Guénolé : ce qu'il reproche à Mélenchon, ce que LFI répond

Guénolé : ce qu'il reproche à Mélenchon, ce que LFI répond Thomas Guénolé met en cause le fonctionnement de La France Insoumise avec des mots très durs, et dément tout "harcèlement sexuel", une accusation apparue en interne. Les propos du politologue ont fait vivement réagir Jean-Luc Mélenchon.

[Mis à jour le 18 avril 2019 à 16h16] Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou, Manuel Bompard, Marie-Pierre Oprandi : Dans un communiqué publié jeudi 18 avril, Thomas Guénolé n'épargne personne. Le politologue accuse le fonctionnement du parti d'extrême-gauche : "Comment peuvent-ils plaider sans relâche pour une vraie démocratie en France, eux qui organisent la France insoumise comme une dictature ?" a-t-il demandé dès les premières lignes. Dans ce texte, qu'il a notamment diffusé sur Twitter, l'enseignant devenu homme politique dénonce le "fonctionnement autocratique" du mouvement et l'emploi de "méthodes staliniennes".  Jean-Luc Mélenchon est accusé de prendre toutes les décisions, "en symbiose avec Sophia Chikirou". Il a qualifié Manuel Bompard, le coordinateur de l'équipe opérationnelle de la France Insoumise, d'être un "homme de paille" et un "paratonnerre". Il a également souhaité alarmé sur le risque de continuer à considérer Jean-Luc Mélenchon comme "candidat naturel" du mouvement, alors que l'enquête sur ses comptes de campagne lui font courir le risque d'être inéligible.

Thomas Guénolé écrit aussi qu'il a subi des pressions de la part de la hiérarchie du parti. Il fait notamment références à des accusations "sur la base de rumeurs" et à des desiderata manifestes de l'exclure de la liste de la France Insoumise pour les élections européennes. Toujours dans ce communiqué, celui qui était auparavant en 14e position de la liste LFI annonce qu'il a décidé se retirer. Il a également expliquer avoir, avec son avocat, pris des mesures judiciaires à l'encontre du parti.

Jean-Luc Mélenchon "stupéfait" des accusations de Thomas Guénolé

Dans une série de tweets, Jean-Luc Mélenchon a fait part de sa réaction à la découverte du communiqué et de sa réponse à Thomas Guénolé. "J'ignore tout de cette affaire. Je n'ai été informé ni de l'existence d'une procédure ni de ses évolutions" a-t-il expliqué. Il a ajoute n'avoir "jamais eu aucun contentieux personnel ou politique avec Thomas Guénolé" et que celui-ci n'aurait "jamais exprimé la moindre réserve concernant la vie du mouvement", affirmant même plusieurs fois son amitié et son soutien à l'ancien candidat à la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon se dit "stupéfait" et conclut, ironique : "Rien ne me sera épargné".

D'autres membres de la France Insoumise se sont aussi exprimés. Même les plus critiques quant à la manière dont s'organise le mouvement ont reproché à Thomas Guénolé sa manière d'exposer ici ses différends. Leïla Chaibi, en troisième position sur la liste LFI aux européennes s'est dite "choquée". "J'ai halluciné en lisant son communiqué. [...] Il n'a jamais émis la moindre critique. C'est gros de sa part, alors qu'il fait partie des plus zélés défenseurs de Jean-Luc Mélenchon", a-t-elle ajouté. Alexis Corbière, député et proche de Thomas Guénolé a tenu des propos similaires au Monde : "Il faut arrêter ces psychodrames, il y a une volonté de faire exploser un collectif à partir d'un cas individuel", a-t-il expliqué.

"Les questions qu'il soulève comme le poids de Jean-Luc Mélenchon et les modes de décision existaient avant même qu'il soit candidat sur la liste" a quant à elle estimé la députée Clémentine Autain au Huffington Post. "Mais qu'est-ce qui lui prend de publier une telle charge, à un mois d'une élection ? Il lui prend qu'il a une plainte pour harcèlement sexuel", accuse-t-elle.

Thomas Guénolé accusé de harcèlement sexuel

La France Insoumise a en effet apporté des éléments sur des procédures en cours à l'encontre de Thomas Guénolé, qu'il a qualifié de "méthodes staliniennes". "Le comité électoral a reçu un signalement d'une jeune femme dénonçant des faits pouvant s'apparenter à du harcèlement sexuel de la part de Thomas Guénolé", a indiqué le comité électoral de LFI dans son communiqué. Une "cellule de veille et de vigilance" a été mise en place. A cela s'ajoute la surprise de découvrir les propos du politologue. "Nous découvrons avec stupeur le communiqué de Thomas Guénolé qui instrumentalise des prétextes politiques pour sa défense" peut on lire.

Contacté par le HuffPost, Thomas Guénolé préparerait déjà sa défense. "Me poisser là-dedans, c'est leur stratégie de défense à eux" a-t-il expliqué. Il ajoute : "J'exige publiquement que tous les documents soient rendus publics. Ce n'est pas moi qui cache, c'est eux". Il a mandaté son avocat pour obtenir "tout document, y compris le mail de signalement" qui l'accuse. Dans les dernières lignes, il s'est aussi directement adressé aux militants, qu'il dit savoir las eux-aussi du fonctionnement du parti. "Je dois lancer l'alerte publiquement sur la machine à broyer ses militants et ses idéaux auto-proclamés, qu'est devenu la France Insoumise" a-t-il conclu.

Article le plus lu - Européennes 2019 : tensions et coups bas ! › Voir les actualités

Guénolé : ce qu'il reproche à Mélenchon, ce que LFI répond
Guénolé : ce qu'il reproche à Mélenchon, ce que LFI répond

[Mis à jour le 18 avril 2019 à 16h16] Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou, Manuel Bompard, Marie-Pierre Oprandi : Dans un communiqué publié jeudi 18 avril, Thomas Guénolé n'épargne personne. Le politologue accuse le fonctionnement du parti...