DIRECT. Législatives 2022 : Hollande finalement pas candidat ? Actus et résultat des sondages

"DIRECT. Législatives 2022 : Hollande finalement pas candidat ? Actus et résultat des sondages"

DIRECT. Législatives 2022 : Hollande finalement pas candidat ? Actus et résultat des sondages ELECTIONS LEGISLATIVES. Pressenti pour faire son retour lors des législatives en Corrèze, François Hollande ne devrait finalement pas être candidat, d'après Franceinfo. Les dernières infos en direct.

L'essentiel
  • Les élections législatives 2022 auront lieu les dimanches 12 et 19 juin. Les Français éliront leur 577 députés, un par circonscription, pour siéger à l'Assemblée nationale.
  • La Nupes présentait ce matin son programme commun en conférence de presse : les principales figures des partis représentés dans l'alliance ont évoqué plus de 650 propositions communes. "Nous ne demandons à personne de renoncer à ses positions", a assuré Jean-Luc Mélenchon.
  • L'ancien président François Hollande n'avait pas exclu de se présenter aux législatives en Corrèze. D'après les sources de Franceinfo, il devrait finalement annoncer qu'il ne sera pas candidat, à la veille de la fin des dépôts de candidatures.
  • Christian Jacob a intimé à Damien Abad de quitter la présidence du groupe LR à l'Assemblée. Ce dernier, en effet, investi aux législatives par LR, espère être nommé au gouvernement Borne. "Je m'exprimerai dès ce soir dans les colonnes du Figaro", annonce Damien Abad sur Twitter.
  • Jérôme Peyrat, candidat investi par Ensemble ! dans la 4e circonscription de Dordogne, a retiré mercredi soir sa candidature aux élections législatives. Celle-ci faisait polémique en raison de sa condamnation pour violences conjugales en 2020.
  • Un sondage Elabe publié mercredi 18 mai place la Nupes en tête des intentions de vote au 1e tour des élections législatives, avec 27,5%, au coude avec la majorité présidentielle (27%). Malgré une dynamique favorable à la gauche, la majorité présidentielle est donnée victorieuse à l'issue du 2e tour, remportant entre 290 et 330 sièges à l'Assemblée.
  • Suivez sur cette page les dernières actualités de campagne, les sondages, et les informations sur le fonctionnement du scrutin.
EN DIRECT

18:20 - "On me fait un mauvais procès" : Jérôme Peyrat revient sur le retrait de sa candidature aux législatives

Investi aux législatives par la majorité présidentielle en Dordogne, Jérôme Peyrat s'est finalement retiré de la course hier soir, suite à la polémique autour de sa condamnation pour violences conjugales en 2020. "Il ne faut mettre personne en danger quand ça menace sa famille politique", s'est-il justifié au micro de BFMTV. "Je trouve que tout ce qu'il se passe est complètement disproportionné", a-t-il toutefois déploré : "La parole des femmes se libère mais on me fait un mauvais procès, surtout qu'il a déjà été fait."

18:00 - Olivier Faure prend la défense de Jean-Luc Mélenchon et récuse les accusations de "communautarisme"

Interrogé par un journaliste sur les accusations de "communautarisme" qui visent Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure s'est agacé : "Dire que Jean-Luc Mélenchon est communautariste, pourquoi pas, mais encore faut-il le démontrer. On cherche à fabriquer des épouvantails", a déclaré le patron des socialistes en conférence de presse ce matin. "Il y a un art, dans ce pays, de la diversion", déplore-t-il : "Qu’est-ce qu’on veut faire de ce pays pour les cinq prochaines années ? Est-ce qu’on veut s’intéresser uniquement à la tenue qu’on met dans les piscines, ou est-ce qu’on va aussi s’occuper de questions essentielles ?" Une allusion à la polémique qui vise le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle, dont le conseil municipal vient d'autoriser le burkini dans les piscines.

17:50 - Une recours va être déposé au Conseil d'Etat pour une modification du nuancier du ministère de l'Intérieur

Les candidats aux législatives investis par la Nupes ont constaté avec colère que le nouveau nuancier du ministère de l'Intérieur ne comportait pas la nuance "Nupes". "Nous avons écrit en commun au ministère de l’intérieur et nous n’avons pas de réponse à cet instant", a annoncé l'Insoumis Manuel Bompard en conférence de presse ce matin. "Nous finalisons un recours devant le Conseil d’Etat que nous déposerons en commun, pour qu’enfin ce nuancier soit mis à jour", ajoute le candidat de la 4e circonscription de Marseille.

17:40 - Où en sont les divergences sur le nucléaires au sein de la Nupes ?

