GHB ou GBL : mais c'est quoi cette drogue exactement ? Effets et dangers

GHB ou GBL : mais c'est quoi cette drogue exactement ? Effets et dangers Le GHB et le GBL, son dérivé, font de plus en plus de victimes dans le milieu des nuits parisiennes. D'où viennent-elles ? Comment agissent-elles ? Quelle est leur composition ? Tour d'horizon de ce qu'il faut savoir sur une substance surtout utilisée comme produit récréatif. 

[Mis à jour le 17 avril 2018 à 22h40] Les drogues ont la cote dans les soirées électro de la capitale, mais la fête peut rapidement tourner au drame. Surtout quand l'excès et l'alcool s'en mêlent. L'une d'entre elles est montrée du doigt par le préfet de police de Paris, alerté par la recrudescence de la substance récréative dans les discothèques de la Ville lumière. Son nom : GHB (ou GBL, son dérivé). Elle défraye la chronique suite à trois affaires dont l'une s'est soldée par un décès.  Un plan d'action des autorités publiques va être mis en place pour limiter l'importation de ces produits en France et mieux informer les utilisateurs de ses dangers, rapporte Le Parisien

Le GHB -ou GBL - était connu dans le passé comme "la drogue du violeur". Glissé dans un verre, l'agresseur profitait de l'état second de sa proie pour abuser d'elle. La substance est désormais consommée tout à fait volontairement par des personnes en recherche de sensations fortes. Illégale en France, elle s'achète cependant sur certains sites.

Quels sont les effets du GHB ?

Le GHB - appelé aussi "liquid ecstasy" - procure, en quelques minutes seulement, la sensation d'être dans un état d'ébriété avancé. Les consommateurs parlent d'un effet euphorique et de désinhibition. Des phénomènes d'hallucination sont aussi observés. Le GHB peut donner la nausée, des sensations de vertige et, assez régulièrement, des amnésies. Son délai d'efficacité, très court, a fait de cette drogue un produit exploité par des personnes malveillantes dans des cas de viol. A fortes doses, le GHB peut provoquer des effets sur le corps humain extrêmement dangereux : convulsions, hypotension, ralentissements cardiaques, dépression respiratoire, incoordination des mouvements, et dans certains cas, des inconsciences prolongées et des comas.

"Psychologiquement, on se sent plus détendu, plus motivé et plus ouvert aux choses"

Sur le site psychoactif.com, plusieurs témoignages de personnes ayant consommé du GHB donnent une idée des sensations recherchées. "Cela désinhibe énormément donc pour draguer, entamer une relation sexuelle, pour effectuer des actes répréhensibles... Attention donc à ce que tu fais sous ghb, tu te retrouves vite dans des situations improbables", écrit l'un des modérateurs du site, qui ajoute : "Tout parait très beau, les gens paraissent très attachants, doux et semblent auréolés de beauté. Ta vision de la réalité est altéré d'une manière suffisamment importante pour que le laid devient presque inexistant".

Au Monde, un autre utilisateur explique pourquoi il a sauté le pas : " L'alcool me fatiguait, je détestais la gueule de bois, alors quand j'ai entendu parler sur des forums de cette drogue en vente sur Internet, j'ai foncé. Même si le goût est désagréable, la relaxation, l'euphorie, l'augmentation de l'appétit et de la libido que le GBL m'apporte en a fait pour moi, très vite, un substitut à l'alcool en soirée". Un autre rajoute : "Psychologiquement, on se sent plus détendu, plus motivé et plus ouvert aux choses qui nous entourent. On devient bizarrement plus positif. Cette drogue accroît toutes nos pulsions et nos envies".

Un solvant industriel vendu illégalement

Le GHM (Gamma hydroxybutrate) est un produit de synthèse de plus en plus utilisé. Les consommateurs achètent et utilisent concrètement du GBL (Grievous Bodily Harm), en poudre en en granulés, qui se transforme dans le corps en GHB. Le GBL est en réalité un solvant industriel, interdit à la vente au particulier, que l'on retrouve dans ka fabrication de polyuréthane et d'autres résines. Lorsqu'il est ajouté à un verre d'alcool - c'est ainsi qu'il est fréquemment utilisé -, le produit n'a quasiment aucun goût ni odeur.

Si peu d'études médicales ont été faites spécifiquement sur cette drogue, on sait que ce produit peut conduire à une dépendance physique importante si son usage est prolongé dans le temps. Comme toute drogue dure, la sortie de l'accoutumance du GHB est longue et difficile : le sevrage peut entraîner des troubles importants du sommeil, des tremblements et des crampes musculaires.

Article le plus lu : Coupe du monde : la mise au point des Bleus : voir les actualités

Annonces Google