Yannick Jadot : tête de liste EELV pour les européennes et tête de bois ?

Yannick Jadot : tête de liste EELV pour les européennes et tête de bois ? JADOT - Une union de la gauche pour les européennes ? Yannick Jadot rejette, pour le moment, l'appel formulé par plusieurs personnalités. Pour des raisons de "cohérence et de clarté".

"Quarante ans de tambouille politique et de confusion entre ce qui est dit à Paris et ce qui est fait à Bruxelles, ça suffit !" Voilà ce que répondait Yannick Jadot à l'AFP, en janvier, lorsqu'on lui demandait si la gauche pouvait se permettre de faire campagne pour les élections européennes en ordre dispersé. "L'écologie ne va pas être le gilet de sauvetage de gens qui se sont perdus entre Paris et Bruxelles", ajoute-t-il. Il faut dire que pour EELV, ce scrutin est bien singulier. C'est lors des européennes de 2009 que les écologistes français sont vraiment parvenus à constituer une force politique d'influence, structuré, indépendante. C'est au Parlement européen, loin des contingences de la vie politique nationale, de la nécessité des alliances d'appoint, qu'EELV porte très certainement le mieux ses ambitions. La nature du scrutin, proportionnel, et la position des écologistes sur la nécessité d'une Europe plus intégrée fait émerger une proposition lisible pour les électeurs. "Il y a pour nous un enjeu de clarté, de sincérité et de cohérence", précisait-il encore à l'AFP, en janvier.

Marqué par l'échec de Benoît Hamon à l'élection présidentielle, pour qui il s'était désisté dans ce scrutin, Yannick Jadot martèle désormais que l'autonomie d'EELV pour les européennes est la seule voie qui ait du sens. "L'écologie c'est bien plus que la gauche", disait-il d'ailleurs sur France Info début février, considérant que ce qui émerge ça et là sont des propositions d'"unions de façade à l'échelle française". La tête de liste a d'abord refusé la main tendue de Ségolène Royal, prête à s'engager à ses côtés comme numéro 2, pour élargir sa candidature. Il a ensuite fermé la porte, plus clairement, aux propositions du PS. L'initiative de Benoît Hamon, début février, ne trouve pas plus grâce à ses yeux. Son ancien allié, leader de Génération.s, proposait une votation citoyenne, pour rassembler les forces de gauche et construire une liste unique, pondérée en fonction de l'expression du "peuple de gauche". Une démarche, qui n'a pas plus séduit EELV que La France Insoumise.

Les sondages effectués sur l'élection européenne donnent, pour le moment, autour de 8% d'intentions de vote à EELV, à peu près autant que celles recueillies par la liste de La France Insoumise. Le PS et Génération.s ne semblent pas assurés de franchir la barre de 5% des voix, ce qui les exclurait du Parlement européen. Avec un tel résultat aux élections européennes, en revanche, EELV peut espérer faire élire entre 6 et 7 candidats.

Article le plus lu - Gilets jaunes : ça continue ! Les dernières infos › Voir les actualités

Yannick Jadot : tête de liste EELV pour les européennes et tête de bois ?
Yannick Jadot : tête de liste EELV pour les européennes et tête de bois ?

"Quarante ans de tambouille politique et de confusion entre ce qui est dit à Paris et ce qui est fait à Bruxelles, ça suffit !" Voilà ce que répondait Yannick Jadot à l'AFP, en janvier, lorsqu'on lui demandait si la gauche pouvait se permettre...