Comme l'a rappelé l'Insoumise Clémence Guetté lors de la conférence de presse  ce matin, le programme commun de la Nupes pour les législatives prévoit "le passage à 100% de renouvelables et la sortie du nucléaire", ainsi que "l'abandon des projets d'EPR". Cependant, assure le communiste Ian Brossat, "si demain nous avons des groupe à l’Assemblée nationale, ils défendront leurs convictions" : une façon de dire que les députés communistes resteront favorables au nucléaire. "Nous ne demandons à personne de renoncer à ses positions", a répété Jean-Luc Mélenchon, ajoutant que "personne ne propose d’appuyer sur le bouton pour arrêter toutes les centrales nucléaires du pays".

17:17 - Ian Brossat : "Nous sommes convaincus que ce changement de majorité est possible"

Le conseiller municipal communiste de Paris s'est lui aussi montré très optimiste à l'approche des législatives : "Nous sommes convaincus que ce changement de majorité est possible et nous sommes convaincus qu’il est absolument nécessaire. Et d’ailleurs, la nomination d’Elisabeth Borne comme première ministre montre bien les dangers que notre peuple court si cette majorité est reconduite par ce qu’elle est en elle-même, par ce qu’elle est et parce qu’elle est en fait le symbole de ces politiques antisociales."

17:16 - Olivier Faure loue "une gauche de transformation" en route vers les législatives

Ce matin, lors de la conférence de presse de présentation du programme de la Nupes, le patron des socialistes s'est montré optimiste à l'approche des législatives, malgré des sondages qui annoncent une victoire du camp Macron. "Nous allons faire campagne partout en France pour créer les conditions d’un meilleur avenir. On a la volonté ensemble d’être une gauche de transformation", a affirmé Faure. Pour ce dernier, "l’histoire de la gauche est d’avoir rendu possible des choses qui étaient présentées comme impossibles la veille."

15:30 - Damien Abad clarifiera ses intentions en vue des législatives dans le Figaro ce soir

Damien Abad, candidat dans l'Ain investi par LR, est sous le feu des critiques au sein de son parti, car il s'est rapproché de la macronie, au point d'espérer un poste dans le nouveau gouvernement. Ce matin, le président des Républicains, Christian Jacob, l'a prié de quitter sa fonction de président du groupe LR à l'Assemblée. Sur Twitter, Damien Abad annonce la fin du suspense : "J'ai toujours pris mes responsabilités et, une fois encore, je les prendrai : avec clarté et franchise. Je m'exprimerai dès ce soir dans les colonnes du Figaro."

15:04 - Un nouveau sondage donne Ensemble ! en tête des intentions de vote au 1e tour des législatives

Alors que de nombreux sondages donnaient la Nupes en tête au 1e tour des législatives, le nouveau baromètre Opinion Way pour Les Echos et Radio Classique, publié aujourd'hui, donne l'avantage à la majorité présidentielle : celle-ci est donnée à 27%, contre 24% pour la Nupes, 22% pour le RN, 11% pour LR et 5% pour Reconquête. Notons que ce sondage propose les options "divers gauche" (3%) et autre candidat écologiste (2%). Les candidatures de gauche hors Nupes aspirent donc quelques électeurs.

A l'issue du 2e tour, le camp Macron remporte une majorité absolue de sièges à l'Assemblée : entre 310 et 350. La Nupes en aurait entre 140 et 170, LR et ses alliés entre 50 et 70, le RN entre 15 et 35.

14:45 - Christian Jacob intime Damien Abad de quitter ses fonctions de président des députés LR

Damien Abad, président du groupe LR à l'Assemblée, est investi par son parti pour les élections législatives. Cependant, il semble espérer un poste de ministre dans le nouveau gouvernement Borne. Dans un communiqué, le patron de LR Christian Jacob annonce qu'il a tranché sur son cas : "Je lui ai demandé ce matin de sortir de l’ambiguïté. Il m’a réclamé un délai supplémentaire pour attendre la composition du gouvernement. Dans ces conditions, je lui ai signifié qu’on ne pouvait pas attendre le bon vouloir de Monsieur Macron de le prendre ou de ne pas le prendre au gouvernement et qu’il devait dès maintenant quitter ses fonctions de président du groupe."

14:29 - François Hollande ne devrait pas se présenter aux élections législatives

L'ancien chef d'Etat laissait planer le suspense, il n'avait pas exclu de faire son grand retour en politique à l'occasion des législatives 2022, en Corrèze. Opposé à la Nupes, il aurait été libre de présenter une candidature socialiste dissidente. Toutefois, d'après les informations d'un journaliste de Franceinfo, François Hollande devrait annoncer qu'il ne se présente finalement pas. En effet, les candidats ont jusqu'à demain pour se déclarer en préfecture. 

