Municipales 2020 : résultat des sondages, actus et explications sur l'élection

Municipales 2020 : résultat des sondages, actus et explications sur l'élection MUNICIPALES - En mars 2020, tous les conseils municipaux de France sont renouvelés, les Français élisent leur maire. Premiers sondages, candidatures, fonctionnement du scrutin... Tout savoir sur les prochaines élections municipales.

Les élections municipales ont lieu les 15 et 22 mars 2020. Dans la plupart des grandes villes de France, la campagne est déjà bien lancée. Linternaute.com vous propose, à l'approche de ce grand scrutin qui se tient dans les 36 000 communes de France, de ne rien rater des premières infos clés de l'élection. Cette page vous permet en effet de prendre connaissance des principaux sondages des municipales dans les grandes villes et de suivre les dernières actualités dans les points chauds de cette élection ou encore d'en savoir plus sur le fonctionnement du scrutin.

L'ACTU des municipales : dernières infos

Le candidat LREM Sylvain Comparot a lancé sa campagne à Dijon

L'actualité des municipales du 12 décembre - Sylvain Comparot, candidat soutenu par LREM et l'UDI, a lancé officiellement sa campagne à Dijon, lors d'un meeting. Le candidat souhaite "construire une ville plus verte, plus simple, plus sûre". Le candidat s'est dit fier de s'associer avec deux grandes forces politiques, LREM et l'UDI, au niveau local, grâce à l'alliance avec l'association qu'il préside : "Pour Dijon". Le candidat avait été investi par LREM le 14 octobre, puis soutenu officiellement par l'UDI. Le candidat, ex-membre du Parti socialiste, n'a toutefois pas reçu le soutien d'EELV, qui présente une liste autonome. Le MoDem, qui fait partie de la majorité sortante, n'a pas assuré le candidat marcheur de son soutien, contrairement aux directives nationales, et pourrait renouveler son alliance avec le maire sortant. Ce dernier, François Rebsamen, membre du PS, n'a pas encore annoncé s'il se présentait aux élections municipales ou non, mais a précisé qu'il le ferait après les fêtes de fin d'année.

Nouveau sondage sur les élections municipales à Paris

L'actualité des municipales du 11 décembre - Le Point a dévoilé les résultats d'un sondage, commandé par l'équipe d'Anne Hidalgo à l'institut Ifop. La maire de Paris est donnée en tête des intentions de vote, avec 22,5%; devant son rival de LREM Benjamin Griveaux, donné à 17%. Fait singulier : Rachida Dati est également donnée à 17% des intentions de vote, ce qui confirme la dynamique de campagne de la droite parisienne. Le candidat dissident LREM, Cédric Villani, est donné à 14% des intentions de vote, devant EELV (13,5%). En savoir plus sur les municipales à Paris.

LREM choisit ses candidats à Marseille, Montpellier et d'autres communes

L'actualité des municipales du 10 décembre - La commission nationale d'investitures du parti de la majorité a désigné de nouvelles têtes de liste, effectuant des choix dans plusieurs grandes villes qui étaient très attendus. A Marseille, c'est président de l'Université Aix-Marseille, Yvon Berland, qui sera le candidat macroniste. A Montpellier, c'est le député Patrick Vignal qui a été choisi par LREM, ce dernier fera donc face à Philippe Saurel, le maire sortant qui fut l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron en 2016. A Nîmes, LREM soutient officiellement le président de l'agglomération, Yvan Lachaud. A Béziers, LREM a choisi d'investir Pascal Resplandy pour tenter de ravir la mairie à Robert Ménard. Plus d'informations sur les nouveaux investis sur cette page du site officiel de La République en Marche.

