Choléra : faut-il craindre une propagation de la maladie en France ?

Choléra : faut-il craindre une propagation de la maladie en France ? CHOLERA - Alors que les passagers d'un avion en provenance d'Algérie ont fait l'objet d'une suspicion de contamination au choléra à Perpignan, le retour de la maladie dans ce pays du Maghreb incite à la vigilance. Et en France, y a-t-il un risque ?

[Mis à jour le 5 septembre à 18h52] Alors qu'ils arrivaient d'Algérie via un vol de la compagnie ASL, les 147 passagers ont dû patienter pendant plus d'une heure dans la cabine avant d'être débarqués à l'aéroport de Perpignan. La faute à une suspicion de contamination du choléra sur un enfant présent dans l'avion. "Un enfant est susceptible d'être porteur du choléra", il a été "évacué vers l'hôpital pour des examens", ont fait savoir les pompiers.

Cet événement fait suite à la vigilance grandissante que le ministère de la Santé impose désormais aux compagnies aériennes. Le choléra se développe de manière inhabituelle en ce moment en Algérie, provoquant la première épidémie dans le pays depuis 1986, indique le Parisien, qui ajoute que le pays d'Afrique du nord a déjà subi deux décès liés à l'épidémie actuelle sur 172 personnes hospitalisées. Sur place, la peur gagne peu à peu les populations quant à la consommation de l'eau courante.

Choléra : le ministère des Affaires étrangères incite à la "vigilance"

Face à cela, la France ne reste pas de marbre et ainsi, comme évoqué plus haut, le ministère de la Santé via la Direction générale de la santé "a diffusé une information auprès des compagnies aériennes et des aéroports ayant des liaisons directes avec l'Algérie", indique la DGS, qui précise aux compagnies qu'"il était de leur responsabilité de désinfecter l'avion", en cas de "vomissements ou de selles" d'un patient voyageant avec elles. Le ministère des Affaires étrangères a emboîté le pas en publiant un conseil aux voyageurs. "Il est impératif de porter une vigilance particulière aux règles d'hygiène et de sécurité afin de se préserver des contaminations digestives ou de contact", indique notamment le site Internet du ministère.

L'institut Pasteur, contacté par le Parisien, dit se tenir prêt au cas où des patients contaminés par le choléra seraient à déplorer sur le sol français. Car, rappelons-le, si cette maladie - provoquant diarrhée, vomissement et déshydratation - est facilement guérissable, la personne contaminée se doit d'être prise en charge très rapidement. Concernant une éventuelle arrivée d'un contaminé en France, l'institut Pasteur se veut rassurant. "Le respect des conditions d'hygiène de base, complété par des précautions d'isolement, permet d'éviter la contagion", explique au Parisien Marie-Laure Quilici, directrice du Centre national de référence du choléra à l'institut.

"Deux cas de choléra en France par an"

Interrogée par Ouest-France, Marie-Laure Quilici, responsable du Centre national des références des vibrions et du choléra, à l'institut Pasteur, insiste sur l'incapacité de la maladie à se propager en France, même s'il faut rester prudent. "En moyenne, nous avons deux cas par an, depuis 45 ans. Il s'agit généralement de personnes provenant de pays touchés par la maladie. Une épidémie ne pourrait pas réapparaître en France", assure-t-elle.

Article le plus lu - Gilets jaunes : encore des blocages ? › Voir les actualités

Annonces Google