DIRECT - Tremblement de terre : des secousses à Strasbourg causées par l'activité humaine ?

DIRECT - Tremblement de terre : des secousses à Strasbourg causées par l'activité humaine ? Mardi 12 novembre, à 14h37, un tremblement de terre de magnitude 3,3 a été enregistré près de Strasbourg. Lundi, c'est en Ardèche que la terre tremblait. Si aucun lien n'est établi entre ces deux séismes, à Strasbourg, l'hypothèse de secousses provoquées par des activités humaines se dessine.

L'essentiel

  • Après le tremblement de terre qui a frappé l'Ardèche lundi, des secousses ont été enregistrées ce mardi 12 novembre, à 14h37, à l'ouest de Strasbourg. Le bureau central sismologique français a indiqué que ce nouveau séisme était d'une magnitude de 3,3 sur l'échelle de Richter. 
  • Le tremblement de terre de l'Ardèche et celui de Strasbourg n'auraient aucun lien. En effet, selon l'Institut de physique du globe de Strasbourg, les secousses ressenties dans la capitale alsacienne pourraient avoir été provoquées indirectement par des activités de forages géothermiques. Pour l'heure, cette hypothèse n'a pas été officiellement confirmée. 
  • Dans l'Ardèche, le tremblement de terre n'a causé aucun dégât sur les réacteurs de la centrale nucléraire de Cruas-Meysse, a annoncé un responsable EDF mardi après-midi. Trois des quatre réacteurs de la centrale avaient été stoppés après le séisme pour faire l'objet de contrôles préventifs. Des vérifications qui ont permis de confirmer qu'aucune anomalie n'a été détectée.

En direct

23:21 - Le tremblement de terre de Strasbourg provoqué par des activités de forage ?

[Fin du direct] Selon l'Institut de physique du globe de Strasbourg (IGPS), contacté par franceinfo, le tremblement de terre ressenti à Strasbourg ce mardi pourrait être indirectement lié à des activités de forage géothermique. L'IGPS a également précisé que de légères secousses ont d'ailleurs été enregistrées ces dernières semaines, ce qui penche en faveur de l'hypothèse d'un "évènement induit", à savoir lié indirectement à l'activité humaine. Pour l'heure, il reste difficile d'établir un lien entre ce tremblement de terre et les activités de forage mises en cause. 

22:57 - Une carte des centrales nucléaires exposées aux tremblements de terre

La suspension préventive de trois des quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, suite au tremblement de terre qui a touché l'Ardèche lundi, a fait ressurgir les inquiétudes concernant la sécurité des sites situés dans des régions à risques. Pour faire le point, l'AFP a publié ce mardi sur Twitter une carte des centrales nucléaires, avec leur nombre de réacteurs, et des zones sismiques en France.

22:46 - Des témoignages plutôt rassurants collectés par le BCSF

Sur le site du Bureau Central Sismologique Français, les alsaciens sont invités à témoigner au sujet du séisme qu'ils ont ressenti cet après-midi. L'un d'eux a décrit un "coup de tonnerre qui venait du sous-sol", un autre a témoigné en ces termes : "la vibration a duré quelques secondes, et s'est achevée par un bruit ressemblant à une explosion. C'est la vibration préalable qui m'a fait exclure [cette] hypothèse". D'autres commentaires sont plus légers, traduisant la relative tranquillité des riverains : certains ont décrit le "même bruit qu'une machine à laver en fin de cycle", ont relaté la réaction de leur compagnon à quatre pattes : "Le chat couché sur mon bureau a (à peine) levé la tête, fait de gros yeux. Peut-être plus surpris par mon comportement que par l'événement.", ou ont rapporté avoir "vu les arbres bouger".

22:17 - Le tremblement de terre en Ardèche est le plus important depuis 16 ans en France

Le tremblement de terre qui s'est produit dans l'Ardèche lundi, est le plus fort enregistré en France depuis celui d'une magnitude 5,4 qui a frappé les Vosges en 2003, selon le Réseau national de surveillance sismique et le Bureau central sismologique français. En 2011, un séisme de magnitude 5,5 a été ressenti en Corse, mais son épicentre se situait en mer, à 100 kilomètres d'Ajaccio, à précise à Sud Ouest Jérôme Van der Woerd, chercheur CNRS au Réseau national de surveillance sismique. 

22:04 - Christophe Castaner confirme le relogement des habitants du Teil touchés par le tremblement de terre

Le ministre de l'Intérieur a confirmé à l'occasion de sa visite au Teil, les propos de la préfète de l'Ardèche, Françoise Souliman, qui assurait plus tôt dans l'après-midi que "tout le monde [allait être] relogé". "La préfète et l'ensemble des élus locaux travaillent à identifier pour demain des logements, hôteliers ou autres, pour lesquels nous n'hésiterons pas à procéder à des réquisitions si nécessaires", a précisé le ministre de l'Intérieur. 

21:44 - La demande de catastrophe naturelle après le tremblement de terre en Ardèche examinée mercredi prochain

En déplacement au Teil, dans l'Ardèche, après le tremblement de terre qui a secoué le département lundi, Christophe Castaner a annoncé que la commission d'experts en charge de la reconnaissance d'état de catastrophe naturelle sera réunie "dès mercredi prochain". "Nous pourrions aller plus vite, mais les dossiers ne sont pas constitués au moment où je vous parle", a-t-il expliqué, avant d'ajouter qu'il appartenait "aux experts de se prononcer, pas au ministre de l'Intérieur".

