Gilets jaunes : polémique sur un pull, un acte 20 plus musclé ?

Gilets jaunes : polémique sur un pull, un acte 20 plus musclé ? GILETS JAUNES - L'acte 19 des gilets jaunes a globalement été calme, mais marqué par des polémiques, dont la verbalisation de deux personnes portant un pull "Oui au Ric". Les manifestants souhaitent pouvoir s'exprimer à nouveau librement sur les Champs-Elysées le 30 mars lors d'un acte 20.

L'essentiel

  • Peu d'incidents ou d'échauffourées ce week-end en France, lors de la 19e mobilisation des gilets jaunes. Elle a rassemblé quelque 40 000 personnes selon le ministère de l'Intérieur, dont 5 000 à Paris. 233 interpellations ont été réalisées sur l'ensemble du territoire.
  • On retiendra deux polémiques marquantes : une septuagénaire, militante d'Attac, a été blessée alors qu'elle participait à la manifestation non-autorisée à Nice. Attac a porté plainte pour "violences volontaires" mais le procureur de la République de Nice a déclaré ce lundi que les vidéos de l'incident ne montraient "aucun contact direct entre cette dame et un agent de sécurité", bien que la manifestante ait "été poussée". Emmanuel Macron a souhaité un prompt rétablissement à la militante, mais a aussi considéré qu'elle n'avait pas été très "responsable" (voir plus d'informations sur ce sujet ici). Un commentaire qui n'a pas manqué de faire réagir l'opposition et la famille de la victime.
  • Deuxième polémique : France Info rapporte que deux habitants de l'Orne se sont fait verbaliser, alors qu'ils se trouvaient près de l'Arc de Triomphe, à Paris, samedi. Motif de leur amende de 135 euros : ils portaient un pull sur lequel était inscrit "Oui au RIC, je dis oui au référendum d'initiative citoyenne". Pour la police, cela constituait la marque qu'ils manifestaient dans un périmètre interdit par la préfecture.
  • Des gilets jaunes comptent se rendre à nouveau sur les Champs-Elysées samedi 30 mars. Une demande officielle va être faite par un groupe de militants qui dénoncent, avocats à l'appui, une atteinte au droit fondamental de manifester.
  • Suivez toutes les infos sur les gilets jaunes dans notre direct.

Les infos en direct

23:23 - Qui sont les "gilets jaunes signataires" ?

FIN DU DIRECT - Ce lundi matin, on a appris via France Inter que le groupe des "gilets jaunes signataires" a pour objectif d'occuper à nouveau les Champs-Elysées pour l'acte 20 samedi prochain, après l'interdiction de ce week-end. Il s'agit d'un groupe d'un peu plus de 1 400 membres, selon sa page Facebook, dont l'existence remonte au 28 décembre dernier. Toujours sur la page du réseau social, on peut lire une description. "Ce groupe a pour but d'auto-organiser la gestion des manifestations en commençant par les déclarer en préfecture, dans le respect de valeurs humanistes, non violentes, inclusives, non racistes, non sexistes, apartisanes, pour redonner de la puissance à la mobilisation", est-il écrit.

22:38 - Le député LaREM Bruno Bonnel soutient Emmanuel Macron

Les propos polémiques d'Emmanuel Macron sur la manifestante gilet jaune blessée a Nice n'ont pas manqué d'indigner une partie de l'opposition. Des membres de La République en Marche tentent cependant de soutenir le président de la République, à l'image de Bruno Bonnell, député LaREM du Rhône. "On l’interprète comme une leçon de morale, moi je crois que c'est une leçon de bon sens, a-t-il déclaré. Pourquoi vous mettez-vous en situation où il peut arriver des accidents, c'est ça la vraie question."

21:45 - Macron à la gilet jaune blessée : "Il faut avoir un comportement responsable"

Au cours d'un entretien avec Nice-Matin, Emmanuel Macron s'est exprimé à propos la manifestante de 74 ans blessée après avoir été chargée par des forces de l'ordre, qui avaient pour consigne de faire évacuer un périmètre interdit de rassemblement à Nice. "Je souhaite d'abord qu'elle se rétablisse au plus vite et sorte rapidement de l'hôpital, et je souhaite la quiétude à sa famille", a confié le président. Avant de distiller un conseil à la septuagénaire : "Mais pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable".

