Résultat de Damien Abad aux législatives : un ballotage favorable, malgré tout

"Résultat de Damien Abad aux législatives : un ballotage favorable, malgré tout"

Résultat de Damien Abad aux législatives : un ballotage favorable, malgré tout DAMIEN ABAD. Le ministre des Solidarités termine le premier tour des législatives 2022 en ballotage favorable dans la 5e circonscription de l'Ain. Un résultat obtenu dans un contexte d'accusations d'agressions sexuelles…

Candidat dans l'Ain pour les législatives 2022, Damien Abad, nommé ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées en mai dernier, joue sa place au gouvernement, comme les autres ministres candidats à ces élections. Car l'Elysée l'a affirmé : les membres du gouvernement qui ont décidé de se soumettre au suffrage ne pourront rester ministres que s'ils sont élus dans leurs circonscriptions.

Pour Damien Abad, c'est un résultat doublement crucial qui devrait tomber le 19 juin, à l'issue du 2e tour de ces législatives, le ministre ayant été accusé, dès le lendemain de sa nomination au gouvernement, d'agressions sexuelles par deux femmes et étant désormais pointé par une troisième depuis ce mardi 14 juin. "Ces scrutins seront les juges de paix et démontreront ma capacité à conserver la confiance des Français", avait déclaré l'intéressé en amont du premier tour, réfutant catégoriquement toutes les accusations portées contre lui.

Damien Abad a passé 10 ans à siéger à l'Assemblée nationale au sein de l'opposition, œuvrant comme président du groupe Les Républicains (LR). Il opère désormais un virage net en briguant son troisième mandat sous les couleurs de la majorité Ensemble! dans sa 5e circonscription de l'Ain.

Trois témoignages sans suite pour l'instant

Au lendemain de la nomination de Damien Abad comme ministre des Solidarités, le 21 mai dernier, Médiapart s'était fait le messager de deux femmes - Chloé et Margaux, des noms d'emprunt - qui accusaient le député de les avoir agressées sexuellement en 2010 et 2011. Ce mardi 14 juin, au beau milieu de l'entre-deux-tours des législatives, une troisième accusatrice, Laëtitia, assure avoir été victime d'une tentative de viol au domicile de Damien Abad en 2010.

Au lendemain de la publication de l'article de Médiapart, Elisabeth Borne avait assuré ne pas être au courant des accusations et avait promis que "s'il y a de nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie", le gouvernement en tirerait "toutes les conséquences". Plus tard, le palais de l'Elysée avait reconnu avoir été informé des accusations visant Damien Abad. Le ministre n'a toutefois pas été inquiété dans sa fonction à ce stade et a plusieurs fois assuré ne pas avoir commis les faits qui lui sont reprochés. Il a même expliqué en être physiquement incapable du fait de son handicap causé par l'arthrogrypose.

Le 25 mai, le parquet de Paris, après un signalement, avait annoncé ne pas ouvrir d'enquête sur l'affaire Abad "faute d'élément permettant d'identifier la victime des faits dénoncés et, dès lors, faute de possibilité de procéder à son audition circonstanciée".

Lire aussi

Quel résultat pour Damien Abad aux élections législatives ?

Damien Abad a mené une campagne discrète dans l'Ain pour espérer être reconduit dans son siège de député à l'Assemblée nationale. Limitant sa présence dans les médias nationaux, le candidat de la majorité présidentielle a misé sur son implantation locale, une stratégie qui semble avoir été payante ce dimanche 12 juin pour le premier tour des législatives. Le ministre est arrivé en tête dans la 5e circonscription de l'Ain avec 33,38% des suffrages au premier tour, devant la candidate Nupes Florence Pisani (23,54%) et la candidate RN Joelle Nambotin (19,72%).

Les sondages d'opinion donnaient d'ailleurs le ministre candidat favori avant le début de l'élection. Une étude d'Ifop-Fiducial pour LCI publiée le 8 juin créditait Damien Abad de 39% des intentions de vote avec une avance des plus confortables sur ses adversaires de la Nupes (22%) et du Rassemblement national (14%). Selon les pronostics le ralliement du député à la majorité présidentielle et les récentes accusations portées contre lui n'auraient pas dissuadé les électeurs.

Dans l'hypothèse du second tour aussi, le sondage Ifop-Fiducial du mercredi 8 juin donnait l'avantage au ministre, qu'il se retrouve face à la candidate de la Nupes, Florence Pasini, ou celle du RN, Joëlle Nambotin. Il convient de garder à l'esprit que les sondages ne sont qu'une photographie des tendance à un instant T et que le résultat de l'élection peut être différent des pronostics annoncés.

