Attaque à Trappes : Kamel Salhi, un assaillant au profil intrigant

Chargement de votre vidéo
"Attaque à Trappes : Kamel Salhi, un assaillant au profil intrigant"

Attaque à Trappes : Kamel Salhi, un assaillant au profil intrigant TRAPPES - Au lendemain de l'attaque au couteau où un homme a tué sa mère et sa soeur à Trappes dans les Yvelines, les recherches se poursuivent pour déterminer les motifs exacts du passage à l'acte de l'assaillant. Décrit comme "déséquilibré", l'homme était connu des services de police. La piste du drame familial est pour l'heure privilégiée.

L'essentiel

  • C'est ce jeudi 23 août, que Kamel Salhi, armé d'un couteau, a agressé trois personnes rue Camille Claudel, à Trappes dans les Yvelines. L'assaillant qui a été abattu par la police était connu des services de police pour apologie du terrorisme et faisait l'objet d'une fiche S.
  • Parmi les victimes, la mère et la soeur de l'assaillant ont été tuées, une troisième femme a été grièvement blessée. Le pronostic vital de la troisième victime n'est plus engagé ce vendredi, rapporte Le Parisien.
  • L'homme décrit comme instable, présentait un "problème psychologique important" selon le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.
  • La piste du drame familial est privilégiée par les enquêteurs au vu des éléments récoltés. Le parquet antiterroriste ne s'est pas saisi de l'affaire.

En direct

18:10 - L'assaillant était un père de famille "super gentil"

FIN DU DIRECT - Sud Ouest rapporte que selon les voisins de l'assaillant, Kamel Salhi "avait récemment divorcé de la mère de ses trois enfants" et qu'il "était revenu vivre chez sa mère" rue Camille Claudel à Trappes. Un riverain confie que l'homme "était souriant et sportif quand il était au collège". Un ami de l'assaillant à quant a lui affirmé que l'assaillant "était super gentil. Un gars sans problème qui aimait le foot et sortir sur Paris", indique Sud Ouest.

18:02 - Attaque à Trappes : les motivations de Kamel Salhi sont encore floues

Si la piste du drame familiale est pour l'heure toujours privilégiée par les enquêteurs, la revendication de cet acte par l'organisation Etat Islamique laisse planer le doute concernant les motivations réelles de l'assaillant. Rappelons que c'est armé d'un couteau que Kamel Salhi, 36 ans, a tué sa mère et sa soeur, et a grièvement blessée une passante. L'homme qui avait porté plainte en 2016 pour abus de confiance à la suite d'un problème d'héritage familial, était fiché S. Kamel Salhi faisait en effet l'objet d'une condamnation la même année pour apologie du terrorisme. Mais les problèmes psychologiques de l'assaillant dirigent l'enquête vers la piste d'un drame familial. Le parquet de Versailles a ouvert une enquête pour "assassinat, tentative d'assassinat, et menaces de mort sur personne dépositaires de l'autorité publique". Le parquet antiterroriste ne s'est, à ce stade, pas saisi de l'affaire.

17:55 - Gérard Collomb : "Le criminel avait des problèmes psychologiques importants"

"La qualification des faits doit être complétée, pour le moment, le procureur de la République de Paris n'a pas retenu la qualification terroriste", a fait savoir ce jeudi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "Il apparaît que le criminel avait des problèmes psychologiques importants", a-t-il déclaré. Par ailleurs, selon les informations du Parisien, l'assaillant Kamel Salhi aurait séjourné dans les services psychiatriques de l'hôpital Charcot de Plaisir.

17:45 - Attaques à Trappes : l'enquête se poursuit

Atteint de troubles psychiatriques, Kamel Salhi était suivi pour "radicalisation islamiste" indique France info. Le média a fait savoir que "la police judiciaire de Versailles doit commencer à exploiter les données de son téléphone et son matériel informatique pour étudier sa personnalité". A noter également qu'à ce stade de l'enquête, le parquet antiterroriste ne s'est pas saisi de l'affaire.

17:26 - "Il était gentil" : le témoignage d'un riverain qui connaissait l'assaillant de Trappes

La Parisien a recueilli le témoignage d'une personne vivant dans le quartier où a eu lieu l'attaque. "Il était gentil, il allait peu à la mosquée, avait un boulot, je le connais depuis l’enfance", dit-il. "Il a séjourné un moment à l’hôpital psychiatrique Charcot", a-t-il ajouté, ce qui semble confirmé que l'homme était atteint d'une fragilité mentale. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui s'était rendu à Trappes ce jeudi avait déclaré comme l'assaillant souffrait "de problèmes psychiatriques importants".

17:08 - Kamel Salhi faisait l'objet d'un nouveau signalement

Selon des informations du Figaro, Kamel Salhi, à l'origine de l'attaque au couteau qui a eu lieu ce jeudi à Trappes dans les Yvelines, "avait fait l'objet d'un nouveau signalement pour apologie du terrorisme il y a trois semaines". Rappelons que l'assaillant était déjà fiché S "pour comportement instable au titre de la radicalisation" explique Le Figaro. Et si l'organisation Etat Islamique a très rapidement revendiqué les faits, le parquet antiterroriste ne s'est pas saisi de l'enquête. Le profil instable de l'assaillant qui présentait des troubles psychologiques "importants" laisse penser qu'il s'agit d'un drame familial.