20:22 - Le procureur de la République de Nice : "Mme Legay ne paraît pas avoir chuté toute seule"

Le procureur de la République de Nice, qui a ordonné l'ouverture d'une enquête pour déterminer les cause des blessures de la manifestante touchée à la tête à Nice lors de l'acte 19 des gilets jaunes, s'est exprimé en fin d'après-midi. Après exploitation des vidéos des caméras de surveillance, il a affirmé que Geneviève Legay "ne paraît pas avoir chuté toute seule" et qu'elle a "été poussée par l'arrière". Le procureur a cependant précisé que les images ne montraient "aucun contact direct entre cette dame et un agent de sécurité".

18:34 - Mélenchon fasciné par l'une des figures des gilets jaunes

Ce n'est pas nouveau, mais Jean-Luc Mélenchon a tenu à ce que cela se sache vraiment : Eric Drouet le fascine. Interrogé par LCI, le leader de la France insoumise a une nouvelle fois complimenté l'un des principaux visages des gilets jaunes. "Je suis assez connaisseur des luttes populaires pour savoir que le rôle de Monsieur Drouet est tout à fait extraordinaire. Il pèse sur lui une pression terrifiante et il fait preuve d'un sang-froid total", a-t-il lancé, assurant que sa fascination pour le chauffeur-routier était "plus que jamais" d'actualité. Selon Mélenchon, alors même que Drouet est parfois contesté au sein même des gilets jaunes, il "fait preuve d'une détermination" et "d'une acuité du regard" qui l'"impressionne beaucoup".

18:21 - La fille de la gilet jaune blessée à Nice réagit

Alors que les propos d'Emmanuel Macron sur la gilet jaune septuagénaire blessée à Nice ce week-end ont fait polémique, la fille de cette femme a réagi. Auprès de BFM TV, elle dénonce, à l'image de l'opposition, "des propos indignes de la part d'un président".

17:47 - Christophe Castaner : "Le président nous a mis une pression de dingue"

Après les débordements de l'acte 18 des gilets jaunes, la mobilisation de samedi 23 avait valeur de test pour l'exécutif, et notamment pour Christophe Castaner. Après des manifestations qui se sont globalement déroulées dans le calme partout en France, le ministre de l'Intérieur a déclaré que "l’ordre républicain" avait "été maintenu" durant cet acte 19. Dans les colonnes du Journal du dimanche, Christophe Castaner révèle qu'Emmanuel Macron lui avait mis "une pression de dingue" pour que les violences du samedi précédent ne se reproduisent pas.

16:54 - "2 000 jugements déjà intervenus", selon Nicole Belloubet

Invitée de BFM TV, Nicole Belloubet a déclaré que "2 000 jugements sont déjà intervenus" à la suite d'arrestations ayant eu lieu durant les manifestations des gilets jaunes, et que 1 800 doivent encore se tenir. La ministre de la Justice a précisé que sur ces 2 000 jugements, 40% des peines prononcées sont des peines de prison ferme. Les autres sanctions vont du sursis aux travaux d'intérêt général. Après l'acte 19 des gilets jaunes ce samedi 23 mars, Christophe Castaner a par ailleurs annoncé que 233 interpellations avaient été réalisées en France et que 172 personnes avaient été placées en garde à vue.

16:14 - "Comment ose-t-il ?"

Les critiques envers la position d'Emmanuel Macron sur la gilet jaune septuagénaire blessée lors de l'acte 19 à Nice continuent d'affluer. Ian Brossat, tête de liste PCF pour les élections européennes. "Une dame de 73 ans se retrouve blessée à l'issue d'une manifestation. Le Président de la République est à deux doigts d'expliquer qu'elle l'a bien cherché. Comment ose-t-il ?", s'est-il insurgé sur Twitter.

