Sur Twitter ou à la ville, les perles de Donald Trump

Par Axelle Choffat

Il se déclare "immunisé" face au Covid

La dernière "boulette" en date de Trump ? Le 11 octobre dernier, le locataire de la Maison Blanche de 74 ans a twitté qu'il était dorénavant immunisé contre le Covid-19, cite l'AFP. L'annonce d'un test positif de Donald et Melania Trump avait eu lieu le 1er octobre.

"Je ne peux pas attraper le virus et je ne peux pas le transmettre. Bon à savoir !!!"

Depuis la fin août, plusieurs cas de réinfection par le Covid-19 ont pourtant été annoncés par les chercheurs, notamment depuis Hong-Kong.

Il se vante à répétition d'avoir passé un test "niveau CM2"

A l'été 2020 sur Fox News, le président américain s'est vanté à plusieurs reprises d'avoir passé le Montreal Cognitive Assessment Test, et d'y avoir excellé. Doté de 35 questions, ce test qui dure 10 minutes est destiné à dépister les pertes de mémoire précoces. Il faut entre autres "identifier des animaux", "dessiner une horloge" ou retenir cinq mots simples dans l'ordre.

"Les dernières questions sont très difficiles"

Dans une chronique parallèlement publiée par CNN, la psychologue Peggy Drexler soulignait que ce test n'avait rien de difficile "sauf si vous êtes atteint de démence", et était "du niveau d'un élève moyen de CM2".

Il a visité une usine de masques... sans masque

Le 5 juin 2020, Donald Trump a visité une usine américaine produisant des tests de dépistage au Covid-19, "Puritan Medical Products". Le président ne portait ni masque, ni charlotte ou gants (voir en vidéo).

L'usine a annoncé qu'elle jetterait tous les bâtonnets de test produits au cours de cette visite.

Les salariés étaient, eux, vêtus de masques et de blouse. La vidéo montrant Donald Trump a fait polémique, sur fond de crise sanitaire et alors que les Etats-Unis avaient déjà franchi le seuil des 2 millions d'habitants contaminés.

Il expédie ses voeux d'anniversaire pour les 50 ans de Melania

La Première dame américaine a eu 50 ans le 26 avril 2020. Sur Twitter, son mari a publié un message très concis, voire expéditif (la version traduite intégrale est ci-dessous).

"Bon anniversaire à Melania, notre super Première Dame !"

En janvier de la même année, pour les 56 ans de sa femme, Barack Obama écrivait lui un tout autre message (ici en version traduite) : "Dans toutes les situations, tu es ma seule star ! Bon anniversaire bébé", en légende de plusieurs clichés sur lesquels le couple Obama apparaissait très amoureux et complice.

Il ne maîtrise pas la géographie des Etats-Unis

Le 2 février 2020, Donald Trump a félicité les Chiefs de Kansas City après leur victoire flamboyante face aux 49ers de San Francisco (31-20) lors du Super Bowl. Il a notamment écrit dans son tweet : 

"Vous avez très bien représenté le grand Etat de Kansas"

Dommage : la ville de Kansas City se situe dans l'Etat du Missouri ! Le Républicain a rapidement supprimé le premier message pour y faire apparaître la mention "grand Etat du Missouri", mais de nombreux internautes avaient déjà immortalisé son tweet d'origine.

Il a fait une grosse "boulette" à Davos

Le 22 janvier dernier, au forum économique de Davos, le président américain a confondu le président du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani, avec un représentant des Kurdes de Syrie. Il lui a donc parlé de la mise en place d'une zone sécurisée entre Syrie et Turquie, alors que son interlocuteur n'était pas impliqué dans cette opération (voir en vidéo). 

Donald Trump a bien confondu les Kurdes d'Irak et ceux de Syrie, deux populations différentes.

Une erreur regrettable de la part du président de la première puissance mondiale.

Il a pris Tim Cook pour un opérateur

Et si Donald Trump n'en ratait décidément pas une ? Le 20 novembre 2019, en visite d'usine Apple à Austin (Texas), le président américain a, comme il le souligne sur Twitter le lendemain "demandé à Tim Cook de voir s'il pourrait impliquer Apple dans le déploiement de la 5G aux Etats-Unis". 

