Elisabeth Borne : pas de vote de confiance au Parlement

"Elisabeth Borne : pas de vote de confiance au Parlement"

Elisabeth Borne : pas de vote de confiance au Parlement ELISABETH BORNE. Au lendemain du remaniement, Elisabeth Borne retrouve ses ministres pour parler de pouvoir d'achat. Le gouvernement ne se soumettra finalement pas à un vote de confiance au Parlement.

Elisabeth Borne a enfin tranché : elle ne soumettra pas son gouvernement, fraichement recomposé, à un vote de confiance du Parlement. La Première ministre se rendra pourtant mercredi 6 juillet à l'Assemblée nationale pour un discours de politique générale à 15h, puis au Sénat pour un second discours à 21h. Mais "nous avons fait un décompte du nombre de voix que la Première ministre aurait été sûre de recueillir en cas de vote de confiance, nous ne sommes pas certains que les conditions de cette confiance auraient été réunies", a expliqué le nouveau porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, à la sortie du premier Conseil des ministres de la nouvelle équipe, lundi après-midi.

Pour l'heure, Elisabeth Borne réunit de nouveau son gouvernement ce mardi 5 juillet pour évoquer le texte relatif au pouvoir d'achat, qui devrait être présenté à l'Assemblée nationale dans les semaines à venir. La Première ministre a désormais autour d'elle une équipe gouvernementale de 16 ministres, 15 ministres délégués et 10 secrétaires d'Etat, suite au remaniement dévoilé lundi matin.

Elisabeth Borne nommée Première ministre le 16 mai 2022

Elisabeth Borne a été nommée Première ministre par Emmanuel Macron le 16 mai 2022, après des semaines de spéculations suivant la réélection de ce dernier le 24 avril. Le chef de l'Etat avait assuré quelques jours avant cette nomination qu'il voulait à ses côtés "quelqu'un de sensible sur les questions sociales, environnementales et productives", une personnalité "incarnant à la fois le 'renouvellement' et en même temps 'quelqu'un de solide, capable de faire un 20 heures devant quinze millions de téléspectateurs et de tenir dans le chaudron de l'Assemblée, lors des questions au gouvernement'", disait aussi l'entourage du chef de l'Etat. Le tout avec "une sensibilité écologiste affirmée car Emmanuel Macron a promis de nommer un 'premier ministre chargé de la planification écologique'" (Le Monde).

Elisabeth Borne s'est ainsi imposée comme celle qui cochait le plus de cases dans cette équation. Elle est même devenue une évidence dans les tout derniers jours avant sa nomination, notamment après la levée de bouclier provoquée dans la majorité par l'hypothèse Catherine Vautrin, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy qui s'était battue contre le mariage pour tous lors du quinquennat de François Hollande.

Qui est Elisabeth Borne ? Biographie Express

Avant d'être nommée Première ministre, Elisabeth Borne était ministre du Travail dans le gouvernement Castex, après avoir occupé les portefeuilles des Transports et de la Transition écologique depuis 2017. Relativement peu connue des Français, ce qui peut constituer "un atout" dans ses nouvelles fonctions, elle l'était toutefois "plus que ne l'étaient Édouard Philippe et surtout Jean Castex" à leur arrivée à Matignon. 

Diplômée de Polytechnique, technicienne tenace, jugée loyale, Elisabeth Borne est en tout cas perçue par la Macronie comme ayant fait ses preuves au gouvernement pendant tout le dernier quinquennat. Cette ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal, qui fut aussi préfète et dirigeante de grandes entreprises publiques comme la RATP, a également le mérite d'appartenir à l'aile gauche de la majorité, un atout à l'approche des législatives et à l'heure où s'annoncent de nouvelles réformes sociales, à commencer par "la mère des batailles" sur les retraites.