Municipales à Nantes : candidats, sondages, actus... Le point sur l'élection

Municipales à Nantes : candidats, sondages, actus... Le point sur l'élection ELECTION NANTES - A Nantes, la course aux élections municipales de 2020 est pour le moment exclusivement féminine, avec cinq candidates au coude à coude. Johanna Rolland, maire PS, renouvellera-t-elle son mandat ?

L'essentiel

Le Parti Socialiste est à la tête de la sixième ville de France par son nombre (300 000 habitants) depuis plus de 30 ans. Après l'ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault qui a dirigé la ville pendant 23 ans, Johanna Rolland a pris la suite, élue en 2014, à l'âge de 36 ans. Un mandat que l'édile a la ferme intention de renouveler. Elle semble en bonne position pour cela puisque les sondages la donnent favorite pour ces élections municipales de 2020 à Nantes.

La candidate PS est concurrencée par la liste EELV qui pourrait obtenir de bons résultats, puisque tous les derniers sondages nationaux font part d'une "poussée" verte pour ces élections, suite aux élections européennes où ils ont remporté 13,5% des voix. Cinq candidates sont pour le moment officiellement dans la course, les partis de Florian Philippot et François Asselineau peinent à réunir le nombre de 69 candidats impartis. Il s'agit, outre la maire sortante, de Laurence Garnier (LR), Valérie Oppelt (LREM), Margot Medkour (Nantes en Commun) et Julia Laernos (EELV). Le point sur l'actualité des élections municipales nantaises, les candidats et les sondages.

En direct - Les dernières actus des municipales à Nantes

Une soirée-débat organisée le 29 janvier par Anticor

L'actualité du 22 janvier 2020 - Le groupe Anticor44 prévoit une soirée-débat mercredi 29 janvier. Créée en 2002, l'association Anticor a pour objectif de lutter contre la corruption et souhaite rétablir des exigences éthiques en politique. L'association a organisé plusieurs de ces soirées dans toute la France, et a pour objectif, outre de donner un espace d'expression et l'occasion d'un débat entre tous les candidats des élections municipales nantaises, de présenter leurs "trente propositions pour des communes plus éthiques". L'association souhaite inviter tous les candidats à intégrer ces mesures, en totalité ou en partie, dans leur programme électoral. Françoise Verchère, coréférente Anticor44 (connue pour son combat contre le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes), et Anthony Torzec, journaliste à Médiacités, seront les animateurs de cette soirée-débat. On ignore encore quels candidats accepteront cette invitation.

Marine Le Pen rend visite à la candidate Éléonore Revel cette semaine

L'actualité du 21 janvier 2020 - Investie par le RN il y a quelques jours seulement, Eléonore Revel attend ce jeudi une visite capitale pour sa campagne électorale à Nantes. Marine Le Pen en personne fera le déplacement pour apporter son soutien à la candidate et lui apporter une attention médiatique certaine. La présidente du parti d'extrême-droite fera toutefois l'aller-retour dans la matinée, et sera présente sur les terres PS de Johanna Rolland uniquement le temps de se rendre à la conférence de presse organisée par Eléonore Revel, d'après les informations de Ouest France.

Mounir Belhamiti, numéro 2 de la liste LREM ?

L'actualité du 20 janvier 2020 - Selon les indiscrétions de Ouest France, Mounir Belhamiti sera le numéro de la liste dirigée par Valérie Oppelt à Nantes, pour LREM. Une information que n'aurait pas démentie le principal intéressé, d'après le même média. Suppléant du député François de Rugy, Mounir Balhamiti a lui même exercé un mandat de député pendant dix mois, en remplacement de François de Rugy lors du bref mandat ministériel de celui-ci. Conseiller municipal à Nantes depuis 2014, il avait été élu sur la liste écologiste de Pascale Chiron, puis s'était éloigné du parti vert pour s'engager au sein du parti macroniste en 2017. En intégrant la liste LREM de ces élections municipales 2020 à Nantes, Mounir Belhamiti incarnerait l'aile gauche du parti présidentiel.