"Car Apple a tout - l'argent, la technologie, la vision et Cook"

Bref, Donald Trump semble alors convaincu que la marque à la pomme et son président ont le pouvoir d'accélérer l'adoption de la prochaine génération de réseau mobile sur le territoire. Or Apple n'est ni équipementier réseau ni opérateur.

Il tagge Macron avec son compte parodique

Le 24 août 2019, après un déjeuner de travail avec Emmanuel Macron au G7 à Biarritz, "le président qui twitte plus vite que son ombre" a voulu citer son homologue français sur le célèbre réseau social :

"Je viens de déjeuner avec le président français EmanuelMacrone"

Au lieu de tagger le compte Twitter officiel d'Emmanuel Macron, le président américian a tout bonnement fait référence au compte Twitter parodique sur Emmanuel Macron @EmanuelMacrone. Quand il a supprimé son tweet un quart d'heure après, de nombreux lecteurs l'avaient déjà capturé.

Il a ressuscité un ayatollah

24 juin 2019. Donald Trump annonce des sanctions financières contre l'ayatollah Rouhollah Khomeiny... mort en 1989. Un homme qu'il a manifestement confondu avec l'actuel guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, à la tête de la République islamique depuis 1989, au décès du fondateur et premier guide, Khomeiny.

"Les actifs de l'ayatollah Khomeiny et de son bureau ne seront pas épargnés par ces sanctions"

... a-t-il notamment déclaré ce jour-là,  interdisant l'accès à "des ressources financières essentielles" au "guide suprême (iranien)".

Il a avancé l'invention des avions... de plus d'un siècle

En 2019, à l'occasion de son défilé national du 4 juillet, date de la fête nationale des Etats-Unis, le président américain n'a pas manqué de saluer le rôle de l'armée américaine pendant la guerre d'indépendance (1775-1783), vantant ses... victoires aériennes. 

"Notre armée a contrôlé les airs, escaladé les remparts, elle s'est emparée des aéroports"

Sauf que ni les avions ni les aéroports n'existaient en 1775. Le premier vol motorisé, attribué aux frères Wright, a eu lieu en 1903. Plus d'un siècle après la guerre d'indépendance.

Il a appelé le Prince Charles "Prince des Baleines"

Le 13 juin 2019, Donald Trump a cru bon de se vanter sur Twitter de sa récente rencontre avec la famille royale britannique au Royaume-Uni, début juin. "Je parle avec des gouvernements étrangers tous les jours", a-t-il commencé. Avant d'ajouter : 

"Je viens de voir la reine Elisabeth II et le prince des Baleines"

Le tweet étant écrit en anglais, le président a fait une faute de frappe, tapant "prince of Whales" à la place de "prince of Wales" (Prince de Galles).

Il tourne en dérision le réchauffement climatique

Début 2019, le climatosceptique avéré a moqué le phénomène du réchauffement climatique. "Dans le Midwest, les températures ressenties atteignent -51 °C Celsius, le plus froid jamais enregistré", twitte-t-il.

"[...] Que diable se passe-t-il avec le réchauffement climatique ? S'il te plaît, reviens vite, on a besoin de toi !"

Une tirade ironique qui lui a valu un recadrage par les scientifiques de l'Agence océanique et atmosphérique (NOAA) : c'est bien l'augmentation de la température des océans qui entraîne ces épisodes de froid inhabituels. 

Il a gaffé sur l'identité d'un commando d'élite

Fin 2018, Donald Trump a révélé hâtivement l'identité d'un commando d'élite en Irak. En visite surprise le 26 décembre dans une base américaine en Irak, il s'est fait tirer le portrait avec plusieurs soldats de la Navy Seal... puis a posté des photos dévoilant leurs visages sur Twitter, dans son avion du retour ! 

"Melania et moi avons eu l'honneur de rendre visite à nos incroyables troupes (...)"

Or l'identité de ces membres d'une unité d'élite doit rester top secrète, afin de garantir leur sécurité.