13:30 - Julien Bayou : "Cet accord, c’est une affaire d’ambition et une affaire d’espoir"

Au tour de Julien Bayou de prendre la parole à la conférence de presse de la Nupes. "Pour nous, cet accord, c’est une affaire d’ambition et une affaire d’espoir, d’abord et en premier lieu pour le climat", explique le candidat écologiste aux élections législatives dans la 5e circonscription de Paris. "C’est cette ambition qui fait qu’ici et là, dans les circonscriptions, sur le terrain, les forces écologistes, communistes, insoumises, socialistes se retrouvent pour faire campagne ensemble." Bayou l'affirme : "Nous sommes prêts et prêtes à gouverner pour le climat et la justice sociale dès le mois de juin."

12:45 - Jean-Luc Mélenchon : "L’idée n’a pas été d’aboutir à une fusion idéologique"

Le chef des Insoumis prend le premier la parole lors de la conférence de presse de présentation du programme de la Nupes. Il salue "l’événement historique" que représente cette alliance des gauches aux élections législatives 2022. Les partis se sont réunis autour de 650 points programmatiques, annonce Jean-Luc Mélenchon. Dans les discussions, "l’idée n’a pas été d’aboutir à une fusion idéologique", précise-t-il, ajoutant que sur l'Europe, sujet de controverse à gauche, "on n’a demandé à personne d’imposer sa propre vision à tous les autres".

12:00 - "C'est sa décision" : Christian Jacob presse Damien Abad de clarifier son camp pour les législatives

Sur Franceinfo, le patron des Républicains s'exprime sur le cas de Damien Abad, candidat LR investi aux législatives qui pourrait rejoindre la majorité présidentielle. "Il a été tancé en réunion de groupe en début de semaine, lundi, où l'unanimité des parlementaires lui ont demandé de clarifier sa position", raconte Christian Jacob. "On lui a demandé de le faire immédiatement, il a demandé un délai de 48h. [...] Souvent, on dit que quand il y a un doute, c'est qu'il n'y a pas de doute. Mais c'est à lui de prendre sa décision. C'est à lui de décider s'il a envie de rejoindre la majorité et le gouvernement ou pas."

11:47 - André Gerin, ancien maire communiste de Vénissieux, quitte le PCF en protestation à la Nupes

Après 58 ans au PCF, André Gerin a adressé une lettre à Fabien Roussel annonçant son départ du parti. Il ne digère pas l'accord signé pour les législatives 2022 avec la France Insoumise. Pour lui, "la coloration communautaire de Jean-Luc Mélenchon est connue publiquement. Elle pose tout de même une question essentielle pour la gauche et surtout pour le PCF." Nul doute aussi que le fait que la maire communiste actuelle de Vénissieux, Michèle Picard, ait du retirer sa candidature aux législatives au profit d'un Insoumis, pèse dans la balance. 

11:32 - La Nupes tient ce matin une conférence de presse pour présenter son programme commun aux législatives

Pour ces élections législatives 2022, les principales formations de gauche (PS, LFI, EELV et PCF) se sont réunies sous une bannière commune, la Nouvelle union populaire écologique et sociale. En plus de ne présenter qu'un candidat unique par circonscription, les formations politiques se sont mises d'accord sur 650 propositions programmatiques. Ce matin en conférence de presse, Jean-Luc Mélenchon, grand instigateur de ce rassemblement des gauches, présente les principaux axes du programme commun.

LIRE PLUS
En savoir plus

Quelles sont les dates des élections législatives 2022 ?

Le premier tour des élections législatives est organisé dans toutes les circonscriptions de France métropolitaine le dimanche 12 juin 2022 ; le second tour a lieu le dimanche 19 juin 2022. A l'étranger et en Polynésie française, le premier scrutin se tient une avance avant le vote organisé en métropole. Dans certains départements et collectivités d'outre-mer, les électeurs votent aux législatives le samedi précédant l'élection en métropole. Ces deux scrutins interviennent seulement deux mois après l'élection présidentielle, du fait la campagne en plus d'être courte et imprégnée des dynamiques de l'élection présidentielle. Les investitures des candidats interviennent généralement début mai après les séquences de tractations mais les candidatures officielles doivent être déposées en préfecture entre le 16 et la 20 mai, à 18 heures au plus tard. Quant à la campagne officielle, elle dure deux semaines et commence le lundi 30 mai cette année. A compter de cette date, les communes doivent mettre à disposition des candidats des espaces d'affichage et les médias donnent la parole aux partis politiques engagés dans la course des législatives.

