Eric Ciotti : un résultat sans surprise à la primaire LR

Eric Ciotti : un résultat sans surprise à la primaire LR CIOTTI. Arrivé en tête du premier tour de la primaire LR à la surprise générale, Eric Ciotti (39,05 %) a été battu par Valérie Pécresse (60,95 %) au second tour, ce samedi 4 décembre. La présidente de la région Île-de-France a été investie par le parti pour la présidentielle 2022.

[Mis à jour le 4 décembre 2021 à 15h31] Après une campagne intense, la sentence est tombée. Éric Ciotti ne sera pas le candidat des Républicains à la présidentielle 2022. Il a obtenu 39,05 % des suffrages exprimés par les adhérents du parti au second tour, ce samedi 4 décembre. Surprise du premier tour avec ses 25 % des suffrages obtenus, le député des Alpes-Maritimes a été battu par Valérie Pécresse (60,95 %). Les deux qualifiés jusqu'alors se sont présentés aux côtés de Christian Jacob, président du parti. Une famille qui s'affiche unie, en témoigne l'annonce d'Éric Ciotti : la toute nouvelle candidate à la présidentielle effectuera son premier déplacement de campagne dans le fief des Alpes-Maritimes du député, à Saint-Martin Vésubie puis à Nice. Bon perdant, il a félicité la présidente de la région Île-de-France : "Une espérance se lève, celle d'un redressement national. Seul les Républicains pourront porter cette espérance. Ecrivons ensemble, derrière Valérie Pécresse, un nouveau chapitre de notre glorieuse histoire, pour que la France reste la France."

Lors de cette primaire, Éric Ciotti aura su tirer son épingle du jeu et s'imposer comme une personnalité particulièrement importante du parti. Conscient de sa prise d'envergure, il s'engage aux côtés de Valérie Pécresse et compte faire entendre sa voix : "Valérie vient de gagner cette élection, elle a désormais l'immense responsabilité d'amener notre famille politique vers la victoire. Ta campagne a été digne, puissante et audacieuse. Je veux demain que nous conduisions tous les deux ensemble ce grand combat." Toute l'actualité et les résultats de la primaire sont à retrouver sur notre grand direct consacré au Congrès LR. 

En savoir plus

Ciotti candidat à la présidentielle 2022

Contrairement à d'autres candidats, Eric Ciotti fait partie des personnalités surprises qui n'étaient pas attendues à la présidentielle 2022. Lorsqu’il se déclare candidat à la potentielle primaire de la droite en août 2021, le député et ancien président du conseil départemental des Alpes-Maritimes surprend sa famille politique. Les Républicains misaient jusque-là sur les candidatures de Xavier Bertrand, de Valérie Pécresse ou encore de Laurent Wauquiez. Il s'est finalement hissé au second tour de la primaire LR, soutenu notamment par la sénatrice Les Républicains des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, figure du fillonisme.

Programme et idées de Ciotti

Eric Ciotti ne s’en cache pas : il est un candidat d'une droite identitaire qui fait de l'immigration l'un de ses sujets principaux. Le député des Alpes-Maritimes est d’ailleurs très souvent présenté comme le plus à droite des candidats au Congrès LR. A l’instar d’un Eric Zemmour, Eric Ciotti fait rapidement de l’immigration le sujet fétiche de son programme. Il plaide, entre autres, pour un retour sur le droit du sol au profit du droit du sang, et pour l’inscription des origines chrétiennes de la France dans la Constitution.

Mais que faut-il retenir de son programme ? Dans les colonnes du Point, Eric Ciotti a souhaité une dernière fois défendre ses ambitions présidentielles. Il a notamment insisté sur sa mesure phare : la défense de la propriété privée, qu'il décrit comme "liberté essentielle". "Cette défense de la propriété se traduit par quatre mesures : l'interdiction totale des squats, car squatter, c'est voler ; la suppression de l'impôt sur la mort, sur les successions et les donations ; exonérer les plus-values immobilières imposables pour un bien détenu depuis plus de dix ans ; la sortie de la résidence principale de l'impôt sur la fortune immobilière", a-t-il notamment énuméré. Le député a également estimé avoir "le projet le plus ambitieux et le plus abouti pour rendre de la liberté aux Français et baisser massivement les impôts". Et le candidat LR d'ironiser : "Je connaissais mes concurrents depuis longtemps. […] Ils feront d'excellents ministres."