21:18 - Quels sont les risques de séismes en France ?

Le journaliste Benjamin Savart, de France Info, estime que “la France est un pays où le risque sismique est modéré, d’après la carte du ministère de l’Ecologie et du développement durable. Chaque année, le territoire national subit une centaine de tremblements de terre d’une magnitude d’environ 3 sur l’échelle de Richter, c’est-à-dire quasiment imperceptibles”. Cela s'expliquerait par des déformations minimes des plaques tectoniques sur le territoire français continental, en comparaison par exemple avec le Japon ou les Etats-Unis.

21:00 - Quelques interventions des pompiers à Strasbourg

Les pompiers du Bas-Rhin ont reçu une cinquantaine d'appels suite au tremblement de terre, nous informe l'AFP. Trois interventions des pompiers ont eu lieu, notamment pour des chutes de briques ainsi que pour un bâtiment fissuré à Schiltigheim, au nord de Strasbourg. Un tremblement de faible ampleur en comparaison de celui de Teil hier, mais tout de même impressionnant à vivre, selon les témoignages de Strasbourgeois.

20:42 - La centrale de Cruas-Meysse ne présente aucune anomalie après le tremblement de terre en Ardèche

Ce mardi 12 novembre, un responsable EDF a confirmé qu'aucune anomalie n'a été détectée à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse après le tremblement de terre survenu dans l'Ardèche lundi. La production de trois des quatre réacteurs de la centrale avait été suspendue "pour procéder à des contrôles complémentaires et préventifs", avait expliqué EDF dans un communiqué. 

20:23 - Le tremblement de terre de Strasbourg a été précédé de 8 secousses

Avant le tremblement de terre d'une magnitude 3,3 sur l'échelle de Richter, qui a touché Strasbourg lundi, pas moins de huit secousses sismiques l'ont précédé dans la matinée. Enregistrées à partir de 7h45 par le Réseau national de surveillance sismique, elles allaient d'une magnitude d'1,5 à 2,2, et n'ont donc pas été ressenties par les habitants de Strasbourg. Le tremblement de terre le plus important, ressenti à 14h37, a été également suivi d'au moins deux autres secousses.

19:57 - Les témoignages après le tremblement de terre de Strasbourg

Le tremblement de terre ressenti à Strasbourg ce mardi a fortement surpris les habitants de la capitale alsacienne, peu habitués du phénomène. "C'est comme si un métro souterrain passait sous mes pieds. Je n'ai pas de suite compris, c'est en rentrant et en voyant les publications sur Internet que j'ai compris", a expliqué Lola, interrogée par Actu.fr. "J'ai d'abord perdu un peu l'équilibre et manqué de tomber par terre ! (...) J'étais assez confus, même si j'en ai déjà vécu d'autres avant, celui-là était plus fort", a de son côté assuré Lucien. 

19:41 - Qu'en est-il au site nucléaire Orano, classé Seveso ?

Outre les centrales nucléaires de la vallée du Rhône, le site Orano est lui aussi situé non loin de l'épicentre du séisme qui a eu lieu hier dans l'Ardèche. Il d'un site nucléaire spécialisé dans la conversion et l’enrichissement de l’uranium, étendu sur 650 hectares entre la Drôme et le Vaucluse et est composé de 4 entreprises, dont les installations sont classées Seveso haut. A Orano, aucun dégât n'est à déplorer a priori.

19:24 - Christophe Castaner en Ardèche pour constater les dégâts causés par le tremblement de terre

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner est arrivé en Ardèche, pour constater les dégâts causés au Teil par le tremblement de terre survenu lundi, mais aussi rencontrer les habitants et les élus de la ville. Le ministre se rendra dans le quartier de la Rouvière, lourdement touché par le tremblement de terre, puisque 90 % des habitations y ont été impactés, soit 250 logements environ. Christophe Castaner a promis une "mobilisation totale" de l'État dans le processus de reconstruction.

19:02 - Les habitants de l'Ardèche impactés par le tremblement de terre seront "tous relogés" demain soir"

La préfète de l'Ardèche, Françoise Souliman a assuré que toutes les personnes vivant en Ardèche, évacuées après le tremblement de terre, seront bien "relogées demain soir", de manière provisoire ou pérenne. Cette dernière a également détaillé les différents dégâts subis par les bâtiments. "Dans certains cas, ce sont juste des petits incidents, et les gens peuvent rentrer chez eux. D'autres cas, où [les dégâts] sont plus importants, mais où il y a une possibilité de réparation, et là c'est de l'hébergement d'urgence, soit c'est du logement pérenne à donner, parce que ce sont des maisons qui risquent de s'écrouler", a-t-elle expliqué. 

18:38 - Les commerces du Teil touchés par le tremblement de terre

Après le tremblement de terre qui a touché lundi l'Ardèche, les autorités s'attellent au premier bilan des dégâts. Dans la ville du Teil, épicentre de la secousse, les commerces ont été particulièrement impactés. "Les commerçants les plus touchés sont ceux situés dans le centre-ville historique, lourdement impacté par le séisme (...) 25 à 30 % d'entre eux sont touchés", explique Frédéric Hoyiez, vice-président de l'union des commerçants du Teil, interrogé par BFMTV. L'enjeu désormais est de vérifier que les bâtiments qui accueillent ces boutiques peuvent être sécurisés. "Les pompiers sont à la manoeuvre pour faire les premiers constats et déterminer si les commerces peuvent ouvrir", précise Frédéric Hoyiez. 

LIRE PLUS