Crise des gilets jaunes : le profil des casseurs se précise

Crise des gilets jaunes : le profil des casseurs se précise GILETS JAUNES - Après un nouveau week-end de violences, on évoque un mouvement des gilets jaunes de plus en plus radicalisé. Le patron de la DGSI confirme que des groupes d'ultradroite et d'ultragauche "profitent de l'opportunité offerte par le mouvement".

L'essentiel

  • L'acte 14 des gilets jaunes, samedi et dimanche, a mis en exergue de nouvelles violences, venues se greffer aux manifestations. Des violences aux formes diverses, matérialisées par des affrontements entre forces de l'ordre et casseurs, ainsi que par des insultes antisémites proférées à l'encontre d'Alain Finkielkraut.
  • La question de la radicalisation du mouvement des gilets jaunes se pose de plus en plus. Interrogé par Le Parisien, le patron de la DGSI Nicolas Lerner confirme que des groupes d'ultradroite et d'ultragauche font partie des casseurs. Ces groupes, qui "font l'objet d'un suivi", "se livrent à des actes inqualifiables à l’encontre des symboles de la République, des élus ou des forces de l’ordre", estime-t-il notamment. Nicolas Lerner nous apprend également que ces individus radicalisés sont plus nombreux "en proportion", "car le nombre de manifestants diminue". En effet, cela fait plusieurs actes que la fréquentation diminue chez les gilets jaunes. Ce week-end, ils étaient 41 500 à manifester pour l'acte 14, contre 51 400 le samedi précédent, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.
  • Ces groupes d'ultradroite et d'ultragauche ont même, toujours selon Nicolas Lerner, "contribué à la radicalisation de certains profils qui ne sont pas connus pour leur appartenance à une mouvance ultra". Le patron de la DGSI se défend toutefois de prêter une influence de cette mouvance radicale sur les idéologies portées par le mouvement des gilets jaunes.

Les infos en direct

11:37 - Un fabricant d'armes helvète interpellé par les gilets jaunes ?

Lors du rassemblement pacifique organisé ce mercredi à partir de 10 heures place des Nations à Genève (Suisse), plusieurs prises de parole seraient également attendues. Car les gilets jaunes souhaitent profiter de cet événement pour "protester contre les violences policières dont fait preuve l’Etat français à [leur] égard", comme le rapporte Le Dauphiné libéré. Les orateurs seront des victimes et des avocats de victimes, apprend-on ce lundi soir. Le fabricant d'armes helvète B&T AG (Brügger & Thomet AG) devrait également être interpellé à l'occasion de ce rendez-vous par les gilets jaunes, confie également le quotidien régional, qui rappelle que c'est lui qui fournit les LDB40 et leurs munitions, qui ont fait de nombreuses victimes parmi les gilets jaunes depuis le début du mouvement en novembre dernier, à la France. 

11:11 - Gilets jaunes : des incidents en Bretagne

Des blocages ont été mis en place route de Lorient, à Rennes, ce mardi matin par des gilets jaunes. Un feu a même été allumé sur la chaussée, obligeant les pompiers à intervenir et occasionnant des dégâts sur la route ainsi que d'importants ralentissements, rapporte Ouest France.

10:42 - Un dépôt pétrolier bloqué par des gilets jaunes

Comme le rapporte Lalsace.fr, des gilets jaunes ont bloqué le dépôt pétrolier d'Illzach (Haut-Rhin) ce mardi matin. L'incident a duré trois heures, mobilisant une soixantaine de personnes, dont certaines ont incendié des palettes. Environ vingt camions n'ont pas pu pénétrer sur le site, avant que n'intervienne la police et que le blocage ne cesse, aux alentours de 7h30.

10:24 - Gilets jaunes : qui sont les casseurs ?

Alors que de nouvelles violences, sous différentes formes, sont venues accompagner une nouvelle fois les manifestations des gilets jaunes ce week-end, notamment à Paris, Bordeaux, Rouen et Lyon, la question du profil de ces casseurs et de ces auteurs de violences se pose. Interrogé sur le sujet par Le Parisien, le patron de la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) confirme la présence parmi les casseurs de membres de l'ultradroite et de l'utragauche. Nicolas Lerner évoque "des groupuscules de l’ultragauche ou de l’ultradroite qui, profitant de l’opportunité offerte par le mouvement (des gilets jaunes, ndlr), se livrent à des actes inqualifiables à l’encontre", confirme-t-il, précisant bien qu'il ne confond pas ces individus "avec les personnes qui prennent part aux manifestations de manière pacifique".

18/02/19 - 13:10 - Ingrid Levavasseur porte plainte

Prise à partie et insultée ce dimanche, Ingrid Levavasseur va porter plainte, apprend-on ce lundi. La gilet jaune a été la cible d'insultes sexistes et de reproches virulents quant au fait d'avoir voulu porter la liste RIC au Européennes, avant d'annoncer qu'elle y renonçait. "Je ne céderai pas à la tentation de me taire", écrit-elle ce lundi matin sur Facebook. Et d'ajouter : "Je porterai plainte - je le peux, aujourd'hui. Pour continuer de ne pas avoir à haïr. Pour aider celles qui n'ont pas la force de se battre. Pour montrer à tous que l'impunité des injures et des violences faites aux femmes, c'est terminé".

LIRE PLUS

En savoir plus

Gilets jaunes à Paris

Dans la capitale, dimanche 17 février, environ 1 500 gilets jaunes, d'après la préfecture de police de Paris, ont défilé pour les trois mois du mouvement. La gilet jaune Ingrid Levavasseur avait rejoint les manifestants mais n'a pas été bine accueillie. Elle s'est exfiltrée du rassemblement parisien. samedi 16 février, pour l'acte 14 des gilets jaunes, quelque 5 000 gilets jaunes ont été comptabilisés par le ministère de l'Intérieur. Les manifestations se sont majoritairement déroulées dans le calme dans la capitale. En fin de journée, des premiers heurts ont éclaté, au niveau de Saint-Michel dans le 5e arrondissement et au niveau des Invalides. 23 personnes ont été interpellées selon les informations de la préfecture de police de la capitale.Le philosophe Alain Finkielkraut a été pris à partie par des manifestants et insulté. Cette page est très régulièrement actualisée pour donner les toutes dernières informations sur le mouvement et les manifestations. 

Quelles sont les revendications des gilets jaunes ?

Les manifestants n'ont pas vraiment structuré leur mouvement, ce qui rend difficile l'expression de revendications formulées au nom de tous ses membres. Néanmoins, tous semblent s'accorder sur la nécessité de réduire la pression fiscale en France et de la rendre plus équitable. Au début du mouvement, une liste de requêtes avait été établie par quelques gilets jaunes, mais celle-ci a émergé de manière spontanée et non coordonnée. On y trouvait des demandes très éclectiques : "zéro SDF", "un impôt sur le revenu davantage progressif", "un Smic à 1300 euros net", "un grand plan isolation", "la fin des taxes sur le carburant", "pas de retraite en dessous de 1200 euros"... Voir les détails des revendications des gilets jaunes.

Article le plus lu - Benalla, en prison, a MHD comme co-détenu › Voir les actualités

Crise des gilets jaunes : le profil des casseurs se précise
Crise des gilets jaunes : le profil des casseurs se précise

Sommaire Gilets jaunes : le direct Gilets jaunes à Paris Revendications des gilets jaunes L'essentiel L'acte 14 des gilets jaunes, samedi et dimanche, a mis en exergue de nouvelles violences, venues se...

Annonces Google