Election municipale à Lille : sondage, candidats... L'essentiel pour comprendre le scrutin

Election municipale à Lille : sondage, candidats... L'essentiel pour comprendre le scrutin A Lille, qui est en mesure de ravir la mairie à Martine Aubry ? Le point sur les sondages et les dernières actualités sur les élections municipales à Lille.

L'essentiel

L'élection municipale à Lille peut se résumer à cette question : y a-t-il un candidat capable de conquérir la mairie et de battre Martine Aubry dans les urnes en mars prochain ? La socialiste, qui brigue un nouveau mandat, semble favorite, mais devra toutefois faire avec la baisse d'engouement des Lillois pour le PS, qui n'a recueilli dans cette ville que 8,31% des voix aux dernières élections européennes. A ces élections, Martine Aubry affrontera notamment Violette Spillebout, investie par LREM, et qui fut pendant plus de dix ans son bras droit.

D'après un sondage effectué début décembre par Ipsos - Sopra Steria, la maire sortante Martine Aubry est donnée en première position dans les intentions de vote avec 30%. Loin derrière elle, on retrouve l'écologiste Stéphane Baly avec 18% puis Violette Spillebout (15%). En quatrième position des intentions de vote, à égalité avec 11%, la France Insoumise, Les Républicains et le Rassemblement National ne parviennent pas à se démarquer.

En direct - Les dernières actus des municipales à lille

Martine Aubry n'ouvrira pas de local de campagne

L'actualité du 21 janvier - Comme le rapporte ce mardi 21 janvier La Voix du Nord, la maire sortante a fait savoir que sa campagne se ferait cette année "directement dans la rue". En 2008 et en 2014, Martine Aubry avait loué un local rue Gambetta pour en faire son QG. L'édile a donc jugé qu'elle pouvait se passer de structure pour rassembler ses troupes pour ces élections municipales 2020. Une manière, également, d'évacuer les soucis liés aux potentiels actes de malveillance et de supprimer des coûts de logistiques qui peuvent être importants, même si Martine Aubry s'est lancée dans une campagne express.

Lutte Ouvrière a investi sa tête de liste à Lille

L'actualité du 20 janvier - Pas de surprise à Lille : c'est bien Nicole Baudrin qui sera candidate aux municipales à Lille pour le parti d'extrême gauche Lutte Ouvrière. C'est la 6e fois que cette figure locale du parti est candidate pour cette élection, qui a fait sa première campagne pour les élections municipales à Lille en 1989. Nicole Baudrin avait porté la liste LO lors des dernières élections législatives.

Laurent Pietraszewski ne sera pas candidat aux municipales à Lille

L'actualité du 16 janvier - Le député LREM du Nord, aujourd'hui au gouvernement en charge de la réforme des retraites, a-t-il des ambitions pour les municipales ? Laurent Pietraszewski a répondu à cette question ce jeudi 16 janvier, interrogé sur le plateau de LCI, il a fait savoir qu'il ne s'engagerait pas dans ces élections, ni à Lille, ni à Lambersart d'où il est originaire. "Je ne serai pas sur une liste, je suis très très occupé par le dossier des retraites". Et d'ajouter : "Tout le monde sait mon avis. Je pense qu'il est grand temps de faire respirer Lille, et pour le reste, je vais me consacrer à ma charge". Pour rappel, "Faire respirer Lille" est le slogan de la campagne de Violette Spillebout, candidate LREM.

Trois défis pour Violette Spillebout

L'actualité du 15 janvier - Sur le plan économique, la candidate LREM s'est donné trois défis, et souhaite créer trois pôles pour y parvenir, rapporte la Voix du Nord. Premier objectif : accompagner la population vieillissante de Lille. Si le projet de la candidate se réalise, la liste "Faire respirer Lille" inaugurera un lieu intitulé la Silver Vallée, dans le quartier de l'Institut Pasteur, où il sera question d'autonomie, d'accompagnement des aidants, de mobilité et d'habitat adaptés. Les deux autres ambitions économiques de Violette Spillebout se doublent d'un enjeu écologique. Pour réaliser son objectif de neutralité carbone à Lille d'ici 2035 (avec quinze ans d'avance sur l'Europe donc), la marcheuse souhaite lancer un "Green New Deal" à la lilloise. Concrètement, la candidate veut créer un lieu qui porterait le nom Eurotransition, décrit comme "un espace pour réunir et fédérer les initiatives". "Lille n'est pas encore engagée dans la transition énergétique," estime Claude Lenglet, l'ingénieur missionné par Violette Spillebout pour mettre en place ce projet. Le troisième point de ce programme s'incarnerait dans un lieu appelé "l'avenue des modes", dédié au recyclage et à l'économie circulaire, avec la création d'un marché de la seconde main.