Damien Abad, de député LR à ministre des Solidarités

Damien Abad a été nommé par Emmanuel Macron ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées le 20 mai 2022. Cette nomination est le fruit d'un processus de plusieurs semaines, les discussions entre le député et Thierry Solère, conseiller politique du chef de l'Etat, connu pour recruter des nouveaux soutiens à droite, ayant débuté seulement quelques jours après la réélection du chef de l'Etat selon Le Figaro. Des messes basses qui n'ont pas plus aux Républicains. C'est sous la pression de nombre d'entre eux que Damien Abad a finalement annoncé qu'il quittait la présidence du groupe LR à l'Assemblée nationale et qu'il se mettait "en congé" de son parti le 19 mai, à moins de 24 heures de sa nomination au gouvernement.

Damien Abad s'en est expliqué de nouveau dans les colonnes du Figaro : "Je décide aujourd'hui de quitter ma fonction de président du groupe LR à l'Assemblée dans un souci de clarté, de cohérence et de responsabilité", a-t-il assuré. "Je reste un homme de droite, mais je ne me reconnais plus dans la démarche de LR", a notamment expliqué Damien Abad, affirmant que "face au danger populiste, [il] ne cro[yait] pas aux clivages anciens, mais au rassemblement de tous ceux qui souhaitent faire avancer notre pays".

Quel est le handicap de Damien Abad ?

Damien Abad souffre d'une maladie congénitale rare appelée "arthrogrypose". Cette maladie, dite "syndrome d'immobilité fœtale", provoque avant même la naissance, des anomalies neurologiques et se manifeste par une série de problèmes musculaires aux quatre membres. Les conséquences peuvent aussi être d'ordre squelettique ou viscéral. Si la mortalité à la naissance est importante, la durée de vie d'un malade peut être ensuite normale, mais souvent avec de lourds handicaps.

Damien Abad est le premier élu de la Ve République à porter un handicap aussi visible et est, en ce sens, l'une des rares personnalités à incarner l'inclusion des personnes souffrant d'un handicap physique dans le monde politique en France. Le ministre ne s'exprime que très rarement à ce sujet. Il faut remonter à une interview de janvier 2020 au Parisien pour voir Damien Abad évoquer sa maladie : "J'ai toujours fait en sorte que ce ne soit ni un frein ni un moteur en politique", affirmait-il alors. "La toute première fois que vous arrivez sur un marché, pour distribuer des tracts, c'est là que c'est le plus difficile."

En mai, Damien Abad est revenu sur son handicap pour se défendre contre les accusations de viols le visant. "Dans ma position, l'acte sexuel ne peut survenir qu'avec l'assistance et la bienveillance de ma partenaire. […] En outre, je suis dans l'incapacité de porter une personne, de la transporter et de la déshabiller", a-t-il expliqué. 

Qui est Damien Abad ? Biographie express

Damien Abad était donc jusqu'à présent député LR de l'Ain et président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale. Né le 5 avril 1980 à Nîmes, il est issu d'une famille qui a fui l'Espagne de Franco pendant les années 1930-1940. Le nom d'Abad est d'ailleurs d'origine languedocienne et catalane. Damien Abad suit une scolarité brillante, malgré son handicap lié à une maladie neurologique, l'arthrogrypose (lire plus bas). Il sortira major de Sciences Po Bordeaux et est diplômé de Sciences Po Paris dans les années 2000, où il deviendra maître de conférences. Il ne parviendra pas cependant à intégrer l'ENA, échouant à deux reprises au Grand oral de l'école d'administration.

Jeune, Damien Abad se rapproche très tôt de la politique, en travaillant pour les groupes centristes à l'Assemblée nationale sur les questions budgétaires et fiscales. Il sera candidat dès 2007 aux législatives dans les Yvelines, mais obtiendra moins de 5% des voix au premier tour. Fondateur des "Jeunes Centristes" en 2008, il devient Secrétaire général adjoint du Nouveau Centre deux ans plus tard. Damien Abad se cherche alors un territoire comme point de chute et est successivement élu conseiller municipal de Vauvert (Gard), député européen dans la circonscription Sud-Est à la faveur d'une alliance UMP-NC en 2009, puis conseiller régional de Rhône-Alpes et enfin conseiller départemental de l'Ain, trouvant enfin un département d'adoption et un nouveau parti : l'UMP. Lors des législatives 2012, il est élu député dans la 5e circonscription de l'Ain, nouvellement créée. Il a été réélu en 2017 avec 35% des voix au premier tour et 67% au second, face à une candidate de la République en Marche.

Damien Abad est connu pour avoir été l'un des plus jeunes élus du Parlement européen, benjamin des eurodéputés français. Il sera aussi un des six plus jeunes députés de France à l'Assemblée nationale. Soutient de Bruno Le Maire pour la primaire de la droite en 2016 et néanmoins fidèle à François Fillon pendant la campagne de 2017, il sera un temps vice-président des Républicains après avoir soutenu Laurent Wauquiez pour la direction du parti. Il avait soutenu Xavier Bertrand en amont de l'élection présidentielle de 2022 et s'affichait depuis comme favorable à un rapprochement avec LREM.

Elections législatives