Municipales à Marseille : Bruno Gilles quitte LR et se dit "libre"

L'actualité des municipales du 9 décembre - Mauvaise nouvelle pour Martine Vassal, candidate investie par LR pour les municipales à Marseille : le sénateur Bruno Gilles annonce ce lundi qu'il ira jusqu'au bout dans cette élection et qu'il quitte le parti de la droite. "Ce n'est ni l'aigreur, ni l'amertume ou encore la colère qui m'anime mais plutôt le désir d'acter ce qui s'est passé et d'aller de l'avant", écrit-il dans un communiqué, se présentant désormais comme "plus libre pour composer ses listes sur les différents secteurs de la ville avec des personnalités de la société civile et moins du sérail politique". Bruno Gilles n'a manifestement pas accepté la décision de la CNI, alors qu'il considère être la vraie figure locale de la droite à Marseille. "J'ai été réélu président de cette fédération, la 3e la plus importante de France en nombre d'adhérents, par près de 95% des votants il y a un an", rappelle-t-il, comme pour signifier qu'il sera très soutenu dans sa démarche.

A Biarritz, deux ministres s'opposent pour les municipales

L'actualité des municipales du 8 décembre 2019 - Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a fait savoir dans Sud-Ouest qu'il se portait candidat aux municipales dans la ville de Biarritz, sans demander l'investiture de LREM. Cette annonce rend la situation dans la grande ville des Pyrénées Atlantiques pour les moins cocasse puisque un autre membre du gouvernement est candidat à Biarritz, le secrétaire d'Etat au tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, qui sera présent sur la liste menée par le maire MoDem sortant, Michel Veunac. Ce dernier compte bien recevoir rapidement l'investiture de LREM. Comme le rapporte Le Monde, cette double candidature issue de l'exécutif crée un certain embarras à l'Elysée.

La date limite d'inscription sur les listes électorales a changé

L'actualité des municipales du 6 décembre - Jusqu'à présent, la date limite d'inscription sur les listes électorales était fixée au 31 décembre. Bonne nouvelle pour les retardataires, cette date a été repoussée au 7 février 2020, soit quelques semaines seulement avant le 1er tour, dont la date est fixée au 15 mars 2020. Des dérogations sont prévues également pour repousser cette échéance en cas de déménagement ou d'âge de la majorité tombant après cette date. Pour vérifier que vous êtes bien inscrit sur les listes électorales ou de quel bureau de vote vous dépendez, vous pouvez cliquer ici.

Un sondage à Montpellier donne EELV en tête du premier tour

L'actualité des municipales du 5 décembre - Une enquête Harris Interactive, effectuée du 26 novembre au 30 novembre, à la demande du député Patrick Vignal, a été publiée ce jeudi. Voici les intentions de vote que ce sondage établit pour les municipales à Montpellier : Clothilde Ollier (EELV) 22 % ; le maire sortant Philippe Saurel 19 % ; liste "Nous Sommes", soutenue par la France Insoumise : 12% ; Olak Rokvam (RN) : 11% ; Mohed Altrad : 10 % ; Patrick Vignal (si investi par LREM) : 9 % ; Michaël Delafosse (PS) : 8% ; Alex Larue (LR) : 8 % ; Anne Brissaud (Nouveau centre) : 1%. Plus d'infos sur notre page consacrée aux élections municipales à Montpellier.

Patrick Balkany et son épouse candidats aux municipales à Levallois-Perret

L'actualité des municipales du 3 décembre - Les époux Balkany seront bien en lice pour les élections municipales 2020 à Levallois-Perret. Isabelle Balkany a réagi ce lundi aux révélations de la presse, qui indiquaient que son mari avait averti la majorité municipale, via un appel téléphonique depuis sa prison, de sa candidature. La femme du prévenu a démenti la forme de cette annonce, sans nié les velléités politiques de son mari. "J'avais confirmé à huis clos qu'il y aura une liste de la Majorité municipale et que Patrick souhaite la conduire", a-t-elle indiqué sur Twitter. Auprès du Monde, un proche du couple fait savoir qu'il lancera sa campagne en janvier. " Ils ont leur schéma, leur plan B, ils font leur liste jusqu'au bout et le jour où le jugement tombera, ils se retireront au bénéfice de quelqu'un qu'ils auront choisi ", confie-t-il au journal du soir.

