sondage, l'actuelle maire de Paris arriverait en tête au premier tour, quel que soit le candidat LREM investi par le parti de la majorité. Dans le cas le plus probable qu'elle ait à affronter Benjamin Griveaux et Rachida Dati, les intentions de vote seraient les suivants : Anne Hidalgo 24% ; Benjamain Griveaux 22% ; Rachida Dati 16% ; EELV 10% ; La France Insoumise 8% ; Agir 7% ; Le RN 6% ; Parisiennes, Parisiens 3% ; Marcel Campion 1%.

En savoiR PLUS

En mars 2020, tous les citoyens sont appelés à renouveler les quelque 540 000 conseillers municipaux et désigner qui sera leur maire pour les 6 prochaines années. La campagne des élections municipales, comme celle de l'élection présidentielle, est toujours très suivie des Français, qui sont d'ailleurs peu à s'abstenir lorsqu'il faut élire leur maire. Les études montrent que les préoccupations locales sont fortes, mais l'enjeu des municipales dépasse les perspectives locales. Ces élections vont marquer un virage sans doute difficile à négocier pour la majorité et constituent un test pour les partis d'opposition, qui compteront leurs points dans le nouveau paysage politique une fois les nouveaux maires à leur poste. Certes, l'élection européenne, en 2019, a déjà dégagé de nouveaux rapports de force, avec la poussée du RN et la performance des écologistes, mais le résultat des municipales ouvrira une toute autre séquence pour Emmanuel Macron.

Il s'ébruite ça et là, en effet, que le président de la République pourrait engager une nouvelle phase de son quinquennat après les élection municipales, se donnant un nouvel élan et proposant de nouveaux objectifs aux Français, dans le but de préparer sa réélection. Le Parisien, qui s'appuie sur les confessions de proches d'Emmanuel Macron, émettait il y a quelques semaines l'hypothèse d'un remaniement et d'un changement de Premier ministre en milieu d'année 2020, après un premier remaniement en octobre 2018.

Elections municipales

Lors du scrutin des municipales, les habitants d'une commune élisent pour un mandat de 6 ans les membres du conseil municipal, qui désignent alors le maire de la commune. Lors de la campagne, les citoyens savent qui porte les listes présentées et donc quel candidat au sein de celles-ci ambitionne d'être maire. Depuis les élections municipales de 2014, le mode de scrutin est "proportionnel avec prime majoritaire" pour les communes de plus de 1000 habitants. Les candidats de chaque formation se présentent en listes complètes, que les votants ne peuvent pas modifier. Les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages peuvent se maintenir au second tour. Avec 5 % des voix, les candidats d'une liste peuvent fusionner avec une autre liste. Pour les commune de moins de 1000 habitants, le scrutin est "majoritaire plurinominal" avec panachage : les citoyens peuvent voter pour des candidats de listes différentes.

Le nombre de candidats élus au conseil municipal varie en fonction du nombre d'habitants. A titre indicatif, un conseil municipal d'une ville comportant entre 5 000 et 10 000 habitants est composé de 29 élus ; ils sont 43 dans une ville ayant entre 40 000 et 50 000 habitants ou encore 69 pour une ville de plus de 300 000 habitants. Il y a 73 conseillers municipaux à Lyon, 101 à Marseille et 163 à Paris. 

Municipales 2020

Le parti de la majorité actuelle, La République en Marche, n'existait pas lors des précédentes élections municipales. Pour le chef de l'Etat, pour le gouvernement et pour cette toute jeune formation politique, ces premières élections locales constituent un test. Lors des municipales 2020, La République en Marche est-elle capable de s'implanter dans les conseils municipaux, de prendre des villes importantes, d'instaurer dans les territoires un nouveau rapport de force avec les partis traditionnels ?

A Lyon, ville dans laquelle le macronisme s'est déployé avant et plus rapidement que partout ailleurs, Gérard Collomb pourrait être réélu avec l'étiquette LREM. A Paris, tout semble ouvert : une victoire du parti d'Emmanuel Macron apparaîtrait comme une victoire politique majeure pour la majorité. Les observateurs auront aussi les yeux rivés vers d'autres points chauds : Lille, Nantes, Rennes, Nice, Rouen et Strasbourg, villes dans lesquelles les ambitions de LREM sont déjà manifestes. Dans toutes les communes, les enjeux s'articuleront, entre autre, autour des listes menées par LREM et des alliances qui pourraient se former pour faire basculer les scrutins.

Date des élections municipales

Le mandat de maire et de conseiller municipal dure 6 ans. Les dernières élections municipales ont eu lieu les 23 et 30 mars 2014, les prochaines auront donc lieu en mars 2020. Les dates précises seront communiquées, après décision officielle en Conseil des ministres, dans les prochains mois.

Qui vote aux élections municipales ?

Le scrutin des municipales figure historiquement parmi ceux qui enregistrent la plus forte participation. Pour voter il faut avoir 18 ans, être inscrit sur les listes électorales, être en possession de ses droits civils et politiques. Il faut posséder la nationalité française ou bien celle d'un pays membre de l'Union européenne.

Qui est candidat aux municipales à Paris ?

Il est probable qu'Anne Hidalgo défende son bilan et se représente, pour un second mandat dans la capitale. Face à elle, LREM présentera un candidat qui devrait réaliser un bon score et qui pourrait être en mesure de s'imposer (voir la partie sondages de cet article). Six personnalités se dégagent : Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, qui n'a jamais caché ses ambitions pour Paris ; le secrétaire d'Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, qui souhaite se lancer dans la course ; Hugues Renson, député du 13e arrondissement et Cédric Villani, député et mathématicien, mais aussi l'élue du IVe arrondissement Anne Lebreton, et le sénateur Julien Bargeton. La droite et l'UDI devraient présenter une candidate commune, celle de Florence Berthout. EELV a choisi le porte-parole médiatique du parti, Julien Bayou. La France Insoumise peut compter sur Danielle Simonnet. Le Rassemblement national a sa figure locale, Wallerand de Saint-Just. L'ancien conseiller com' de François Hollande, Gaspard Gantzer, brigue aussi la mairie de Paris. Enfin, le forain Marcel Campion compte aussi présenter une liste.

