Traitements, mutilations, témoignages... L'enfer des intersexes

Copie intégrale d'un acte de naissance. © FRANCK LODI / SIPA
Plusieurs médias ont recueilli leurs témoignages poignants ces dernières semaines, alors que les députés "ont fait pression pour en parler". Le 8 octobre dernier, l'Assemblée a voté un amendement au projet de loi de bioéthique en faveur d'une meilleure prise en charge des enfants nés intersexes, autrement dit avec une ambiguïté des organes génitaux. L'orientation de ces enfants vers l'un des quatre centres de référence en terme de maladies rares du développement génital, situés à Paris, Montpellier, Lille et Lyon, devient systématique. L'amendement n'interdit pas pour autant les opérations chirurgicales de "conformation à un sexe", régulièrement dénoncées par les associations comme des "mutilations génitales". Selon le Sénat, environ 200 bébés intersexes naissent chaque année en France, sur un total de 800 000 naissances. Découvrez leurs parcours souvent chaotiques.
Suggestions de contenus