DIRECT. Procès Daval : l'"adieu" de la mère d'Alexia à Jonathann

DIRECT. Procès Daval : l'"adieu" de la mère d'Alexia à Jonathann DAVAL - Alors que le verdict a été repoussé à samedi, le procès de Jonathann Daval se poursuit à Vesoul. L'accusé du meurtre de sa femme Alexia a échangé avec la mère de la victime, Isabelle Fouillot.

L'essentiel
  • Le procès de Jonathann Daval, jugé pour "meurtre sur conjoint", se poursuit aux assises de Haute-Saône. Le verdict, qui devait avoir lieu ce vendredi, a été repoussé à samedi, dans l'après-midi ou dans la soirée. Pour le meurtre de sa femme Alexia, Jonathann Daval risque la prison à perpétuité.
  • Ce cinquième jour d'audience est marqué par la poursuite de l'audition de Jonathann Daval, qui a reconnu hier son intentionnalité dans le fait de donner la mort à son épouse. L'accusé est interrogé sur sa personnalité et des échanges ont pu avoir lieu directement entre lui et Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia dont il était très proche. "On aurait pu t'aider (en référence à ses problèmes de couple, ndlr). Pourquoi tu as fait ça ?", lui a-t-elle notamment demandé. Et Jonathann de répondre : "Je voulais encore fuir". Les parents d'Alexia attendent malgré tout plus de révélations de la part de leur ancien gendre. "On est persuadé qu'il y a un phénomène déclencheur dont il n'a pas parlé. Aura-t-on des réponses ? Je n'y crois pas beaucoup. Jonathann reste sur ses dires, je crois que ça va s'arrêter là", avait confié le père, Jean-Pierre-Fouillot, à BFM TV. Il semblerait qu'il ait vu juste, au vu des derniers échanges entre Isabelle Fouillot et Jonathann. La mère d'Alexia est semble-t-il restée frustrée à la fin de leurs échanges. Alors qu'elle lui demandait d'aller plus loin que de simples excuses et de "désolés", l'accusé a expliqué ne pas pouvoir "en dire plus". "Je te souhaite un bon sejour en prison. Adieu", a-t-elle conclu.
  • Plusieurs témoins témoignent à la barre ce vendredi, dont la mère de Jonathann Daval, Martine Henry. "Pour moi, il dit la vérité", a-t-elle assuré en arrivant au tribunal de Vesoul ce vendredi.
  • Suivez les évolutions du procès Daval dans notre direct.

18:41 - Une collègue de Jonathann Daval affirme ne l’avoir jamais vu se mettre en colère

[Fin du direct] Ce vendredi, cinquième jour du procès de Jonathann Daval, l’une de ses collègues, Christelle Chapusot a été appelée à la barre pour témoigner. Elle a expliqué n’avoir jamais vu l’accusé se mettre en colère sur son lieu de travail. "En dix ans, je ne l'ai jamais vu élever la voix ou être agacé par des clients. Jamais", a-t-elle déclaré.

18:02 - Martine Henry : "Je serai toujours présente pour lui"

Lors de son audition, qui a eu lieu en cette dernière journée du procès, Martine Henry, la mère de Jonathann Daval, a expliqué lui avoir dit qu’elle ne "l’abandonnerait jamais". "C’est mon enfant, je l’ai porté, je l’ai mis au monde, c’est ma chair on n’accepte pas ce qu’il a fait, mais je serai toujours présente pour lui, quoiqu’il arrive", a-t-elle affirmé.

17:13 - Jonathann Daval : "Ma vie s’est arrêtée ce soir-là"

Ce vendredi, cinquième jour de son procès, Jonathann Daval a affirmé au cours de son ultime interrogatoire que "[sa] vie s’est arrêtée", le soir de la mort d’Alexia, rapporte BFMTV. "Je me suis jamais projeté sur la durée de la peine, peu importe. Je dois payer pour les actes que j’ai commis", a-t-il poursuivi.

