Chômage : le chômage reste stable au 3e trimestre 2018

Chômage : le chômage reste stable au 3e trimestre 2018 Au troisième trimestre, le taux de chômage est resté stable en France selon l'Insee. Cependant, il est en baisse de 0,5% sur un an.

[Mis à jour le 20 novembre 2018 à 15h00] Pas simple de faire baisser le chômage en France... Et les derniers chiffres publiés par l'Insee le confirment. Le chômage stagne à 9,1% de la population active au 3 trimestre de l'année 2018. Le taux de chômage est de 8,8% en France métropolitaine. Au total, 3,36 millions de personnes sont sans emploi et inscrites dans la catégorie A. Si on ajoute les autres catégories de chômeurs - qui cumulent aide et activité par exemple  - le chiffre grimpe à presque 6 millions de personnes. Toutefois, sur un an le chômage est en recul de 0,5%.

Qu'est-ce que l'assurance-chômage ?

L'assurance chômage est un régime obligatoire de protection mis en place en 1958. Employeurs et salariés du privé cotisent à l'assurance-chômage.  Les cotisations représentent 6,45% du salaire brut, 4,05% sont à la charge de l'employeur. Aux alentours de 17 millions de salariés cotisent à l'assurance-chômage. Elle a deux missions principales : distribuer un revenu de remplacement mais aussi aider les salariés à retrouver un emploi.

Indemnisation et assurance-chômage 

L'assurance chômage fonctionne comme une assurance. Pour toucher des prestations, il faut avoir cotiser au moins 4 mois dans les 28 derniers mois. L'assurance chômage donne droit à une indemnisation entre quatre mois et 2 ans. Les indemnisations montent jusqu'à 3 ans pour les plus de 50 ans. Le plafond d'indemnisation mensuel maximal est de 6 615 euros. C'est un montant très supérieur aux autres payes européens, 2 620 euros par mois en Allemagne, 1 655 euros en Belgique ou encore 2 470 euros au Danemark.

Calcul de l'allocation chômage

L'allocation d'aide de retour à l'emploi (ARE) est calculée sur le salaire brut des 12 derniers mois primes incluses. Mais les indemnités de rupture du contrat de travail ne sont pas incluses dans le calcul. Pour calculer votre allocation, Pôle Emploi utilise deux méthodes : prendre 40,4% de votre salaire journalier de référence et y ajouter 11,92 euros ou prendre 57% de votre salaire journalier de référence. L'administration conserve l'option qui vous est la plus favorable. L'allocation minimum est de 29,06 euros par jour (871,8 euros par mois). A l'inverse, l'allocation mensuelle maximale est de 6 615 euros. Quelque soit votre salaire, l'allocation de retour à l'emploi (ARE) ne peut excéder 75% de votre salaire journalier de référence.

CSG et allocation chômage

Le montant de votre ARE est légèrement diminué de 3% sur le salaire journalier de référence si l'ARE dépasse 29,06 euros par jour au titre de la contribution pour la retraite complémentaire.  De plus, si votre ARE dépasse 50 euros par jour, elle est soumise à la CSG (contribution sociale généralisée) et à la CRDS (contribution pour le remboursement de la dette sociale). Le taux de CSG est de 6,2% sur 98,25% de l'ARE et de 0,5% pour la CRDS sur 98,25% de l'ARE. 

Article le plus lu - Gilets jaunes : Macron en danger ? Dernières infos › Voir les actualités

Chômage : le chômage reste stable au 3e trimestre 2018
Chômage : le chômage reste stable au 3e trimestre 2018

Sommaire Qu'est-ce que l'assurance-chômage ? Indemnisation et assurance-chômage Calcul de l'allocation chômage CSG et allocation chômage [Mis à jour le 20 novembre 2018 à 15h00]  Pas simple de faire baisser le...

Annonces Google