Il a révélé à un enfant... que le père-noël n'existait pas

Fin décembre 2018, au milieu des sapins de la Maison Blanche, alors qu'il était au téléphone avec un enfant de 7 ans dans le cadre de son rôle de standardiste du Père Noël d'un jour, Donald Trump lui a fait une réflexion pas piquée des hannetons, avant d'éclater de rire (voir l'épisode en vidéo ici) : 

"Tu crois encore au Père Noël ? A 7 ans, c'est quand même rare"

De nombreux internautes ont déploré le manque de tact du président américain sur les réseaux sociaux.

Il a éclipsé la reine Elizabeth devant ses gardes

C'était le 13 juillet 2018. Ce jour-là, Donald Trump rencontrait la reine d'Angleterre dans le cadre d'un entretien de courtoisie. Sa principale bourde du jour ? Alors qu'il accompagne Elizabeth II pour passer en revue la garde d'honneur, le président a éclipsé la souveraine pour marcher devant elle, face aux soldats en uniforme.

La Queen de 92 ans lui avait pourtant indiqué la direction à prendre.

Les internautes s'en sont donnés à coeur joie sur les réseaux sociaux, rivalisant notamment de vidéo-montages savoureux, comme ici et ici.

Il compare les tirs sur un homme noir américain à du golf

En visite dans le Wisconsin le 1er septembre 2020 pour s'exprimer sur l'affaire Jacob Blake, père de famille noir américain de 29 ans grièvement blessé par les tirs d'un policier blanc (7 balles dans le dos à bout portant) lors d'une interpellation, Donald Trump a utilisé une métaphore douteuse liée au monde du golf :

"Des policiers 'craquent'. Comme dans un tournoi de golf, ils ratent un 'putt' d'un mètre"

Dans son allocution, le chef d'État a aussi employé le mot "choke", terme là encore utilisé en golf, qui désigne un mauvais coup réalisé sous la pression.

Il confond la 1ère et la 2e Guerre mondiale

Le 10 août 2020 face à des journalistes, Donald Trump a confondu la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. Alors qu'il était interrogé sur la crise sanitaire du coronavirus, il a déclaré : 

"La chose qui s'en rapproche le plus, c'est la grande pandémie de 1917. (...) cela a probablement mis fin à la Seconde Guerre mondiale"

Dernière grande pandémie, la grippe espagnole a eu lieu en 1918, et ce n'est pas non plus elle qui a mis fin à la... Première Guerre mondiale.

Il a annoncé une vente d'avions de combat pas du tout actée

En conférence de presse à la Maison-Blanche le 28 août 2017, Donald Trump a déclaré, en présence de son homologue finlandais Sauli Niinistö, que la Finlande allait signer un gros contrat (entre 7 et 10 milliards d'euros, selon Capital.fr) pour le F-18 du constructeur américain Boeing, alors que l'appel d'offres était loin d'être fini : 

"Vous allez acheter une grande quantité de nos merveilleux F-18 construits par Boeing et c'est un des meilleurs avions de combat"

Le président finlandais a démenti l'information auprès de la presse dès le lendemain.

Il est protestant

"Les gens sont choqués quand ils apprennent que je suis protestant. Je suis presbytérien. Et je vais à l'église, et j'aime Dieu, et j'aime mon Eglise", a déclaré Donald Trump dans l'ouvrage dédié aux pensées du futur président, "Ça Trump énormément !'.

"Si un jour le Vatican était attaqué par l'Etat islamique, (...) je peux vous promettre que le pape ne pourrait que prier pour que Donald Trump soit président."

Dans un communiqué au lendemain de son élection à la présidentielle américaine, le Vatican a affirmé plus sobrement prier pour que "Dieu l'éclaire et le soutienne dans son action au service de son pays évidemment, mais aussi au service du bien-être et de la paix dans le monde".

Il juge Eminem "fantastique" (mais ce n'est pas réciproque)

"Je pense qu'Eminem est fantastique", a confié dans le passé le nouveau président des Etats-Unis, conscient que cet attrait pour le rappeur provocateur puisse intriguer:

"La plupart des gens ne comprennent pas que je puisse l'aimer."


Un sentiment peu réciproque puisque la superstar américaine du rap s'en est prise à Trump dans un nouveau titre de sept minutes posté sur Youtube le 19 octobre 2016 : 'Campaign Speech', pour 'Discours de campagne'. Eminem y fustige un "candidat imprévisible" avec "le doigt sur le bouton" (nucléaire) et "qui n'a réponse à rien".

