Impôt sur le revenu 2020 : tranche, simulation et date

Impôt sur le revenu 2020 : tranche, simulation et date Depuis 2019, l'impôt sur le revenu est prélevé à la source, mais les contribuables doivent continuer à remplir une déclaration de revenus.

Vous êtes-vous acquitté de votre impôt sur le revenu ? Il est prélevé à la source. Certains contribuables ont toutefois dû payer un solde d'impôt fin septembre, leurs retenues à la source sur l'année 2019 s'étant révélées inférieures à ce qu'ils devaient réellement. En effet, si l'impôt sur le revenu est contemporain de vos revenus, car prélevé tous les mois, le taux de prélèvement - et donc vos retenues à la source - dépend de votre dernière déclaration de revenus. Pour connaître les modalités de calcul de l'impôt sur le revenu, consultez notre article dédié. 

Comment l'impôt sur le revenu est-il calculé en 2020 ?

L'intégralité des revenus (salaires, pensions, retraites, revenus fonciers) que vous percevez sur l'année d'imposition sont étudiées par le fisc. Dans un premier temps, il est nécessaire de déterminer le revenu net imposable - information que vous pouvez retrouver sur votre fiche de paie si vous êtes salarié. 

Pour rappel, une déduction forfaitaire de 10% est appliquée, au titre des frais professionnels. Le montant minimum de cette déduction est de 441 euros pour 2019. Elle est plafonnée à 12 627 euros par membre du foyer. Si cet abattement est inférieur au total de vos frais professionnels, vous pouvez alors déduire le montant de vos frais réels

Vous avez déterminé votre revenu net imposable ? Vous devez le diviser par le nombre de parts de votre foyer fiscal. Vous obtenez ainsi votre quotient familial. Le quotient familial sert à déterminer un revenu imposable pour le foyer fiscal. Appliquez la somme obtenue au barème d'imposition. En 2020 pour l'imposition des revenus de l'année 2019, la réduction d'impôt liée au quotient familial est limitée à 1 567 euros pour chaque demi-part supplémentaire et à 784 euros pour chaque quart de part supplémentaire.

Le quotient familial en fonction de la taille du foyer fiscal
Nombre d'enfants Nombre de part pour un couple marié ou pacsé Nombre de part pour un veuf ou une veuve Nombre de part pour un couple concubin Nombre de part pour une personne seule
Source : Direction générale des Finances publiques
0 2 1 1 1
1 2,5 2,5 1,5 2
2 3 3 2 2,5
3 4 4 3 3,5
4 5 5 4 4,5
Par enfant supplémentaire 1 1 1 1

Quels barème, taux et tranches pour l'impôt sur le revenu en 2020 ?

L'impôt sur le revenu fonctionne avec un barème d'imposition. Ainsi, un taux compris entre 0 et 45% s'applique à chaque tranche de revenus du barème de l'impôt sur le revenu. Très concrètement, si votre revenu net imposable est inférieur à un certain seuil, un taux nul est appliqué. Ces fameux taux s'appliquent à une fraction du revenu du ménage. Le montant total de l'impôt découle de l'addition des différentes tranches. Voici le barème de l'impôt sur le revenu qui s'applique sur les revenus 2019 : 

Tranches de revenus annuels  Taux applicable
jusqu'à 10 064 euros 0%
de 10 065 euros à 27 794 euros 14%
de 27 795 euros à 74 517 euros 30%
de 74 518 euros à 157 806 euros 41%
à partir de 157 807 euros 45%

Attention : l'administration va procéder grâce à la déclaration de revenus réalisée au printemps 2020 à l'ajustement de votre taux de prélèvement à la source, qui s'appliquera à compter de l'été 2020 et jusqu'à l'été 2021. Ce calcul se fera à partir d'un autre barème, prenant en compte la baisse de l'impôt sur le revenu actée l'an dernier. Vous souhaitez connaître la barème de l'impôt sur le revenu qui s'appliquent sur les revenus perçus en 2020 ? Le voici : 

Tranches de revenus annuels  Taux applicable
jusqu'à 10 064 euros 0%
de 10 065 euros à 25 659 euros 11%
de 25 659 euros à 73 369 euros 30%
de  73 370 euros à 157 806 euros 41%
à partir de 157 807 euros 45%

