CFD : les pièges à éviter Une règle complexe pour fixer le prix d'un CFD

Un contrat CFD ne constitue pas un droit de propriété et ne fait pas non plus l'objet de phénomène de rareté, la quantité disponible étant illimitée. Ce qui n'est pas sans incidence sur la valeur d'un CFD. Le premier piège réside donc dans le prix d'achat ou de vente. Ce dernier est fixé selon la valeur de l'action au moment de la souscription au contrat. Par la suite, si l'action progresse de 3 %, le prix du contrat CFD progressera aussi de 3 %. Inversement, si elle recule de 2 %, le prix du CFD va baisser de 2 %. Le prix du CFD subit ce que l'on appelle la loi de l'offre et de la demande sur l'actif financier associé.

pierre-antoine dusoulier, pdg de saxo banque france, co-auteur du guide complet
Pierre-Antoine Dusoulier, Pdg de Saxo Banque France, co-auteur du guide complet sur les CFD. © Saxo banque

Un principe simple... sauf qu'il y a en réalité deux prix. Celui auquel le courtier accepte de vendre le contrat CFD (prix d'offre ou Ask) et celui auquel il accepte d'acheter un CFD (prix de demande ou Bid). "L'écart entre le deux prix correspond à la liquidité du marché", expliquent Pierre-Antoine Dusoulier et Nicolas Charbonnier.

Cette règle change selon s'il s'agit d'un indice, d'une devise, d'une matière première... Ainsi pour les contrats CFD sur indice, le prix intègre les coûts de transaction. Ce qui n'est pas le cas avec les actions. Ces frais vont dépendre du courtier par l'intermédiaire duquel l'acquisition du contrat s'effectue. En France, il faut s'attendre à devoir payer une commission avoisinant les 0,10 % par ordre. "Il n'est pas rare qu'il existe un minimum perçu de 10 euros en moyenne", selon Pierre-Antoine Dusoulier et Nicolas Charbonnier. Autrement dit, au prix Ask ou Bid il faut ajouter des frais pour les actions. Ce qui n'est pas le cas pour les indices. Pas évident à suivre.

Avoir une connaissance appronfondie des marchés

L'évolution du prix d'un CFD répondant à la règle de l'offre et de la demande, il importe au titulaire d'un contrat CFD d'avoir un minimum de notion économique et comptable pour ajuster son choix dans les CFD et les actions associées par exemple. Cela demande aussi un suivi quotidien de l'actualité pour savoir réagir à bon escient. Bref, l'utilisation de CFD n'est en rien un moyen d'investir en Bourse par substitution des actions pour quelqu'un qui ne connaît rien aux mécanismes de la finance. D'ailleurs, l'Autorité des marchés financiers rappelle que "l'établissement financier doit s'enquérir au préalable des connaissances et de l'expérience du client en matière financière".