Le maire de Laval, accusé de comportement déplacé, renonce à se présenter

L'actualité des municipales du 2 décembre - François Zocchetto ne sera donc plus maire de Laval au printemps prochain. L'édile a indiqué sur son compte Facebook, via vidéo, qu'il renonçait à briguer un nouveau mandat. Il y a quelques jours, il avait été accusé, par une ancienne collaboratrice de Jean-Vincent Placé, de comportements déplacés à son égard. Elle aurait été notamment contrainte de danser avec François Zocchetto, selon son témoignage recueilli par France 3. Le maire de Laval a expliqué son retrait en ciblant les manoeuvres politiques de ses rivaux. "Ces dernières semaines, des attaques très violentes ont été lancées contre moi. Je m'en suis expliqué. Mais cette campagne calomnieuse, initiée par mes adversaires politiques, avec pour seul objectif de me détruire devant le seul tribunal médiatique, ne me laisse aucune chance d'être réhabilité dans l'immédiat. Dans ces conditions, et pour que la campagne électorale des municipales puisse se dérouler dignement et sereinement, je préfère ne pas me représenter et protéger ma famille", a-t-il déclaré.

Martine Aubry brigue un quatrième mandat à Lille

L'actualité des municipales du 29 novembre - C'est officiel ! Martine Aubry, qui avait annoncé en 2013 qu'elle ne se représenterait pas en 2020, est revenue sur sa décision. Pour expliquer son choix, la maire socialiste, bien installée à Lille, a accordé une interview à La Voix du nord. La candidate estime que "les circonstances ont changé". Avant de détailler : "Je n'avais pas imaginé la situation de notre pays, où Lille ne fait pas exception. On a des défis très lourds : le défi écologique, bien sûr, mais aussi le défi social. Sans justice sociale, il ne peut pas y avoir de transition écologique." Pour ces élections, elle fera face notamment à son ex-alliée Violette Spillebout, qui a travaillé 13 ans comme la directrice de cabinet de la maire sortante. Les deux femmes sont désormais rivales, Violette Spillebout étant déterminée à remporter le élections municipales de Lille sous les couleurs LREM.

Les municipales dans les principales villes de France

En savoir plus sur les municipales 2020

La campagne des élections municipales, comme celle de l'élection présidentielle, est toujours très suivie des Français, qui sont d'ailleurs peu à s'abstenir lorsqu'il faut élire leur maire. Les études montrent que les préoccupations locales sont fortes, mais l'enjeu des municipales dépasse les perspectives locales. Ces élections vont marquer un virage sans doute difficile à négocier pour la majorité et constituent un test pour les partis d'opposition, qui compteront leurs points dans le nouveau paysage politique une fois les nouveaux maires à leur poste. Certes, l'élection européenne, en 2019, a déjà dégagé de nouveaux rapports de force, avec la poussée du RN et la performance des écologistes, mais le résultat des municipales ouvrira une toute autre séquence pour Emmanuel Macron.

Il s'ébruite ça et là, en effet, que le président de la République pourrait engager une nouvelle phase de son quinquennat après les élection municipales, se donnant un nouvel élan et proposant de nouveaux objectifs aux Français, dans le but de préparer sa réélection. Le Parisien, qui s'appuie sur les confessions de proches d'Emmanuel Macron, émettait il y a quelques semaines l'hypothèse d'un remaniement et d'un changement de Premier ministre en milieu d'année 2020.

Date des élections municipales

Le mandat de maire et de conseiller municipal dure 6 ans. Les dernières élections municipales ont eu lieu les 23 et 30 mars 2014, les prochaines auront lieu les 15 et 22 mars 2020. Les dates précises ont été communiquées, après décision officielle en Conseil des ministres, au mois de juillet dernier.