Il juge les vaccins "responsables de l'autisme"

En 2014, Donald Trump s'est élevé contre les vaccins pour enfants, en tout cas quand ils sont administrés 'dans une dose massive'. Et le Docteur Trump a trouvé une solution sur son compte officiel Twitter, malgré l'absence de preuves scientifique.

"Etalez-les dans le temps et l'autisme disparaîtra !"


"On peut attraper le sida avec un simple baiser" avait également estimé le magnat de l'immobilier dans l'émission télévisée "The Howard Stern Show" en 1993.

Il juge important d'être accompagné par "un jeune et beau cul"

Les déclarations de Donald Trump sur les femmes ont plusieurs fois fait bondir ses adversaires. Il n'est pas tendre non plus avec les médias corrompus et à la solde des démocrates selon lui. Mais il n'est jamais aussi cinglant que quand il allie les deux critiques :

"Vous savez, ce qu'écrivent les médias n'a aucune importance du moment qu'un jeune et beau cul vous accompagne."


Cette envolée lyrique du milliardaire fait partie des pensées de Donald Trump compilées dans l'ouvrage "Ça trump énormément" (Ed. du Cherche-midi).

Il estime pouvoir "attraper les femmes par la chatte"

Voici la très médiatisée confession de Trump concernant la gent féminine, dans une vidéo datant de 2005 et révélée par le Washington Post le 8 octobre, un mois jour pour jour avant l'élection américaine :

"Quand on est une star, elles nous laissent faire. On peut faire tout ce qu'on veut. Les attraper par la chatte."


Une phrase prononcée hors caméra mais pas hors micro, qui aura valu au candidat une longue séance d'explication soldée par des excuses...

Il veut "un monde bien plus stable", mais...

"Je vais bien m'entendre avec Poutine, je pense, et je vais bien m'entendre avec d'autres. Et on aura un monde bien plus stable." a déclaré Trump.

"Je vais bien m'entendre avec Poutine".

Ce qui ne l'a pas empêché d'affirmer en parallèle : "Beaucoup sont d'accord pour dire que la pire chose qui puisse arriver est que la Russie et la Chine se rapprochent". Or la Russie et la Chine se sont bel et bien rapprochées pendant le mandat de Trump, sur fond de tensions exacerbées avec les Etats-Unis...

Il voit Obama comme le "fondateur de l'Etat islamique"

Au meeting de Fort Lauderdale, en Floride, le 10 août 2016, le candidat Trump à la présidentielle américaine qu'il était alors lance avec force insistance :

"L'Etat islamique honore Barack Obama. Il est le fondateur de l'Etat islamique, OK ?"


"Il est le fondateur. Il a fondé l'Etat islamique. Et je dirais qu'Hillary Clinton, l'escroc, est sa confondatrice", a-t-il ajouté.

Il ne veut pas se priver de l'arme nucléaire, y compris sur l'Europe

En avril 2016, à un journaliste qui lui demandait sur MSNBC s'il utiliserait l'arme nucléaire au Moyen-Orient, Donald Trump a répondu : "Je ne me priverai jamais d'aucune de mes options." "Et l'Europe ?" a enchaîné le journaliste.

"Je ne me priverai pas de cette option, pour personne."


Quand le journaliste interloqué a relancé la question, demandant si Trulmp était prêt à utiliser l'arme nucléaire sur l'Europe, le candidat républicain a répondu : "Non ! Je ne pense pas. Mais…"

Il souhaite une "Joyeuse fête aux Mexicains"

A propos du Mexique, pays dont il considère qu'il envoie "de la drogue et des violeurs aux Etats-Unis", Donald Trump a aussi déclaré :

"Les meilleurs bols de tacos se trouvent au Trump Tower Grill."


"J'aime les latinos !", a-t-il ajouté, après avoir souhaité un "Joyeux Cinco de Mayo" (la fête nationale mexicaine) en posant en train de manger ces spécialités mexicaines.
 