16:29 - Jonathann Daval, un "détenu pas désagréable"

Alors que le procès de Jonathann Daval est entré dans sa dernière ligne droite, un lieutenant de la maison d’arrêt de Dijon, où est détenu l’accusé depuis trois ans, a été cité par la défense, rapporte CNews. "Il y a eu des moments plus compliqués pour lui, il y a un suivi psy. Il a perdu du poids. Jonathann Daval a fait deux séjours dans l’unité médico-psychologique de la prison. Il y est en ce moment. C’est un détenu qui n’est pas désagréable sur le plan du comportement", a-t-il expliqué.

16:03 - La personnalité de Jonathann Daval

L’enquêteur de personnalité a rencontré Jonathann Daval en prison en 2018. À la barre, il est revenu sur la vie de l’accusé, dont le procès s’est ouvert lundi dernier. L’enfance de Jonathann a été marquée par la séparation de ses parents, puis la naissance d’un demi-frère. À l’adolescence, "il a eu quelques amourettes éphémères dans sa jeunesse mais qui n’ont jamais duré plus d’une semaine", a expliqué l’enquêteur. Face à lui, Jonathann Daval se serait décrit "timide, maniaque", ayant "du mal à s’extérioriser", mais "pas impulsif, pas vindicatif", "quelqu’un de normal, gentil, toujours souriant".

15:16 - La mère de Jonathann Daval affirme avoir vu que "quelque chose n’allait pas"

Martine Henry, la mère de Jonathann Daval, est venue témoigner à la barre au cinquième jour du procès. "J'avais vu que quelque chose n'allait pas. Des fois, il venait le soir. Il disait qu'il voulait se reposer pendant qu'Alexia s'endort pour rentrer après", a-t-elle expliqué. Un jour, elle explique avoir demandé à son fils s'il avait l'intention de divorcer. "Non, non on ne divorce pas", lui aurait répondu Jonathann, rapporte France 3 Bourgogne-Franche-Comté.

14:22 - Jonathann Daval : "Je voulais encore fuir"

Lors de la confrontation qui a eu lieu entre la mère d’Alexia et Jonathann Daval, au quatrième jour de son procès pour le meurtre de son épouse, l’accusé a affirmé que son passage à l’acte avait été motivé par son envie de "fuir", comme il le faisait, dit-il, lors de leurs disputes. Ce que, toujours selon ses dires, Alexia l’aurait empêché de faire cette fois. "Un être raisonné reprend ses esprits ! La seule hypothèse c’est qu’elle voulait s’en aller Jonathann" a rétorqué la mère de la victime.

13:48 - La réaction de la mère de Jonathann Daval face à ses mensonges

L’avocat de la famille d’Alexia Daval, Me Gilles-Jean Portejoie, a rapporté les propos de la mère de Jonathann Daval, lorsqu’elle a appris que la famille Fouillot était soupçonnée, à la suite des mensonges de l'accusé concernant le complot. "C’est bien fait pour leur gueule", aurait-elle déclaré. "Je m’excuse, je n’ai pas parlé correctement", a répondu l’intéressée, qui s’est ensuite mise à pleurer, rapporte France 3 Franche-Comté.

13:17 - Des textos "inquiétants" envoyés par Alexia

Au quatrième jour du procès de Jonathann Daval, sa sœur Stéphanie est revenue sur deux messages envoyés par Alexia, dans lesquelles elle laissait entendre qu’elle voulait attenter à sa vie. "C’est mon dernier voyage. J’espère que tu donneras plus d'amour à Happy (le chat du couple, NDLR) qu'à moi", avait-elle écrit dans l’un d'eux. Selon Stéphanie Gay, Jonathann serait "parti immédiatement" après avoir reçu ce message. "Je ne me rappelle même pas s'il a mis ses chaussures", a-t-elle ajouté.

11:38 - "Je te souhaite bon séjour en prison"

Ce seront donc les derniers mots d'Isabelle Fouillot à l'adresse de Jonathann Daval. "Je te souhaite bon séjour en prison", lui a-t-elle lancé, visiblement frustrée. Cela fait suite à une discussion plutôt bloquée entre la mère d'Alexia et son ancien gendre, qui lui a demandé pour conclure s'il avait une dernière chose à lui dire. "Je suis désolé pour tout", se contente-t-il de répondre. "C'est tout ? J'attends mieux, Jonathann s'il te plaît", l'interroge-t-elle. S'en suit un autre "désolé", "je ne peux rien dire de plus", ajoute-t-il. "Je te souhaite un bon sejour en prison. Adieu", conclut Isabelle Fouillot.