16:43 - Attaque à Trappes : grièvement blessée par l'assaillant, la passante est hors de danger

La troisième victime de l'attaque au couteau perpétrée par Kamel Salhi ce jeudi à Trappes dans les Yvelines, n'est plus en danger. Âgée de 66 ans, Zohra avait été poignardée dans la rue alors qu'elle regagnait son domicile. La femme qui avait été retrouvée "dans un jardin" avait été héliportée vers l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, rapporte Le Parisien. Et selon une source proche de l'affaire, "La victime a été opérée mais elle s'accroche à la vie. Fort heureusement, aucun organe vital n'a été gravement touché" indique Le Parisien.

16:30 - Attaque à Trappes : "le gouvernement minimise le terrorisme" selon Marine Le Pen

La Présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, s'est exprimée sur Twitter à la suite de l'attaque au couteau qui a eu lieu ce jeudi à Trappes dans les Yvelines. Elle écrit "La revendication de cet acte barbare par Daech n'étonnera que le gouvernement, qui persiste à minimiser le terrorisme islamiste et refuse de prendre les mesures pour éradiquer cette idéologie meurtrière".

16:21 - Qui sont les victimes de l'attaque à Trappes ?

L'attaque au couteau qui a eu lieu ce jeudi rue Camille Claudel à Trappes dans les Yvelines a fait deux morts, et un blessé grave. Abattu par la police, l'assaillant s'était attaqué à Ouarda, sa mère de 71 ans, et à Nadia, sa soeur de 49 ans. Ces dernières ont succombé à leurs blessures avant l'arrivée des forces de l'ordre sur le lieu du drame. La troisième victime est une passante de 66 ans. Aujourd'hui hors de danger, la passante répondant au nom de Zohra serait une voisine de l'assaillant. Selon Le Parisien, l'assaillant aurait dans un premier temps poignardé sa soeur qui "s'est défendue avant de trouver la force de sortir dans la rue". C'est à ce moment que "Zohra, qui rentrait de la mosquée" a croisé Kamel Salhi. L'arrivée des forces de l'ordre contraint le l'homme à se réfugier à l'intérieur du domicile familial "C'est sans doute à ce moment qu'il a tué sa mère" explique une source au Parisien.

16:07 - "Un fou qui était fiché S"

Le président des Patriotes, Florian Philippot, s'est exprimé ce vendredi au micro de BFM TV et RMC sur l'attaque au couteau qui a fait deux morts à Trappes. Il déclare "Que ça soit un fou ou pas, il était fiché S a été viré de la RATP pour prosélytisme. Et on laisse vivre tranquillement chez lui en France ? Vous trouvez ça normal qu'on laisse des bombes humaines comme ça ? Et si le député du Grand Est admet que l'assaillant puisse être mentalement instable, il affirme "Pour être terroriste, il faut être déséquilibré. Pour aller égorger des gens, il ne faut pas être très équilibré".

15:52 - Kamel Salhi avait été condamné en 2003 pour une infraction militaire

Présenté comme un homme aux troubles psychologiques "importants", Kamel Salhi n'était pas inconnu des services de police. En effet, après avoir été condamné en 2003 pour une "infraction militaire", une désertion selon Paris Match, l'assaillant faisait, en 2006, l'objet d'une fiche S pour apologie du terrorisme. Kamel Salhi avait également été licencié en octobre 2006 par la RATP en vertu de l'article 8 de son règlement interne, pour "non-respect de la laïcité". L'homme aurait par ailleurs été interné au secteur psychiatrique de l'hôpital psychiatrique Charcot de Plaisir selon des informations du Parisien.

15:27 - Les habitants de Trappes craignent une nouvelle stigmatisation

Au lendemain de l'attaque au couteau qui a eu lieu à Trappes dans les Yvelines, les habitants de la commune redoutent une nouvelle stigmatisation.C'est un coup dur pour cette ville qui connaît un taux de chômage important. Selon RTL, la ville a vu "plus de 60 jeunes partir" pour rejoindre les rangs de l'organisation État islamique en Irak et en Syrie. Une réalité qui ternit sévèrement l'image de Trappes. De nombreux riverains regrettent "l'amalgame fait par certains entre religion et terrorisme" rapporte RTL. 

14:54 - "C'est un mec qui a pété les plombs"

Le Figaro rapporte que selon plusieurs riverains, l'assaillant "était séparé de sa femme et n'avait pas vu ses enfants depuis longtemps". Habitant l'immeuble voisin, Pascal "était à quelques centaines de mètres lors de l'intervention des policiers" explique Le Figaro. "Je prenais souvent le café avec lui, ça faisait un mois que je l'avais pas vu. On parle de terrorisme, mais c'est pas un terroriste, c'est un mec qui a pété les plombs" a déclaré Pascal à l'AFP. 

14:14 - Attaques à Trappes : plusieurs procédures à l'encontre de Kamel Salhi

Quelques heures après l'attaque au couteau survenue à Trappes ce jeudi 23 août, le portrait de Kamel S. se dessine davantage. Fiché S, l'assaillant a été condamné en 2003 pour une infraction militaire d'après le parquet de Versailles. Depuis, il a fait l'objet de trois procédures distinctes qui n'ont pas donné lieu à poursuites. L'une d'entre elles concernait des faits d'apologie du terrorisme. Franceinfo indique qu'elle avait été classée sans suite en 2016 au motif "que l'infraction était insuffisamment caractérisée."

12:16 - Le parquet de Versailles a ouvert une enquête

Après l'attaque au couteau perpétrée à Trappes par Kamel Salhi ce jeudi 23 août, le parquet de Versailles a fait savoir que l'enquête confiée à la Direction régionale de la police judiciaire concerne les chefs "d'assassinat, de tentative d'assassinat et menaces de mort sur personnes dépositaire de l'autorité publique". Le parquet antiterroriste ne s'est pas saisi de l'affaire malgré la revendication de cette attaque par l'organisation Etat Islamique.

LIRE PLUS