En savoir plus sur les municipales à Lille

Municipales à Lille : les candidats

  • Candidature PS : Martine Aubry se présente bel et bien aux élections municipales de Lille, espérant assurer sa propre succession avec un quatrième mandat. Pour expliquer sa décision de se présenter, contrairement à ce qu'elle déclarait en 2013, la figure socialiste s'est exprimée auprès de la Voix du nord : "Je n'avais pas imaginé la situation de notre pays, où Lille ne fait pas exception. On a des défis très lourds : le défi écologique, bien sûr, mais aussi le défi social. Sans justice sociale, il ne peut pas y avoir de transition écologique." L'ancienne ministre a également annoncé qu'elle visait uniquement la mairie, et qu'elle ne serait pas candidate à la présidence de la métropole.
  • Candidature LREM : Violette Spillebout veut "Faire respirer Lille". Le parti d'Emmanuel Macron a investi Violette Spillebout, aux dépens de la députée Valérie Petit. Violette Spillebout fut directrice de cabinet de Martine Aubry de 2008 à 2013, avant de quitter le PS pour rejoindre LREM. Depuis son investiture LREM, l'UDI et le MoDem se sont ralliés à elle. L'ancienne "femme des réseaux" auprès de Martine Aubry n'a pas un profil politique, selon Rémi Lefebvre, professeur de science politique, mais un "profil très techo et pragmatique", peut-on lire dans Libération. En outre, la candidate LREM a fait des études de santé publique, et est actuellement la directrice de la relation client et des situations sensibles de la SNCF.
  • Candidatures à droite : C'est Marc-Philippe Daubresse qui a reçu l'investiture LR pour ces municipales lilloises. Le sénateur LR, ancien maire de la commune voisine de Lambersart, doit cependant composer avec la candidature de Thierry Pauchet, élu de centre droit. Celui-ci, chef de file de l'opposition de la droite au conseil municipal de Lille, mène aussi campagne avec la liste "Les Lillois Sont Formidables". Une division qui pourrait écarter la droite de la course à la mairie de Lille.
  • Candidature RN : Elu d'opposition au conseil municipal et à la métropole européenne de Lille, l'avocat Eric Cattelin-Denu portera la candidature du Rassemblement national pour l'élection municipale à Lille.
  • Candidature LFI : Le jeune député LFI du Nord Adrien Quatennens a fait savoir en septembre à La Voix du Nord qu'il ne porterait pas la liste des Insoumis à l'élection municipale à Lille, privilégiant ses responsabilités nationales. La France Insoumise soutient donc le collectif "Décidez pour Lille", qui souhaite impliquer les habitants dans les décisions de la ville. Au sein de ce collectif, Julien Poix et Elodie Cloez, à l'origine du mouvement, sont chefs de file. A ne pas confondre avec tête de liste, mais chargés d'animés la campagne. La liste du mouvement pour ces élections municipales sera élaborée ultérieurement et permettra de déterminer une tête de liste. Parmi les mesures proposées par Julien Poix, on trouve la mise en place du "principe de révocation des élus, avec un vote de satisfaction, à mi-mandat", et de "référendums d'initiatives populaires".
  • Candidature EELV : Les écologistes d'EELV, qui siègent jusqu'en mars 2020 dans la majorité socialiste, ont investi Stéphane Baly, qui mène une "liste écologiste autonome largement ouverte". Stéphane Baly est ingénieur, enseignant-chercheur, co-fondateur de l'entreprise Enercoop et expert pour l'association néagWatt. C'est un élu de la métropole de Lille, et il est aussi conseiller municipal à Lille, où il s'occupe d'énergie, d'éclairage public et de la gestion technique des bâtiments.
  • Candidature Génération.s : Le nouveau parti de Benoît Hamon a choisi de briguer la mairie de Lille avec un tandem de candidats. Il s'agit de Faustine Balmelle et de Laurent Perin.

Municipales à Lille : les sondages

Un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Bleu et La Voic du Nord a été publié le 13 décembre 2019. Les intentions de vote de cette enquête sont les suivantes : Martine Aubry (PS) : 30% ; Stéphane Baly (EELV) : 18% ; Violette Spillebout (LREM) : 15% ; Marc-Philippe Daubresse (LR) : 11% ; Julien Poix (LFI) :  11% ; Eric Cattelin-Denu (RN) : 11% ; Thierry Pauchet (Divers droite) : 4%.

Un sondage sur l'élection municipales à Lille a été effectué en octobre 2018 par BVA, pour LREM. Cette étude, qui aurait pu rester confidentielle, a été consultée par La Voix du Nord, qui en a donné les résultats, tout en insistant sur la "politique-fiction" qu'elle établit. Voici toutefois les estimations parti par parti (sur des hypothèses qui ne tiennent déjà plus) pour le premier tour des municipales à Lille : LREM (Gérald Darmanin - qui n'est finalement pas candidat) : 17% ; à égalité avec le RN : 17% ; EELV : 16% ; Parti socialiste (Martine Aubry) : 15% ; Les Républicains : 14% ; La France Insoumise (Adrien Quatennens - non candidat) : 10% ; Divers droite (Damien Castelain) : 7% ; PCF (Eric Bocquet) : 3%. La même étude teste l'hypothèse d'une triangulaire au second tour. Martine Aubry à la tête d'une union de la gauche (dont EELV et LFI) arriverait en tête avec 41% des voix, devant LREM (37%) et le RN (22%). En cas de quadrangulaire avec LFI qui se maintiendrait, alors LREM serait en tête (38%) devant Martine Aubry (26%), le RN (22%) et LFI (14%).