Sondages sur les élections municipales

Début juillet 2018, Harris Interactive a réalisé un sondage pour La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale pour prendre le pouls de l'opinion publique sur les prochaines élections municipales. S'il faut prendre cette enquête avec beaucoup de précautions - compte tenu de la date lointaine du scrutin et de l'agglomération des intentions de vote à l'échelle nationale -, les premières indications sont éclairantes. Ont été interrogées 1674 personnes vivant dans des communes de plus 10 000 habitants. Arrivent en tête des intentions de vote : LREM-Modem (27%), le PS-EELV (19%) puis LR (18%). Viennent ensuite, dans l'ordre : le RN (13%), la France Insoumise-PCF (9%), l'UDI (5%), Debout la France (5%).

Sondages des municipales à Paris

Selon un sondage Ipsos effectué pour pour Le Figaro et LCI en septembre 2019, Anne Hidalgo fait la course en tête au premier tour (24%), devant Benjamain Griveaux (19%) et Cédric Villani (15%). Suivent dans les intentions de vote Rachida Dati (13%) et l'écologiste Belliard (11%). Plus d'infos sur les municipales à Paris

Sondages des municipales à Marseille

Selon un sondage effectué début novembre 2019 par Ifop, sur commande de LR, la droite est donnée en tête au premier tour. Les intentions de vote sont les suivants : Martine Vassal (LR, DVD) : 30% ; Stéphane Ravier (FN) : 23% ; Sébastien Barles (EELV) : 14% ; Benoît Payan (PCF, LFI, PS) : 13% ; Saïd Ahamada (LREM) : 11% ; Samia Ghali (DVG) : 8%.

A noter que depuis la réalisation de ce sondage, Benoît Gilles a quitté LR - il briguait l'investiture - et compte se présenter aux municipales. Cette hypothèse avait été testée par Ifop début novembre, dans le même sondage. Les intentions de vote étaient alors les suivantes au premier tour : Martine Vassal : 20% ; Stéphane Ravier : 20% ; Bruno Gilles : 13% ; EELV : 14% ; LFI : 14% ; LREM : 12% ; Divers gauche : 8%. Plus d'infos sur les municipales à Marseille

Sondages des municipales à Lyon

Selon un sondage Opinion Way effectué pour Lyon Mag et Jazz Radio à la mi-octobre, Gérard Collomb est donné nettement en tête du premier tour des élections métropolitaines, avec 30% des intentions de vote, devant EELV (21%), LR (18%), le FN (12%), et David Kimelfeld, actuel président de la métropole, crédité de 11 % des voix.

Selon un sondage Ipsos pour Le Progrès, France Bleu et France Info, les intentions de vote pour la métropole sont les suivantes au premier tour : Gérard Collomb (LREM) : 31% ; Bruno Bernard (EELV) : 19% ; David Kimelfeld (sortant) : 15% ; François Noël Buffet : 14% ; Andrea Kotarac (RN) : 11% ; Annie Guillemot (PS) : 6% ; LFI : 4%. Plus d'infos sur les municipales à Lyon

Sondages des municipales à Montpellier

Une enquête Harris Interactive, effectuée du 26 novembre au 30 novembre, à la demande du député Patrick Vignal, a été publiée ce jeudi. Voici les intentions de vote que ce sondage établit pour les municipales à Montpellier : Clothilde Ollier (EELV) 22 % ; le maire sortant Philippe Saurel 19 % ; liste "Nous Sommes", soutenue par la France Insoumise : 12% ; Olak Rokvam (RN) : 11% ; Mohed Altrad : 10 % ; Patrick Vignal (si investi par LREM) : 9 % ; Michaël Delafosse (PS) : 8% ; Alex Larue (LR) : 8 % ; Anne Brissaud (Nouveau centre) : 1%. Plus d'infos sur notre page consacrée aux élections municipales à Montpellier.