Ciotti, la primaire et le congrès LR

Comme Valérie Pécresse, Michel Barnier et Philippe Juvin, Eric Ciotti a accepté très tôt le principe de la primaire à droite. Pour l’homme politique azuréen, il é taitimportant de ne pas avoir plusieurs candidats de la droite à l’élection présidentielle. Il n’hésite d’ailleurs pas à déclarer : "s’il y a deux candidats à droite, ce n’est même pas la peine d’y aller, on aura aucune chance". En septembre 2021, les Républicains ont choisi l’option du congrès plutôt que celle de la primaire classique pour désigner leur candidat unique. Eric Ciotti s'y est porté candidat et est arrivé en tête du premier tour, avec 25,59% des voix.

Résultats des sondages pour la présidentielle

S'il n'est pas testé dans toutes les enquêtes sur les intentions de vote au premier tour de la présidentielle, Eric Ciotti, lorsqu'il apparaît dans les résultats, est crédité d'un score entre 5 et 7%, le plaçant très loin d'un second tour, étant même doublé par Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot.

Biographie courte

L'homme dans l'ombre de Christian Estrosi. C'est ainsi que l'on pourrait qualifier le début de la vie politique d'Eric Ciotti. Car c'est comme directeur de cabinet de Christian Estrosi, président du conseil général des Alpes-Maritimes, de 2003 à 2007, que cet ancien collaborateur parlementaire a fait ses armes avant de se lancer dans l'arène. En 2007, le Niçois est élu député dans la 1re circonscription des Alpes-Maritimes en obtenant au second tour 60,92 %, et intègre la commission des lois à l'Assemblée nationale. Fort de ce succès électoral, Eric Ciotti rejoint la liste de Christian Estrosi lors de l'élection municipale à Nice, en 2008. Elu, il est nommé premier adjoint au maire, en charge du développement durable, de l'aménagement urbain, des travaux et des déplacements.

Mais cette victoire cache un revers : il connaît une défaite lors des élections cantonales, en mars 2008. Puis, en décembre 2008, Eric Ciotti se présente dans un autre canton dont le conseiller général a démissionné. Il remporte ce siège, puis il est élu à la présidence du conseil général des Alpes-Maritimes. Afin de respecter la règle de limitation des mandats, Eric Ciotti abandonne son poste de conseiller municipal de Nice. Parallèlement à sa carrière en province, Eric Ciotti est également secrétaire national de l'UMP. Chargé des questions de sécurité, celui que l'on surnomme "le monsieur sécurité de l'UMP" fait souvent la une des journaux pour ses propositions de loi controversées. En 2010, Eric Ciotti présente une loi visant à punir "de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende le fait par le père ou la mère de laisser son enfant mineur, lorsque celui-ci a été poursuivi ou condamné pour une infraction, violer les interdictions et les obligations auxquelles il est soumis". Après avoir soulevé de vifs débats, cette loi sera retoquée.

A l'inverse, la loi "Ciotti" qui prévoit de suspendre les allocations familiales en cas d'absentéisme prolongé a été adoptée en juin 2010. En 2011 et 2015, Eric Ciotti est réélu aux élections cantonales dans le canton de Saint-Martin-Vésubie. Il reste président du conseil général des Alpes-Maritimes. Il a également été réélu député aux législatives 2012 et 2017 dans la 1re circonscription des Alpes-Maritimes.

Service militaire

Eric Ciotti fait partie des candidats à la présidentielle de 2022 qui se disent favorables au retour du service militaire en France. Cette prise de position publique n’est pas sans conséquence pour le député des Alpes-Maritimes. Après enquête de plusieurs journalistes, il s'avère qu’Eric Ciotti a sollicité au cours de sa jeunesse l’appui d’hommes politiques pour échapper à ses propres obligations dans ce domaine.

Proche du Rassemblement national ?

C’est l’une des armes qu’utilisent les adversaires politiques d’Eric Ciotti (à gauche et dans son propre camp parfois) pour tenter de le déstabiliser. Par les idées qu’il porte et par le contenu de son programme, Eric Ciotti partage un lien de proximité étroit avec le Rassemblement national. S’il s’en défend, et bien qu’il continue à distinguer LR et RN, Eric Ciotti est régulièrement amené à justifier sa position vis-à-vis de Marine Le Pen.

Election présidentielle