Quel est le fonctionnement des élections législatives ?

Les hommes et femmes désignés députés lors des élections législatives sont les représentants de la Souveraineté nationale pendant 5 ans, sauf en cas de dissolution interrompant la législature. L'élection s'effectue au suffrage universel direct, par un scrutin dit majoritaire uninominal à deux tours dans chaque circonscription. Dans chaque circonscription, un candidat est élu et obtient donc un siège de député dès le premier tour, s'il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix égal au quart du nombre d'électeurs inscrits.

Pour se qualifier pour le deuxième tour, un candidat doit avoir recueilli au premier tour un nombre de voix au moins égal à 12,5% du nombre des électeurs inscrits dans la circonscription. Mais si un seul candidat remplit cette condition, alors le candidat arrivé en deuxième position peut se maintenir au second tour. Si aucun candidat n'a obtenu les 12,5% de voix d'inscrits, les deux candidats arrivés en tête sont qualifiés pour le second tour. Au deuxième tour, le candidat arrivé en tête, avec une majorité absolue ou relative, est élu. En cas d'égalité parfaite de suffrages,  c'est le candidat le plus âgé qui est élu.

Qui sont les candidats aux élections législatives ?

Lors des élections législatives, ce sont toujours plusieurs milliers de candidats qui s'engagent pour briguer un siège à l'Assemblée nationale. En 2017, ils étaient près de 8000. Selon le code électoral, pour se porter candidats aux législatives, il faut respecter un certain nombre de conditions : être majeur au jour de l'élection ; jouir de ses droits civiques ; ne pas être dans un cas d'incapacité ou d'inéligibilité prévu par la loi. Un candidat n'a pas l'obligation, en revanche, de figurer sur la liste électorale d'une des communes de la circonscription législative qu'il vise. Il est interdit de se présenter dans plusieurs circonscriptions. Il est impossible pour un maire ou une personne exerçant des fonctions exécutives locales de se porter candidat à une élection législative, depuis la loi organique du 14 février 2014 sur le non-cumul des mandats.

Quels sont les résultats des sondages sur les législatives 2022 ?

Il faut bien comprendre que les élections législatives sont d'une nature très singulière : il s'agit en réalité de 577 scrutins différents, une par circonscription, avec des candidats se présentant uniquement dans un unique territoire. Les instituts de sondage ne se prêtent pas à l'exercice de réaliser une enquête d'opinion dans chaque circonscription. En revanche, les sondeurs effectuent toujours pour les législatives des études d'intentions de vote par formation politique à l'échelle nationale, pour le premier et le deuxième tour. Des analyses plus fines suivent avec des projections en nombre de sièges, avec de larges fourchettes. 

De premiers sondages sur les élections législatives, donnant les premières tendances, viennent d'être publiés. Attention, les projections sont un exercice très difficiles à réaliser pour les sondeurs, mais elles donnent des éléments sur les rapports de force en jeu : selon un sondage de Cluster 17, publié vendredi 29 avril, 34% des électeurs interrogés ont l'intention de voter pour un candidat soutenu par les principales forces de gauche au premier tour, 24% pour un candidat soutenu par le RN et Reconquête, 24% pour un candidat soutenu par le parti présidentiel, et 9,5% pour un candidat soutenu par les Républicains.  Un sondage Ifop datant du même jour indique que 35% des personnes interrogées souhaitent la victoire d'une union des gauches aux législatives, 29% la victoire d'une alliance RN-Reconquête, 26% la victoire du camp présidentiel, et 10% celle des Républicains et de leurs alliés. En revanche, un sondage Harris Interactive plus ancien (25 avril) basé sur les intentions de vote prévoit une majorité absolue pour le président Macron à l'issue des deux tours.

Quel est le résultat des dernières élections législatives ?

Les résultats des précédentes législatives avaient permis à Emmanuel Macron de gouverner avec une majorité absolue, puisque 350 sièges sur 577 avaient été attribués, en 2017, aux partis La République en Marche et au MoDem. Le parti Les Républicains devenait alors le premier parti d'opposition, avec 112 élus. Le Parti socialiste enregistrait une très sévère défaite, avec l'élection de seulement 30 parlementaires au Palais Bourbon. La France Insoumise était parvenu à se constituer un groupe parlementaire, avec 17 élus, le Rassemblement national avait fait entrer 8 élus à l'Assemblée nationale. En cinq ans, ces chiffres ont évolué au fil des démissions, changements de groupes et législatives partielles. Voici dans le graphique ci-dessus la composition de l'Assemblée nationale actualisée avant le résultat des législatives 2022.