Il veut "l'arrêt de l'entrée des musulmans" aux USA

Après la tuerie de San Bernardino, une fusillade perpétrée par un couple de terroristes faisant 14 morts dans un centre commercial près de Los Angeles, Donald Trump en a appelé à :

"L'arrêt total (...) de l'entrée des musulmans aux Etats-Unis."

Donald Trump a signé le 27 janvier 2017, juste après son arrivée à la Maison-Blanche, un décret interdisant l'accès au territoire américain aux ressortissants de sept pays musulmans. De nombreux autres pays s'y sont ajoutés depuis.

Il pense que "le réchauffement climatique a été inventé par les Chinois"

Climatosceptique, Donald Trump promeut la relance de la production de charbon dans le pays. Et ses positions sur le climat sont pour le moins originales. En novembre 2012, il a notamment expliqué :

"Le réchauffement climatique a été inventé par et pour les Chinois."


Et ce, "afin de rendre l'industrie américaine moins compétitive." Principal pollueur de la planète, la Chine a ratifié le 3 septembre 2016 l'accord de Paris conclu sur le climat en conclusion de la COP21. Accord de Paris dont Donald Trump est désormais sorti (un retrait officiel en novembre 2020)...

Il veut "expulser rapidement les immigrés criminels illégaux"

En août 2016, lors d'un meeting à Des Moines, capitale de l'État de l'Iowa, Donald Trump mettait déjà en avant une mesure radicale qu'il prévoyait s'il était élu :

"Le premier jour, je commencerai à expulser rapidement les immigrés criminels illégaux de ce pays."


Et d'évoquer notamment des centaines de milliers de ces hommes et femmes, "remis en liberté sous l'administration Obama-Clinton". Il a depuis signé un décret en ce sens. 

Il a été tiré au sort comme juré

Qui l'eût cru ? En 2015, Donald Trump a participé à un jury dans un procès tenu à New-York. Un devoir citoyen accompli après avoir été tiré au sort en pleine campagne.

Arrivé à la Cour suprême de l'Etat de New-York en limousine.


Le candidat républicain à la Maison Blanche d'alors est arrivé à la Cour suprême de l'Etat de New-York en limousine, guère la façon habituelle pour les jurés quand on sait qu'en Amérique aussi, toute personne est potentiellement concernée par ce rôle un jour ou l'autre.

Il a son étoile sur le Walk of Fame

En 2007, le milliardaire américain et producteur de l'émission de TV-réalité The Apprentice sur la chaîne NBC, a été honoré de la 2 327ème étoile du Walk of Fame d'Hollywood Boulevard. L'étoile de Trump se situe plus précisément au 6 801 Hollywood Boulevard.

L'étoile est classée dans la catégorie Télévision.


Sur ce très célèbre trottoir de Los Angeles, en Californie, figurent déjà les étoiles de Bob Marley, Marylin Monroe ou encore Orson Welles, mais aussi de noms moins connus.

Il se dit plus riche qu'il ne l'est

D'après le magazine économique américain Forbes, Donald Trump s'est déclaré plus riche que dans la réalité lors de son discours de candidature en juin 2015 à New-York. Il a alors dit posséder 8,7 milliards de dollars, brandissant à l'appui devant l'assemblée la copie d'un formulaire récapitulant son patrimoine.

Une fortune moitié moins élevée qu'annoncée par Trump.


Dans une estimation datant d'octobre 2015, Forbes chiffrait pourtant la fortune du milliardaire à 4,1 milliards de dollars.

Il a hérité de l'empire immobilier de son père

Le milliardaire Trump vante souvent sa success-story, mais il n'est pas parti de rien : il a hérité de l'empire immobilier de son père, Fred Trump. De quoi construire son propre empire à base de nombreux bâtiments à son nom et à sa gloire.

La Trump Tower est la 21e plus haute tour du monde.


Le plus emblématique d'entre eux, la tour Trump, s'élève à Chicago depuis les années 2000 et abrite des bureaux, des appartements et un hôtel. A l'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, la Trump Tower est la 21e plus haute tour du monde et la quatrième aux Etats-Unis.

Il a été propriétaire de l'organisation des Miss Univers

Jusqu'à 2015 et depuis 1996, Donald Trump a possédé l'organisation chargée des élections de Miss Univers mais aussi d'autres concours de beauté.