11:06 - "On dirait que tu veux tout mette sur Alexia"

Dans une tentative d'obtenir plus de révélations sur le pourquoi de son geste, Isabelle Fouillot s'est adressé directement à Jonathann. "Tu parles de crise. On dirait que tu veux tout mette sur Alexia", lance la mère d'Alexia. "Non mais j’ai des torts aussi", lui répond Jonathann. "Alors dis-nous !", lui lance Mme Fouillot, et son ancien gendre d'expliquer que "c'est la dispute, les mots de trop". Pour l'instant, statut quo donc dans la version de l'accusé.

10:58 - La vidéo de la confrontation entre la famille d'Alexia et Jonathann projetée

Elle avait fait basculé l'instruction. La confrontation entre Jonathann Daval et sa belle-famille, en décembre 2018, avait permis à l'accusé à faire de nouveau aveux, grâce à la force de persuasion de la mère d'Alexia. Souvent tête baissé, Jonathann n'a que partiellement regardé les images, notamment lorsqu'il se met à genoux devant sa belle-mère pour lui demander pardon.

En savoir plus

Jonathann Daval en prison ?

Jonathann Daval est déjà, depuis de nombreux mois, incarcéré à la maison d'arrêt de Dijon. Le principal suspect du meurtre de sa femme Alexia n'est plus en liberté depuis son interpellation le 29 janvier 2018, trois mois après les faits et pendant lesquels il avait fait passer l'image d'un veuf éploré devant la France entière. Au bout de trente heures de garde à vue, l'informaticien de 34 ans à l'époque avoue avoir tué accidentellement Alexia. Il est alors mis en examen pour "meurtre sur conjoint" et ainsi, le scénario mis en avant par ses avocats et lui-même, selon lequel il aurait donné involontairement la mort à son épouse, n'a pas été retenu. Le fait de donner volontairement la mort à autrui est potentiellement sanctionné d'une peine de prison à perpétuité, selon l'article 221-4 du Code pénal.

Mort d'Alexia Daval : ce qu'on sait déjà

La mort d'Alexia Daval a été entourée d'énormément d'interrogations dans les premières semaines ayant suivi la découverte de son corps. La théorie d'une mauvaise rencontre a d'abord été privilégiée, compte tenu du scénario énoncé par Jonathann, selon qui son épouse était partie faire un jogging, ce fameux samedi 28 octobre 2017. Mais peu à peu, les enquêteurs se penche sur le jeune homme, en secret, mettant le doigt sur une personnalité complexe et sur un couple plus problématique qu'en apparence. Ils finissent par interpeller Jonathann, fin janvier 2018, avant que ce dernier ne livre une première partie de ses aveux. Il avoue avoir provoqué la mort d'Alexia, mais involontairement, à la suite d'une dispute lors de laquelle il aurait étranglé la jeune femme. Cette version est conforme aux éléments du dossier, lesquels pointent une mort par asphyxie de la jeune banquière de Gray. A ce moment-là, Jonathann nie, en revanche, avoir mis feu à la dépouille. Quelques mois plus tard, nouveau revirement : l'informaticien trentenaire se dit à nouveau innocent, il accuse alors sa belle-famille d'avoir fomenté un complot familial visant à cacher la mort d'Alexia, qui aurait été occasionné lors du diner du vendredi 27 octobre 2017, lors duquel son épouse serait entrée dans une grande phase de colère, puis tuée par son beau-frère Grégory Gay. Ce nouveau mensonge durera quelques semaines, jusqu'à la confrontation de Jonathann face à sa belle-famille. Devant la mère d'Alexia, Isabelle Fouillot, en larmes et à genoux, il avoue finalement bien être le responsable de la mort d'Alexia, revenant ainsi à sa version initiale. Reste malgré tout la question de la crémation du corps, qu'il n'explique toujours pas aux enquêteurs, laissant la place à l'existence d'une complicité. Ce ne sera qu'en juin 2019, lors de la reconstitution des faits, que Jonathann Daval avouera avoir mis feu à la dépouille d'Alexia, là-même où il avait déposé le corps, dans un bois en bordure de Gray.

Voir aussi