Affaire Daval : comment le beau frère d'Alexia veut mettre "la pression" sur Jonathann

Affaire Daval : comment le beau frère d'Alexia veut mettre "la pression" sur Jonathann JONATHANN DAVAL - Demandée par la famille d'Alexia Daval, sa soeur et son beau-frère en particulier, la confrontation avec Jonathann aura bien lieu prochainement.

[Mis à jour le 10 octobre 2018 à 19h07] Le juge d'instruction a donc accédé à la requête de Grégory Gay et de son épouse Stéphanie. Le beau-frère et la soeur d'Alexia Daval vont être confrontés à Jonathann, le mari de cette dernière qui avait avoué le meurtre de cette banquière de 29 ans, avant de revenir sur ses aveux et d'accuser Grégory Gay. Le couple s'est satisfait, ce mardi sur RTL, de cette réponse favorable. "Je n'attends pas spécialement la vérité de Jonathann, puisqu'il nous a déjà tellement menti que je ne vais pas me faire des illusions, on ne va pas encore avoir la vérité tout de suite, mais il était important qu'on lui mette la pression aussi", a fait savoir le beau-frère d'Alexia. Cette confrontation, souhaitée également par les parents de la jeune femme, n'aura pas lieu immédiatement, de "nombreuses vérifications" devant encore être réalisées par les enquêteurs.

Une confrontation ? "Je pense que Jonathann acceptera"

"Il y en a marre qu'on soit les seuls à se prendre des coups. Il était important de lui en donner un petit peu", a pesté par ailleurs Grégory Gay, qui attend désormais la réponse de Jonathann quant à sa volonté de participer à cette confrontation. L'avocat du principal suspect, qui juge ce procédé "tout à fait légitime", est tout de même allé dans le sens d'un retour favorable. "Je pense que Jonathann acceptera de se soumettre à l'exercice", a déclaré, toujours sur RTL, maître Schwerdorffer. Grégory Gay et son épouse ont donc désormais accès au dossier, après avoir pu effectué la demande de confrontation. Selon Le Parisien, ce qu'il y ont découvert est des plus étonnants.

Jonathann Daval aurait en effet livré 5 versions des faits différentes aux enquêteurs sur ce qu'il s'est passé en octobre dernier lorsque son épouse Alexia a trouvé la mort. Dès le 29 mai, le mis en examen assure devant le psychologue qui l'interroge avoir averti la famille d'Alexia de son geste. " J'ai fait une grosse bêtise, votre fille est morte !", aurait-il dit, le lendemain de ce qu'il décrit alors comme un homicide involontaire. Dans cette version, il reconnait avoir étranglé sa femme, dans un acte de colère qu'il assure ne pas avoir contrôlé. Il indique alors avoir clairement informé sa belle-famille, et ajoute que c'est Grégory Gay qui a pris les choses en main pour "arranger les choses". Selon Le Parisien, dans le dossier, le psychologue a fait part de ses doutes sur ces explications qu'il qualifient d'"un peu surréalistes".

Johnathann Daval décrit comme "dangereux" et "complexe"

Devant le psychologue, Jonathann Daval aurait fait un portrait très dur de son épouse. Une femme qui menaçait de "se faire sauter par un autre homme", s'il ne réglait pas ses problèmes d'impuissance. L'informaticien de 34 ans aurait aussi assuré avoir été battu, à plusieurs reprises, violemment et avoir eu des côtes cassées. Auprès d'un autre expert, un psychiatre, il livre une version floue, disant que sa femme a été tuée par "quelqu'un", sans pouvoir donner son identité, pour le protéger, lui et "quatre autre personnes". Les deux experts semblent être d'accord sur le profil de Jonathann Daval. Le psychiatre a indiqué dans son rapport que le jeune homme était "dangereux sur le plan criminologique", "complexe", "un peu caméléon" et qu'il cachait "assez mal une propension à la toute-puissance". Le psychologue lui, parle d'un homme "colérique, voire agressif". "Les tests mettent en lumière un homme déterminé, plutôt dominant", écrit encore le dépositaire de l'expertise commandée par la justice.

Jonathann Daval : "L'un des hommes les plus détesté de France"

Les avocats de Jonathann Daval ont fait savoir il y a quelques jours qu'ils allaient déposé, pour leur client, une demande de remise en liberté. Pour Me Florand, l'avocat des parents d'Alexia, "le moment est particulièrement mal choisi". Dans l'Est Républicain, il s'exprime en ces termes : "Dans quelques jours, cela fera un an qu'Alexia a été retrouvée morte. Dans ce contexte, je trouve – et je pèse mes mots – cette demande particulièrement indécente".

Et d'ajouter, convaincu qu'une telle requête ne pourra pas aboutir : "On voit mal comment la sécurité d'un des hommes les plus détestés de France pourrait être assurée, s'il devait passer de la détention provisoire au contrôle judiciaire. On a besoin d'un Jonathann vivant pour s'expliquer devant la cour d'assises. Pas d'un homme qui aurait pris une décharge de chevrotine dans un département où il aurait été assigné à résidence".

Affaire Daval : le rappel des faits

Jonathann Daval est toujours incarcéré au sein de la maison d'arrêt de Dijon (Côte-d'Or), depuis sa mise en examen pour "meurtre sur conjoint" le 30 janvier 2018, après qu'il a avoué avoir étranglé Alexia à la suite d'un dîner familial d'octobre 2017. Mais finalement, fin juin dernier, cet ancien informaticien est totalement revenu sur ces aveux : non seulement il accuse son beau-frère Grégory d'avoir provoqué la mort de son épouse, mais il a également fait état de l'existence d'un complot familial. Selon sa dernière version, Alexia serait entrée dans une vive colère lors du dîner avant que Grégory ne tente de la calmer et de lui donner la mort involontairement. Par la suite, la famille aurait conclu que Jonathann cache le corps, finalement retrouvé dans un bois non loin du domicile des Daval, à Gray-la-Ville.

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google