Alençon : battes de baseball, coups de feu... Ce que l'on sait de la rixe

Alençon : battes de baseball, coups de feu... Ce que l'on sait de la rixe ALENCON - Une rixe, impliquant des dizaines de personnes, a éclaté ce mercredi à Alençon, dans l'Orne. Une personne est décédée et huit autres blessées.

[Mis à jour le 2 août à 11h54] Une bagarre géante a éclaté ce mercredi 1er août en début de soirée à Alençon (Orne). C'est à coups de batte de baseball et de coups de feu que les individus se sont affrontés dans le quartier de Perseigne. Huit personnes ont été blessées dont deux grièvement et un homme est décédé à l'hôpital des suites de ses blessures, après avoir été touché par balle. La victime est un homme de nationalité afghane qui n'a pour l'heure pas été identifié car "il n'avait pas de papiers sur lui", selon la préfecture. Une infirmière présente sur place affirme avoir secouru un homme touché au ventre par un coup de feu.

Ouest-France indique qu'une voiture, utilisée pendant la rixe, "a été incendié juste après la bagarre". Des renforts de police, appuyés par des éléments de la gendarmerie de l'Orne et de la police de la Sarthe, ont été dépêchés sur place. L'hôpital d'Alençon a été placé sous surveillance "par mesure de sécurité", l'entrée de urgences est ainsi "filtrée", alors que les forces de l'ordre craignent désormais d'éventuelles représailles. La préfète de l'Orne, Chantal Castelnot, a indiqué qu'une première rixe avait eu lieu mardi 31 juillet, la veille. Elle affirme par ailleurs que "quatre personnes de nationalité afghane étaient blessées ce jour-là". La préfète affirme avoir sollicité des renforts de CRS "sur une durée de quinze jours pour maintenir le calme et la sérénité" dans ce quartier d'Alençon.

Une enquête a été ouverte 

Une enquête a été ouverte par le Service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Rouen et l'antenne de police judiciaire de Caen en cosaisine avec la sûreté départementale d'Alençon. Selon les premières informations, il s'agirait d'un règlement de compte entre deux groupes. Il impliquerait "des communautés rivales", selon le procureur de la République d'Alençon, François Coudert, qui s'est confié à l'AFP. Le procureur qui a d'ailleurs assuré "Nous allons faire en sorte que ces événements ne restent pas impunis".