Jacques Hamel : le prêtre tué de Saint-Etienne-du-Rouvray, un homme qui dialoguait avec les musulmans

Jacques Hamel : le prêtre tué de Saint-Etienne-du-Rouvray, un homme qui dialoguait avec les musulmans JACQUES HAMEL - Le prêtre égorgé mardi 26 juillet lors d'une prise d'otages dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, était apprécié de tous.

[Mis à jour le 27 juillet 2016 à 11h59] Le père Jacques Hamel a été tué mardi 26 juillet 2016 dans la matinée par deux hommes se réclamant de Daesh, lors de l'attaque de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Le prêtre a été égorgé, au sein même de l'église, par les deux assaillants, lors d'une brève prise d'otages. Les deux terroristes qui ont agi dans cette église près de Rouen n'avaient que 19 ans. L'un d'eux, vivaient chez ses parents, à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Jacques Hamel était prêtre auxiliaire de la paroisse. "Né en 1930 à Darnétal et ordonné prêtre en 1958, l'abbé Jacques Hamel [...] a fêté son Jubilé d'or en 2008", indique sa fiche sur le site de la paroisse de Saint-Etienne.

Dans Libération puis sur RTL, le Père Auguste Moanda-Phuati, curé de la paroisse de Saint-Etienne-du-Rouvray, qui officiait aux côtés de Jacques Hamel, a fait part de sa "consternation". "Je ne pouvais pas imaginer qu'une telle chose pourrait nous arriver. Nous n'avions jamais reçu de menace", dit-il. L'Express a interrogé de son côté des paroissiens au sujet de leur curé. Le Père Hamel "était âgé mais restait très disponible pour les uns et les autres", écrit par exemple l'hebdomadaire sur son site Internet. Les prêtres ont le droit à la retraite à partir de 75 ans, mais selon les personnes qui témoignent sur le site de l'Express, il s'agissait toujours d'un "bon prêtre", aussi "discret" qu'apprécié.

Jacques Hamel : âgé, mais toujours très investi

Le JDD est lui aussi allé interroger ses paroissiens. Il décrivent un "brave homme qui aurait dû se mettre au repos depuis bien longtemps", "un prêtre qui rendait beaucoup de services", "quelqu'un de très accueillant", "proche des gens et de très fidèle", ou encore "un homme extraordinaire" ou un "vrai homme de Dieu". Présent dans la commune de l'agglomération rouennaise depuis une décennie, Jacques Hamel a aussi officié à Elbeuf selon Normandie Actu, qui cite une proche du curé assassiné : "Avec son âge, il était très actif sur la paroisse. Heureusement qu'on l'avait". Une autre indique qu'il aura "assumé ses fonctions jusqu'au bout".

Dans le Figaro, les témoignages sont de la même teneur. Le père Jacques Hamel est notamment décrit comme "un homme de paix, de religion, avec un charisme certain", par Mohammed Karabila, président du Conseil régional du culte musulman de Normandie qui a travaillé avec lui lors de réunions interconfessionnelles, après le début des attentats en France. Une paroissienne confirme : "les personnes de toutes les religions pouvaient venir le voir".

PHOTOS - Sur le blog de la paroisse de Saint-Etienne-du-Rouvray, plusieurs photos récentes du Père Hamel sont publiées.

Photo de Jacques Hamel lors d'une célébration de profession de foi en juin 2016. © Capture Picasa
Photo de Jacques Hamel lors d'une célébration de profession de foi en juin 2016. © Capture Picasa

Une pluie d'hommages au Père Hamel

Selon le Point, le vicaire général de Rouen, Philippe Maheut, est arrivé à Saint-Etienne-du-Rouvray. Depuis Cracovie, Mgr Lebrun a déclaré quant à lui avoir organisé une prière avec les jeunes des JMJ écrit La Croix. " L'Église catholique ne peut prendre d'autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes, poursuit-il. Je laisse ici des centaines de jeunes qui sont l'avenir de l'humanité, la vraie. Je leur demande de ne pas baisser les bras devant les violences et de devenir des apôtres de la civilisation de l'amour", écrit-il dans son communiqué. "L'innommable arrive. Mais déjà la révolte qui est celle de nous tous, celle du monde qui est celle des dirigeants de notre monde, indique bien dans quel sens nous devons aller. Je suis un peu abasourdi à vrai dire mais je suis porté par ces jeunes qui veulent construire une civilisation de l'amour", a-t-il dit à France Info.

Le pape François, de son côté, a d'ores et déjà déclaré qu'il s'associait "à la douleur et à l'horreur". Le Vatican dénonce un "acte barbare". Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) "exprime toute sa solidarité aux églises et paroisses de France", et "présente ses condoléances aux proches de la victime et ses voeux de guérison aux personnes blessées". François Hollande réunira demain mercredi la Conférence des représentants des cultes en France. Le chef de l'Etat recevra à 18H15 l'archevêque de Rouen, qui reprend le chemin de la France.

Sauvagement assassiné

Selon les premières informations sur ce qui ressemble de plus en plus à un attentat, près de Rouen, les assaillants, qui ont été abattus par la BRI de Rouen, seraient entrés par une porte située à l'arrière de l'église, alors que le prêtre célébrait une messe avec quelques paroissiens. Ils auraient prononcé les mots de "Daesh" et des "cris à caractère islamiste", selon France Info, qui cite une religieuse qui a pu sortir de l'église et donner l'alerte. François Hollande a confirmé vers 13h30 que les terroristes se sont "réclamés de l'Etat islamique". Amaq, l'agence de presse de Daesh, a confirmé à la mi-journée que les assaillants étaient deux de ses "soldats". Trois paroissiens ont également été blessés, selon un communiqué de l'archevêché de Rouen, dont un grièvement, après "une tentative d'égorgement" écrit le Figaro. Selon le quotidien qui cite "des sources policières", il pourrait s'agir d'une sœur qui était dans l'assistance lorsque les deux forcenés ont fait irruption dans l'église.

Photo : Shutterstock/SIPA

Article le plus lu - Trump se paye Macron (et c'est gratiné) › Voir les actualités

Annonces Google