Sondages des municipales à Nice

Un sondage a été effectué par Ipsos pour France Bleu Azur et publié par France Bleu Azur. Il testait l'hypothèse d'un retrait d'Eric Ciotti - ce qui est le cas désormais - et donnait alors les intentions de vote suivantes : Christian Estrosi (maire sortant LR) : 51% ; Philippe Vardon (RN) : 21% ; liste d'union des gauches (PS/EELV/PC/PRG) : 18% ; Cédric Roussel (LREM) : 6% ; liste La France Insoumise : 4%.

Sondages des municipales à Toulouse

Un sondage effectué par l'institut BVA en mai dernier donnait le maire sortant Jean-Luc Moudenc en tête du premier tour avec 36% des intentions de vote. Cette enquête a été réalisée bien avant que les rapprochements ne s'opèrent entre formations politiques et avant que les candidats soient déclarés. Mais l'enquête pronostiquait 16% pour EELV, 12% pour le PS-PCF, 10% pour LFI, 8% pour le RN. A noter que Jean-Luc Moudenc est soutenu par LREM et investi officiellement par LR. Plus d'infos sur les municipales à Toulouse.

Sondages des municipales à Nantes

Une enquête a été effectuée par Ifop en juin 2019, commandée par le Parti socialiste. Les intentions de vote pour l'élection municipale à Nantes étaient alors les suivantes : Johanna Rolland (maire sortante PS-PCF) : 33% ; Julie Laernoes (EELV): 23% ; Laurence Garnier (LR): 17% ; Sophie Errante (LREM-MoDem-UDI) : 14% ; Christian Bouchet (RN) : 8% ; Guy Croupy (LFI) : 6%. Plus d'informations sur les élections municipales à Nantes.

Elections municipales : fonctionnement

Lors du scrutin des municipales, les habitants d'une commune élisent pour un mandat de 6 ans les membres du conseil municipal, qui désignent alors le maire de la commune. Lors de la campagne, les citoyens savent qui porte les listes présentées et donc quel candidat au sein de celles-ci ambitionne d'être maire. Depuis les élections municipales de 2014, le mode de scrutin est "proportionnel avec prime majoritaire" pour les communes de plus de 1000 habitants. Les candidats de chaque formation se présentent en listes complètes, que les votants ne peuvent pas modifier. Les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages peuvent se maintenir au second tour. Avec 5 % des voix, les candidats d'une liste peuvent fusionner avec une autre liste. Pour les commune de moins de 1000 habitants, le scrutin est "majoritaire plurinominal" avec panachage : les citoyens peuvent voter pour des candidats de listes différentes.

Le nombre de candidats élus au conseil municipal varie en fonction du nombre d'habitants. A titre indicatif, un conseil municipal d'une ville comportant entre 5 000 et 10 000 habitants est composé de 29 élus ; ils sont 43 dans une ville ayant entre 40 000 et 50 000 habitants ou encore 69 pour une ville de plus de 300 000 habitants. Il y a 73 conseillers municipaux à Lyon, 101 à Marseille et 163 à Paris.

Qui vote aux élections municipales ?

Pour voter il faut avoir 18 ans, être inscrit sur les listes électorales, être en possession de ses droits civils et politiques. Il faut posséder la nationalité française ou bien celle d'un pays membre de l'Union européenne.

Résultat des municipales

Comment sont répartis les sièges au conseil municipal ? Tout dépend des résultats des élections. Dans les communes de plus de 1000 habitants, on attribue dans un premier temps à la liste arrivé en tête un nombre de sièges égal à la moitié du nombre de sièges à pourvoir. Ensuite, les autres sièges du conseil municipal sont répartis entre toutes les listes à la représentation proportionnelle, suivant la règle de la plus forte moyenne. Les listes n'ayant pas obtenu 5% des voix ne sont pas prises en compte dans la répartition des sièges.

Dans les communes de moins de 1000 habitants, les voix sont décomptées individuellement par candidat, quelques soient les listes. Un candidat peut être élu au premier tour de l'élection municipale, s'il recueille la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart de celui des électeurs inscrits. Au second, la majorité relative suffit pour remporter l'élection.