Gilets jaunes : que retenir de l'acte 19 ? Vers un acte 20

Gilets jaunes : que retenir de l'acte 19 ? Vers un acte 20 GILETS JAUNES - À Paris comme en région, les manifestations de l'acte 19 des gilets jaunes se sont globalement déroulées dans le calme. Des violences rapidement maîtrisées ont cependant éclaté dans la capitale à la fin de la mobilisation tandis que des tensions entre les forces de l'ordre et les manifestants ont également eu lieu en province.

L'essentiel

  • Après les violences et les débordements de l'acte 18 des gilets jaunes, la manifestation de ce samedi 23 mars avait valeur de test pour l'exécutif. La mobilisation parisienne, qui s'est rendue de la place Denfert-Rochereau jusqu'au Sacré-Cœur, s'est déroulée calmement. Des tensions ont cependant éclaté lors de la dispersion du cortège. En région, la situation s'est également tendue entre manifestants et forces de l'ordre dans de nombreuses villes telles que Lyon, Toulouse, ou encore Lille, conduisant à des tirs de gaz lacrymogènes par la police.
  • Christophe Castaner s'est félicité du maintien de "l'ordre républicain" durant ce 19ème samedi de manifestation, qui a regroupé plus de 40 000 personnes selon le ministère de l'Intérieur, dont 5 000 à Paris. 233 interpellations ont été réalisées sur l'ensemble du territoire et 172 personnes ont été placées en garde à vue.
  • Quelques incidents ont cependant marqué cet acte 19 de mobilisation des gilets jaunes. À Nice, une femme a été gravement blessée lors d'une charge des forces de l'ordre alors qu'elle manifestait pacifiquement dans un périmètre interdit. À Paris, un policier a fait un arrêt cardiaque à la fin de la manifestation, sur la place de la République. Son malaise n'est pas dû à une confrontation avec les gilets jaunes mais il est ce dimanche 24 mars dans un état encore inquiétant. Suivez toutes les infos sur les gilets jaunes dans notre direct.

Les infos en direct

12:32 - Manifestante blessée à Nice : le parquet ouvre une enquête

Le procureur de la République de Nice a ouvert une enquête pour tenter de déterminer les circonstances exactes dans lesquelles Geneviève Legay, manifestante, a été blessée lors de l'acte 19 des gilets jaunes samedi 23 mars. Le procureur a notamment ordonné la saisie des images de vidéosurveillance et a réclamé le dossier médical de la patiente auprès de l'hôpital Pasteur de Nice. La septuagénaire, qui manifestait dans un périmètre interdit, a été blessée à la suite d'une charge des forces de police.

11:47 - 40 500 manifestants selon l'Intérieur, 127 000 d'après le "nombre jaune"

D'après le ministère de l'Intérieur, 40 500 personnes ont manifesté partout en France pour cet acte 19 des gilets jaunes, dont 5 000 à Paris. Un chiffre en hausse par rapport au week-end précédent, durant lequel la place Beauvau avait annoncé 32 000 manifestants, dont 10 000 à Paris. Selon le "nombre jaune", le propre mode de comptage des gilets jaunes, 127 212 personnes se seraient mobilisées samedi 23 mars. En comparaison, ce nombre avait annoncé 269 270 manifestants une semaine plus tôt durant l'acte 18.

11:25 - Aurore Bergé : "Il y a une forme d'indignité de la part de Jean-Luc Mélenchon"

Plusieurs leaders des partis politiques de gauche ont participé aux mobilisations des gilets jaunes samedi 23 mars à Paris, dont Philippe Poutou, Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon. Une participation au mouvement qui ne plaît pas vraiment à La République en marche. Interrogée par BFM TV ce dimanche, la députée LREM Aurore Bergé a estimé qu'il y avait "une forme d'indignité" de la part du chef de file de la France Insoumise, ajoutant que les leaders des mouvements d'extrême gauche essayaient de "récupérer ce mouvement depuis des semaines".

10:55 - Christophe Castaner : "Le président nous a mis une pression de dingue"

Après les débordements de l'acte 18 des gilets jaunes, la mobilisation de samedi 23 avait valeur de test pour l'exécutif, et notamment pour Christophe Castaner. Après des manifestations qui se sont globalement déroulées dans le calme partout en France, le ministre de l'Intérieur a déclaré que "l’ordre républicain" avait "été maintenu" durant cet acte 19. Dans les colonnes du Journal du Dimanche, Christophe Castaner révèle qu'Emmanuel Macron lui avait mis "une pression de dingue" pour que les violences du samedi précédent ne se reproduisent pas.