Une candidate surnommée "Miss femme de ménage"


Fin septembre 2016, une polémique a opposé une ancienne Miss Univers vénézuélienne, Alicia Machado, au désormais 45e président des Etats-Unis : selon Hillary Clinton dans un discours de campagne, Donald Trump a à l'époque notamment surnommé la jeune reine de beauté "Miss housekeeping" (Miss femme de ménage) parce qu'elle était latino.

Il a fondé une "université" pour former les "milliardaires"

Diplômé d'Economie à la la Wharton School of Finance de l'université de Pennsylvanie, Donald Trump a fondé l'"université" Trump, en réalité une entreprise, en 2005, à New-York.

32 000 euros par an pour apprendre à devenir "milliardaire".


Ses participants devaient payer l'équivalent de 32 000 euros par an pour des cours destinés à les "rendre milliardaires" et finalement vus comme "des publi-reportages améliorés" par certains inscrits. Ces derniers ont mené une action groupée en justice contre le programme, fermé en 2010.

Il a provoqué le crash d'une compagnie aérienne

En 1989, Trump a acheté la compagnie aérienne Eastern Airlines Shuttle, proposant des vols entre New York, Boston et Washington toutes les heures. La flotte comportait alors 17 jets, récupérés par le businessman pour 365 millions de dollars.

Parquet de qualité et robinetterie plaquée or dans les appareils.


Prospère pendant trente ans, la compagnie s'est tout bonnement crashée une fois aux mains de Donald Trump. Sa fièvre du luxe lui a fait ajouter parquet de qualité et robinetterie plaquée or dans les appareils, pour une entreprise en faillite au bout de quatre ans.

Il a ouvert un casino, le Trump Taj Mahal

Magnat de l'immobilier depuis les années 1980, Donald Trump n'a pas fait que construire des gratte-ciels. Il a aussi ouvert un casino XXL à Atlantic City : le Trump Taj Mahal, tout en minarets, dômes et chandeliers.

Inauguré en 1990, l'établissement a essuyé quatre dépôts de bilan en 26 ans.


Le Trump Taj Mahal a fini par fermer ses portes définitivement en 2016. Mais cela n'a pas écorné le moins du monde la superbe de Trump.

Il ne boit pas d'alcool... mais a créé sa marque de vodka

Donald Trump ne boit pas d'alcool. Son frère Fred, alcoolique, est décédé à 42 ans et l'homme d'affaire a déclaré : "Je n'ai jamais compris pourquoi les gens n'attaquent pas les producteurs d'alcool comme ils attaquent les industriels du tabac. L'alcool est un problème plus grave que la cigarette."

La "meilleure vodka super-premium au monde".


Pas de quoi l'empêcher de créer sa propre marque de vodka, en 2006, présentée comme la "meilleure vodka super-premium au monde". Le businessman voulait en faire le breuvage numéro un aux Etats-Unis. Cinq ans plus tard, l'entreprise était liquidée.

Il a tenté de commercialiser des "steaks Trump"

En 2007, en association avec la marque américaine Sharper Image principalement dédiée à l'électronique, Donald Trump a voulu proposer des steaks Trump, sobrement intitulés "meilleurs du monde".

"Le pire steak que j'aie jamais mangé !"


Vendus au prix du caviar (1 000 dollars pour 16 steaks et 24 burgers), il n'ont quasi pas trouvé de clients. Et ceux qui ont goûté n'ont pas toujours apprécié : "le pire steak que j'aie jamais mangé !" a commenté l'un d'eux sur la chaîne de télé-achat QVC.

Son restaurant s'est fait épingler sur 50 règles sanitaires

Après la tentative des "meilleurs steaks du monde", Donald Trump a vécu un autre fiasco gastronomique. Au Trump international hotel de Las Vegas, il possède un restaurant qui dit proposer une "cuisine américaine raffinée".

50 violations de règles sanitaires.


Dans les années 2010, l'établissement du milliardaire a été fermé temporairement pour 50 violations de règles sanitaires, relaie Konbini. 