15:47 - Emmanuel Macron retrouve sa popularité d'avant les gilets jaunes

Au surlendemain de l'acte 19 de la mobilisation des gilets jaunes, le baromètre mensuel effectué par l'Ifop pour le Journal du dimanche révèle qu'Emmanuel Macron a retrouvé le niveau de popularité qu'il possédait en octobre 2018, avant le début de la crise ouverte par ce mouvement de contestation. Certes, sa côte de popularité ne s'élève qu'à 29%, mais elle était tombée à 23% en décembre dernier. De plus, le pourcentage de Français se disant mécontents du président de la République est passé sous la barre des 70% pour la première fois depuis août 2018. A noter que la popularité d'Édouard Philippe a elle aussi augmenté de deux points au mois de mars, pour s'établir à 33%.

15:14 - "Macron est un barbare"

C'est peu de dire que la petite phrase d'Emmanuel Macron sur la septuagénaire blessée ce samedi lors de l'acte 19 des gilets jaunes à Nice fait parler. Surtout chez les Insoumis. Après Jean-Luc Mélenchon, c'est Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne, qui s'en est prise au chef de l'Etat. "Geneviève L., militante de 73 ans a été grièvement blessée par une charge policière samedi. Macron l'engueule en la sommant d'être "plus responsable". Elle aurait pu mourir. Cela aurait pu être nos mères ou nos grand-mères à sa place.Macron est un barbare", écrit-elle sur Twitter.

14:48 - Toulouse : un gilet jaune en garde à vue met le feu à sa cellule

Un gilet jaune qui avait été arrêté à Toulouse lors de la manifestation de l'acte 19 samedi 23 mars a mis le feu à sa cellule dans la soirée de samedi, selon des informations recueillies par La Dépêche du Midi. L'incendie a rapidement été maîtrisé et n'a provoqué que des dégâts limités, mais malgré l'intervention des sapeurs-pompiers, la fumée a eu le temps de gagner une grande partie du commissariat central de Toulouse. Les policiers ont été contraints d'évacuer 25 gardés à vue mais aucun blessé n'est à déplorer. Le gilet jaune ayant déclenché le feu avait été arrêté par les forces de l'ordre durant la manifestation après avoir été repéré en train d’embraser une barricade.

LIRE PLUS

En savoir plus

Gilets jaunes : l'acte 19

L'acte 19 des gilets jaunes a eu lieu ce samedi 23 mars. 40 500 personnes ont manifesté en France, dont 5000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. 207 personnes ont été verbalisées, 172 ont été placées en garde à vue. Dans la capitale, les forces de l'ordre ont procédé à 8500 contrôles préventifs. Les gilets jaunes étaient par ailleurs 1500 à Lille, 4500 à Montpellier, toujours selon les chiffres des autorités publiques.

Gilets jaunes sur les Champs-Elysées

Les Champs-Elysées étaient un périmètre interdit à la manifestation samedi dernier, mais une demande officielle sera faite pour que soit organisée légalement une nouvelle mobilisation pour l'acte 20 des gilets jaunes, le 30 mars 2019. Lors de l'acte 18, des casseurs avaient fait d'importants dégâts :

Quelles sont les revendications des gilets jaunes ?

Les manifestants n'ont pas vraiment structuré leur mouvement, ce qui rend difficile l'expression de revendications formulées au nom de tous ses membres. Néanmoins, tous semblent s'accorder sur la nécessité de réduire la pression fiscale en France et de la rendre plus équitable. Au début du mouvement, une liste de requêtes avait été établie par quelques gilets jaunes, mais celle-ci a émergé de manière spontanée et non coordonnée. On y trouvait des demandes très éclectiques : "zéro SDF", "un impôt sur le revenu davantage progressif", "un Smic à 1300 euros net", "un grand plan isolation", "la fin des taxes sur le carburant", "pas de retraite en dessous de 1200 euros"...

Article le plus lu - Macron fait la leçon à une manifestante blessée › Voir les actualités

Gilets jaunes : polémique sur un pull, un acte 20 plus musclé ?
Gilets jaunes : polémique sur un pull, un acte 20 plus musclé ?

Sommaire Gilets jaunes : le direct Gilets jaunes : l'acte 19 Gilets jaunes sur les Champs-Elysées Revendications des gilets jaunes L'essentiel Peu d'incidents ou d'échauffourées ce week-end en...