L'écologiste Julia Laernoes présente sa liste

L'actualité du 17 janvier 2020 - Après Johanna Rolland, c'est au tour de la candidate Julia Laernoes de présenter les 69 noms de sa liste "Nantes ensemble" pour ces élections municipales 2020. Une liste composée notamment de six autres élus sortants, comme elle. 26 de ces candidats sont membres d'EELV, trois de Génération Ecologie et une candidate est militante au sein du parti animaliste. A propos de sa liste, Julia Laernos a déclaré : "Je suis très fière de la manière dont on a construite cette liste. Elle allie expérience politique et acteurs engagés dans la ville". Visant la maire sortante Johanna Rolland, avec la liste de laquelle les Verts avaient fusionnée lors des dernières élections municipales, la candidate écolo estime qu'"on ne peut pas faire un peu de "vert" quand ça ne gêne pas et quand ça ne dérange pas… Il faut faire des choix. Ce qu'on retrouve chez les Nantais, c'est ce besoin d'écologie." On retrouve en 12e position de sa liste l'étudiant Christophe Jouin, qui avait été condamné pour avoir lancé de la farine au visage de la maire Johanna Rolland...

Johanna Rolland présente sa liste

L'actualité du 15 janvier 2020 - La maire de Nantes, candidate à sa réélection, a présenté en début de semaine l'intégralité de sa liste ordonnancée pour ces élections municipales. Parmi les 69 colistiers, Johanna Rolland a présenté 35 femmes et 34 hommes. Ils sont 45 néophytes, qui n'ont jamais exercé de fonctions électives, et 24 sont des élus sortants. Dans le détail des forces politiques incarnées par ces candidats, on trouve un tiers de socialistes, un tiers de représentants de la société civile et un tiers de candidats issus de la gauche (Génération.s, PCF, etc.) ou écologistes. 50 d'entre eux sont également en lice pour siéger au conseil métropolitain de Nantes.

Eléonore Revel choisie par le RN pour les élections municipales

L'actualité du 14 janvier 2020 - Éléonore Revel, déléguée départementale du parti de Marine Le Pen en Loire-Atlantique, a finalement été préférée à Benoist Rouaud. Celui-ci espérait obtenir l'investiture du RN et semblait pressenti pour diriger la liste d'extrême-droite, mais sa candidature aurait été refusée par la commission en raison de son manque de notoriété, selon Ouest France. Dans un premier temps, la candidate n'avait pas souhaité présenter sa candidature, pour des motifs personnels, puis est revenue sur sa décision et a accepté de porter les couleurs de son parti à Nantes pour les élections municipales 2020. "J'ai dit non pour des raisons personnelles. Mais s'il faut y aller, j'irai...," avait-elle déclaré. Pour rappel, le parti de Marine Le Pen avait remporté 8,1% des votes à Nantes lors des élections municipales de 2014.

