Europacity : une gare, un nouveau projet... Et maintenant ?

Europacity : une gare, un nouveau projet... Et maintenant ? Jeudi 7 novembre, l'Élysée a choisi d'abandonner le projet controversé de centre commercial géant EuropaCity, qui devait s'installer dans le Val-d'Oise. Que va-t-il advenir des terres agricoles du Triangle de Gonesse ?

[Mis à jour le 8 novembre 2019 à 12h59] Un mégacomplexe de loisirs et de commerces qui devait attirer 31 millions de visiteurs par an. EuropaCity devait installer ses 230 000 mètres carrés de commerces, 150 000 mètres carrés de loisirs, 2 700 chambres d'hôtel dans le Val-d'Oise, à Gonesse. Lors du troisième Conseil de défense écologique, jeudi 7 novembre, l'Élysée a choisi d'abandonner le projet pharaonique, très critiqué par les militants écologistes. Emmanuel Macron jugerait ainsi le mégacomplexe "daté et dépassé", lui préférant un "projet alternatif (...) plus moderne, sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets".

C'est une victoire pour les opposants qui dénonçaient la surconsommation foncière que ces constructions entraîneraient, alors que les surfaces agricoles perdent du terrain face à l'urbanisation en France. Si cette décision signe bien la fin d'EuropaCity, le gouvernement ne veut pas pour autant abandonner toute idée d'urbanisation de ces terres. Le projet de gare pour la future ligne 17 du Grand Paris Express, qui devait desservir le complexe, ne serait pas abandonné. "L'objectif n'est pas de remettre en cause la ligne 17",  indique ainsi l'Élysée. L'exécutif penche sur un nouveau projet pour aménager la zone. "Du résidentiel, du logement, une partie d'activité agricole, peut-être de la petite industrie, du circuit court, pourquoi pas du loisir, mais pas un grand pôle", décrit l'Élysée. 

Le maire de Gonesse dénonce "un  coup de poignard de l'État" 

Cette décision d'abandonner EuropaCity ne satisfait pas tout le monde. Le maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, défenseur de ce projet, dénonce "un coup de poignard incompréhensible et inacceptable de la part de l'État !", au micro d'Europe 1. "C'est pour les élus et les habitants du territoire une décision incompréhensible et inacceptable. Le gouvernement sacrifie notre territoire au nom d'une vision uniquement symbolique de l'écologie. Nous ne pouvons répondre à l'urgence écologique sur le dos des populations défavorisées et des classes moyennes !", a-t-il déclaré dans un communiqué. Avec la construction de ce mégacomplexe, les élus locaux avaient pour objectif de réduire les difficultés économiques de la région.

Comme le rapporte L'Express, la décision du président français Emmanuel Macron d'arrêter le projet du complexe de loisirs et commerces EuropaCity représente une déception pour les habitants également. Le site parle de "la 'fin d'un espoir' pour des jeunes de banlieue". Le complexe devait notamment permettre la création de 10 000 emplois. Un éducateur et militant associatif de longue date à Goussainville à confié à L'Express : "La déception est immense, on sent un mépris du gouvernement par rapport à la banlieue, on a l'impression que le président nous marche dessus juste pour dire qu'il fait de l'écologie. L'est du Val-d'Oise, c'est le parent pauvre de l'Île-de-France. On n'a rien, pas de transports, pas de métro, on est abandonnés." 
 

Article le plus lu - Alexandre Benalla se lâche dans un livre › Voir les actualités