Qui est candidat aux municipales à Marseille ?

Pour l'heure, seulement deux personnes ont rendu publique leur intention d'être candidat à la mairie de Marseille : le RN Stéphane Ravier et le LR Bruno Gilles, qui a le soutien du maire sortant, Jean-Claude Gaudin. Malgré l'adoubement, il pourrait avoir à affronter la candidature de la députée Valérie Boyer, très intéressée par les municipales. Il est assez probable que Jean-Luc Mélenchon, député de la ville, se lance dans la course. LREM espère ravir les commandes de la cité phocéenne à la droite et pourrait miser sur le leader du parti, Christophe Castaner. Mais la formation politique estampillée Macron pourrait aussi faire confiance au député Saïd Ahamada. A gauche, la socialiste Samia Ghali pourrait se porter candidate.

Qui est candidat aux municipales à Lyon ?

Dans la capitale des Gaules, la candidature de Gérard Collomb, officialisée dans L'Express mi-septembre, n'a surpris personne. Le ministre de l'Intérieur, qui avait dû abandonner ses fonctions locales en intégrant le gouvernement, a quitté l'exécutif national avec fracas fin septembre, pour reprendre les commandes de la municipalité et faire campagne, dans le but d'entamer un nouveau mandat.

Le maire Lyon compterait aussi récupérer la métropole, mais doit faire face aux velléités de David Kimelfeld. Auprès du Figaro, l'ancien bras droit de Gérard Collomb à Lyon, propulsé président de la métropole de Lyon lorsque le maire a été nommé ministre de l'Intérieur, a indiqué qu'il comptait conserver son poste. "Je vais rester président de cette métropole jusqu'à la fin et je vais surtout porter un projet au-delà de 2020. J'en ai envie, j'ai pris en main cette métropole et je ne le ferai non pas seul mais collectivement", a-t-il dit. Gérard Collomb ne cache pas ses intentions pour la mairie de Lyon, mais aurait aussi l'ambition de récupérer les prérogatives liées à la présidence de la métropole, bien plus larges que celles attribuées par le mandat de maire de Lyon.

Sondages sur les élections municipales

Début juillet 2018, Harris Interactive a réalisé un sondage pour La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale pour prendre le pouls de l'opinion publique sur les prochaines élections municipales. S'il faut prendre cette enquête avec beaucoup de précautions - compte tenu de la date lointaine du scrutin et de l'agglomération des intentions de vote à l'échelle nationale -, les premières indications sont éclairantes. Ont été interrogées 1674 personnes vivant dans des communes de plus 10 000 habitants. Arrivent en tête des intentions de vote : LREM-Modem (27%), le PS-EELV (19%) puis LR (18%). Viennent ensuite, dans l'ordre : le RN (13%), la France Insoumise-PCF (9%), l'UDI (5%), Debout la France (5%).

A Paris, selon un sondage Ifop effectué pour Le Journal du Dimanche, Anne Hidalgo (PS) et Benjamin Griveaux (LREM) seraient au coude à coude (24% d'intentions de vote pour la première, 22% pour le second). Viendraient ensuite : Rachida Dati (LR) à 16% ; Julien Bayou (EELV) à 9% ; Danielle Simonnet (LFI) à 8% ; Wallerand de Saint-Just (RN) à 6% ; Gaspard Gantzer (Parisiens, Parisiennes) à 3% ; Marcel Campion (1%). Une autre liste : 2% ; une liste d'extrême gauche : 1%.

A Marseille, selon un sondage Elabe pour La Tribune et Europe 1, c'est la droite qui est le mieux placée. L'étude effectuée en septembre 2018 teste quelques candidatures, avec notamment l'hypothèse Martine Vassal. Celle-ci serait créditée de 34% des voix, devant Jean-Luc Mélenchon (qui ne s'est pas déclaré candidat) avec 19% des intentions de vote. Viendrait ensuite le RN Stéphane Ravier avec 15%, la PS Samia Ghali avec 14,5% et Christophe Castaner (devenu depuis ministre de l'Intérieur, sans doute pas intéressé par le scrutin) avec 14% des voix.

Résultat des municipales

Comment sont répartis les sièges au conseil municipal ? Tout dépend des résultats des élections. Dans les communes de plus de 1000 habitants, on attribue dans un premier temps à la liste arrivé en tête un nombre de sièges égal à la moitié du nombre de sièges à pourvoir. Ensuite, les autres sièges du conseil municipal sont répartis entre toutes les listes à la représentation proportionnelle, suivant la règle de la plus forte moyenne. Les listes n'ayant pas obtenu 5% des voix ne sont pas prises en compte dans la répartition des sièges.

Dans les communes de moins de 1000 habitants, les voix sont décomptées individuellement par candidat, quelques soient les listes. Un candidat peut être élu au premier tour de l'élection municipale, s'il recueille la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart de celui des électeurs inscrits. Au second, la majorité relative suffit pour remporter l'élection.

Article le plus lu - Orages : des images impressionnantes › Voir les actualités

Elections municipales 2020 : date, candidats, premiers sondages... Le point
Elections municipales 2020 : date, candidats, premiers sondages... Le point

Sommaire Elections municipales Date des élections municipales Municipales 2020 Qui vote aux municipales ? Candidats municipales à Paris Candidats municipales à Marseille Candidats municipales à Lyon Sondages élections...