En savoir plus sur les municipales à Bordeaux

Candidats aux municipales à Nantes

  • Candidature PS - Sans surprise, c'est la maire sortante, Johanna Rolland, qui se présente comme tête de liste pour les élections municipales de Nantes. Egalement présidente de la métropole de Nantes, Johanna Rolland a marqué son mandat par l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ou encore du projet de stade de football "Yellopark". Elle a également permis l'évacuation et le relogement de plusieurs centaines de migrants qui vivaient sous des tentes au square Daviais dans le centre-ville. La candidate PS prépare sa réélection depuis un an : le rapport de son projet "Labo 258", par lequel elle invitait les citoyens de la ville à s'exprimer sur leurs attentes pour l'avenir, a été publié en juillet 2019. Le 21 octobre, Johanna Rolland obtient le soutien des militants de Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon, qui ne présentera donc pas de liste propre.
  • Candidature EELV - C'est Julia Laernoes, conseillère municipale actuellement, qui portera les couleurs des verts pour cette nouvelle campagne. Elle est également vice-présidente de la métropole de Nantes depuis 2014, aux côtés de Johanna Rolland. Au sein de la métropole, Julia Laernos est chargée de la transition énergétique, du plan climat et de l'énergie. EELV et le PS sont alliés dans la gestion de la ville et collaborent sur de nombreux points, malgré la divergence de leurs opinions sur certains sujets.
  • Candidature LREM - C'est également une femme qui a été investie le 18 septembre par le parti LREM. Alors que les sondages pressentaient une candidature de Sophie Errante, c'est finalement Valérie Oppelt qui prend la tête de la liste du parti de la majorité. Âgée de 45 ans, la candidate a déclaré à l'AFP : "Je suis la seule candidate issue de la société civile dans le sens où je n'ai pas fait de carrière politique. Cela fait deux ans et demi que je fais de la politique, avant j'ai une histoire industrielle".
  • Candidature LR - A droite, Laurence Garnier représentera Les Républicains pour ces élections municipales. Elle s'était déjà présentée aux dernières élections municipales en 2014 et siège au conseil municipal du côté de l'opposition. Laurence Garnier est également 2e vice-présidente du Conseil régional des Pays de la Loire. Sa campagne s'axera sur la sécurité, si l'on se réfère à sa "lettre aux Nantais" qu'elle a publiée en septembre, dans laquelle elle affirme que l'insécurité est "le premier sujet de préoccupation" des Nantais, ainsi que sa lettre ouverte adressée à Johanna Rolland début décembre. La candidate de droite souhaite doubler le nombre de policiers municipaux mais aussi le nombre de caméras de vidéosurveillance. 
  • Candidature Nantes en commun - Margot Medkour, âgée de 28 ans, a expliqué dans une interview accordée à 20 Minutes qu'elle n'avait pas l'ambition d'une carrière politique mais a "consenti" à se présenter à ces élections pour représenter le mouvement "Nantes en commun" dont elle fait partie. Un tout jeune mouvement, qui n'existe officiellement que depuis janvier 2019, et qui se veut être une alternative à Johanna Rolland, avec qui elle a déjà prévu qu'elle ne pourrait s'allier. Dans cet entretien, la candidate a présenté le mouvement ainsi : "Je me reconnais dans le municipalisme, à savoir prendre le pouvoir par le bas et permettre aux habitants de se réapproprier la politique et de faire bouger les choses localement – nous nous sommes inspirés sur ce point des "villes rebelles" espagnoles".
  • Candidature RN - L'homme pressenti pour mener la campagne du Rassemblement national était Benoist Rouaud, un homme de 38 ans, ancien militaire et désormais reconverti dans le conseil en sécurité. Le parti de Marine Le Pen lui aurait finalement préféré Eléonore Revel, une confirmation devrait avoir lieu rapidement.
  • D'autres candidats ? La France Insoumise n'a pas l'intention de présenter de liste propre pour ces élections municipales, mais soutient la candidature de Margot Medkour. Il est peu probable que le mouvement de Florian Philippot, "Les Patriotes", présente une liste, puisqu'il ne compte que 120 adhérents dans le département de la Loire-Atlantique, et qu'une liste pour la commune de Nantes demande de présenter 69 noms. Quant à l'UPR, le parti de François Asselineau, il souhaiterait constituer une liste autour de Hugo Sonnier, mais peine également à réunir 69 noms. Le 27 novembre, le Nouveau Parti Anticapitaliste lançait sa campagne à la maison des syndicats. Une liste menée par l'étudiant en histoire Riwan Chami, âgé de 25 ans. Le mouvement réunit déjà une trentaine des noms nécessaires pour se présenter, et souhaite défendre ses idéaux rejetant le système actuel. Il leur reste jusqu'au 7 février pour déposer une candidature.

Sondages sur les élections municipales à Nantes

Dans un sondage commandé par le PS à l'Ifop et réalisé en juin 2019, Johanna Rolland serait en tête aux élections municipales de 2020 pour la ville de Nantes. Deux scénarios avaient été envisagés par l'organisme de sondages : une coalition avec EELV, ou non. Dans les deux cas, Johanna Rolland sortirait vainqueur de ces élections et pourrait assurer sa propre succession. Dans l'hypothèse d'une candidature EELV menée par Julia Laernos, le sondage estime que le PS serait en tête à l'issue du premier tour, avec 33% des voix, tandis que EELV suivrait avec 23% des votes. Derrière elles, le sondage estimait que LR remporterait 15% des suffrages, 14% allant à LREM associée au MoDem et à l'UDI, 8% pour le RN et 6% pour la France Insoumise. Ce sondage ne correspond donc pas tout à fait au cas de figure qui se présente avec les candidatures actuelles.