10:37 - La famille de la manifestante blessée à Nice va porter plainte

Malgré un acte 19 qui s'est globalement déroulé dans le calme, une manifestante a été gravement blessée à Nice à la suite d'une charge des forces de l'ordre. La septuagénaire, dont le pronostic vital n'est plus engagé, manifestait dans un périmètre interdit. Témoignant au micro de BFM TV, la fille de la manifestante a affirmé que sa mère était dans un état stable mais qu'elle avait "plusieurs fractures au niveau du crâne". L'avocat de la septuagénaire, Arié Alimi, a déclaré que la famille de la manifestante allait porter plainte pour ""violence volontaire en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur personne vulnérable".

En savoir plus

Gilets jaunes : l'acte 19

L'acte 19 des gilets jaunes a lieu ce samedi 23 mars, que ce soit à Paris ou en province. Il s'agit d'un acte très particulier dans le sens où il intervient derrière de nombreuses violences survenues le samedi précédent. La réponse du gouvernement, face à ces violences, ne s'est pas faite attendre. Dès le début de semaine, le Premier ministre annonçait des mesures sécuritaires, comme l'interdiction de manifester dans des lieux sensibles comme les Champs-Elysées à Paris ou la place du Capitole à Toulouse (interdictions confirmées), l'usage de produits marquants et de drones, ainsi que le passage à 135 euros de l'amende pour participation à une manifestation non-déclarée. Mais ce n'est pas tout. Le gouvernement a également fait le choix de mobiliser des soldats de l'opération antiterroriste Sentinelle, mise en place au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis.

Une décision forte, qui a eu le don de provoquer de multiples réactions scandalisées, le plus souvent mettant en avant l'aspect dangereux de la mobilisation de militaires non-formés au maintien de l'ordre. Face à ces critiques, le gouvernement, par la voix de la ministre des Armées Florence Parly, a fait savoir qu'il était "hors de question" que les soldats soient confrontés aux manifestants ou aux casseurs. Une tentative d'apaisement vite balayée par le gouverneur de Paris, ce vendredi matin sur France Info. Le général a déclaré en direct que les militaires en poste demain pourront "tirer", "si leur vie est menacée". C'est dans ce contexte très tendu que se déroulera donc l'acte 19 des gilets jaunes. 

Gilets jaunes à Paris

L'acte 18 des gilets jaunes a eu comme point de convergence Paris. De nombreux affrontements violents entre des manifestants et les forces de l'ordre ont éclaté durant la journée de samedi 16 mars. De nombreux magasins ont été saccagés avenue des Champs-Élysées, des kiosques à journaux ont été incendiés et un feu a ravagé une agence bancaire. Les heurts se sont poursuivis toute la journée, notamment au niveau de l'Arc de Triomphe où les manifestants ont jeté des pavés sur les forces de l'ordre. Face aux violences, Emmanuel Macron a écourté son week-end au ski et s'est réuni avec Christophe Castaner en cellule de crise. Pour l'acte 19, bien que cela n'indique pas de façon certaine le lieu de la manifestation, des appels à se rassembler place du Trocadéro ont été lancés et ont trouvé pas mal de succès sur Facebook.

Gilets jaunes sur les Champs-Elysées

Quelles sont les revendications des gilets jaunes ?

Les manifestants n'ont pas vraiment structuré leur mouvement, ce qui rend difficile l'expression de revendications formulées au nom de tous ses membres. Néanmoins, tous semblent s'accorder sur la nécessité de réduire la pression fiscale en France et de la rendre plus équitable. Au début du mouvement, une liste de requêtes avait été établie par quelques gilets jaunes, mais celle-ci a émergé de manière spontanée et non coordonnée. On y trouvait des demandes très éclectiques : "zéro SDF", "un impôt sur le revenu davantage progressif", "un Smic à 1300 euros net", "un grand plan isolation", "la fin des taxes sur le carburant", "pas de retraite en dessous de 1200 euros"... Voir les détails des revendications des gilets jaunes.

Article le plus lu - Gilets jaunes : ça continue ! Les dernières infos › Voir les actualités

Gilets jaunes : que retenir de l'acte 19 ? Vers un acte 20
Gilets jaunes : que retenir de l'acte 19 ? Vers un acte 20

Sommaire Gilets jaunes : le direct Gilets jaunes : l'acte 19 Gilets jaunes à Paris Gilets jaunes sur les Champs-Elysées Revendications des gilets jaunes L'essentiel Après les violences et les...