Il adore jouer au golf "avec des prostituées"

Bien que réputé tricheur, Donald Trump est un passionné de golf, ce sport individuel numéro un en Amérique. Mais ce n'est pas tout : comme compilé dans l'ouvrage "Ça Trump énormément !" (Ed. du Cherche-midi), il a aussi pris l'habitude de taper la balle en bonne compagnie.

"J'ai commencé à jouer au golf avec les prostituées."


Et il assume : "Je jouais au golf avec mes amis, et puis j'ai commencé à jouer au golf avec les prostituées. Et j'ai beaucoup appris. J'ai appris sur le golf, j'ai appris sur les jeux d'argent. J'ai appris sur tout".

Il a investi une bonne partie de sa fortune dans le golf

Aficionado de ce sport comme bien des présidents avant lui (Barack Obama, George W. Bush, John F. Kennedy entre autres), Donald Trump va jusqu'à consacrer une bonne partie de sa fortune au golf.

En un peu plus de quinze ans, le magnat de l'immobilier s'est approprié dix-huit parcours.


Des acquisitions réalisées via le groupe Trump golf, principalement en Floride. Depuis 2011, il investit en Ecosse, pays natal de maman Trump, notamment via la rénovation du mythique Turnberry. Fin 2016, il a inauguré un autre parcours à Dubaï, et un deuxième golf dans les Emirats signé Tiger Woods en 2018.

Il a "viré" une soixantaine de personnes

Dans "The Apprentice", une émission de téléréalité dont Trump a été le personnage principal à partir de 2004 et où il faisait passer des entretiens d'embauche, sa phrase favorite est devenue "You are fired !" (Vous êtes viré !). Il a confié publiquement :

"Je n'aurais jamais imaginé que virer soixante-sept personnes sur une chaîne nationale me rendrait si populaire."


Particulièrement auprès des jeunes… Seul un candidat signe au final un contrat au sein d'une des entreprises du groupe Trump, "big" salaire à la clé.

Son émission a eu un impact sur le marché

Les missions éliminatoires passées par les candidats de The Apprentice étaient élaborées par des entreprises elles-mêmes. De quoi transformer l'émission en annonce publicitaire grandeur nature, puisque les candidats travaillaient sur la conception de produits réels.

Entertainment mais aussi business. 


Résultat : un très fort impact sur les ventes de ces produits, d'après Eric Goldman, professeur de Droit à l'université de Santa Clara, dans son blog spécialisé. Et des entreprises qui financent leur apparition dans The Apprentice.

Il a un secret pour faire tenir ses cheveux

En 2011, des journalistes du Time ont consacré une explication en images à la coupe de cheveux si particulière de Donald Trump, qui suscitait déjà pas mal de moqueries. Pour eux, il a un secret, hormis le spray :
 

"Il s'agit d'effectuer un genre de lit en portefeuille, mais avec ses cheveux de devant."


Pendant la campagne, le milliardaire a laissé plusieurs personnes toucher ses cheveux pour prouver leur authenticité, mais toujours de façon bien orchestrée.

Il a épousé Melania "sans savoir si elle l'aimait vraiment"

En 2005, à 58 ans, Donald Trump a épousé sa troisième femme : Melania Knauss, un ex-mannequin slovéno-américain d'environ un quart de siècle sa cadette. L'année  précédente, dans une interview à la télé américaine, à la question "Quelle est votre plus grande peur ?", le magnat avait laissé échapper :

"Je me demande si cette fille avec laquelle je m'apprête à me marier m'aime réellement."


Melania Trump a sans doute apprécié... Elle n'a semble-t-il pas tenu rigueur de ce commentaire puisqu'elle a soutenu son mari dans sa conquête du pouvoir.

Il n'a rien payé pour la bague de mariage

Le mariage de Donald et Melania Trump a donné lieu à une autre anecdote croustillante. Le New York Post a révélé en 2014 que Donald Trump aurait obtenu une bague de mariage sans rien payer, lors de leurs noces à Palm Beach en 2005.

Le richissime homme d'affaire n'a pas nié, n'y voyant pas de problème.


La bonne affaire provenait d'un deal avec les bijoutiers Graff, échangeant avec lui une bague sertie de diamants à 1,5 million de dollars contre la promotion de la marque dans The Apprentice, son émission de TV-réalité.