Le projet de loi de finances a enfin dévoilé le barème de l'impôt qui s'appliquera sur les revenus 2020 au 1er janvier 2021. Voici le nouveau barème : 

Tranches de revenus annuels  Taux applicable
jusqu'à 10 084 euros 0%
de 10 085 euros à 25 710 euros 11%
de 25 711 euros à 73 516 euros 30%
de  73 517 euros à 158 122 euros 41%
à partir de 158 123 euros 45%

Dans quels cas peut-on bénéficier d'une décote ou d'une réduction ?

Certains foyers fiscaux peuvent bénéficier d'une décote sur les revenus de 2019, si le montant brut de leur impôt sur le revenu ne dépasse pas un certain seuil. Voici les plafonds à ne pas dépasser : 

  • Pour une personne seule :  1 611 euros. "La décote est égale à la différence entre 1 208 € et les 3/4 du montant de votre impôt", explique-t-on sur le site service-public.fr
  • Pour un couple soumis à une imposition commune (marié ou pacsé) : 2 653 euros. "La décote est égale à la différence entre 1 990 € et les 3/4 du montant de votre impôt", complète-t-on. 

Il est possible de bénéficier d'une réduction de 20% de son impôt sur le revenu, lorsque votre revenu fiscal de référence ne dépasse pas un certain seuil. Voici les plafonds de revenu fiscal de référence à ne pas dépasser pour les revenus 2019 : 

  • Pour une personne seule : 19 175 euros. 
  • Pour un couple soumis à une imposition commune (marié ou pacsé) : 38 350 euros. 

A noter : ces montants ne prennent pas en compte une éventuelle majoration de votre quotient familial. Vous êtes célibataire et votre revenu fiscal de référence dépasse le seuil de 19 175 euros pour l'année 2019 ? "Vous pourrez bénéficier d'une réduction dégressive si votre RFR est supérieur à ces valeurs", rappelle service-public.fr sur son site dédié. Pour obtenir cette réduction dégressive, une personne seule devra avoir un RFR compris entre 19 175 et  21 248 euros. 

Peut-on faire une simulation de son impôt sur le revenu ? 

Un simulateur est disponible, iciVous avez la possibilité de choisir un modèle simplifié (si vous déclarez salaires, pensions, retraites, revenus fonciers par exemple et que vous avez simplement besoin de déduire les charges les plus courantes comme les pensions alimentaires) et le modèle complet (qui convient aux professionnels ayant des revenus d'activité commerciale ou agricole notamment).

Quelle est la date pour s'acquitter de l'impôt sur le revenu ? 

Une échéance est fixée, en fonction du montant d'impôt sur le revenu dont vous êtes redevable. S'il est supérieur à 300 euros, quatre prélèvements sont effectués par l'administration fiscale le vendredi 25 septembre, le dimanche 25 octobre, le mercredi 25 novembre et le vendredi 25 décembre. Votre solde est inférieur à 300 euros : un seul prélèvement automatique est réalisé le vendredi 25 septembre. 

Qui doit payer un solde d'impôt sur le revenu ? Qui bénéficie d'un remboursement ?

Le prélèvement à la source a quelque peu chamboulé le fonctionnement du paiement de l'impôt sur le revenu. Les contribuables sont, certes, prélevés à la source chaque mois sur leurs revenus (ou par acompte tous les trimestres dans le cadre des revenus fonciers). Ils doivent continuer à réaliser une déclaration de revenus chaque année, car elle permet de connaître le montant réel de l'impôt sur le revenu. Le fisc en déduit ensuite vos retenues sur l'année, établissant ainsi si vous devez payer un solde au titre de l'année d'imposition. Plusieurs situations peuvent alors se présenter : 

  • Vous n'avez rien à payer : soit parce que vous n'êtes pas imposable, soit parce que vos revenus n'ont pas évolué - et donc vos retenues à la source correspondent exactement au montant de votre impôt. 
  • Vous bénéficiez d'un remboursement : vos prélèvements à la source sur l'année 2019 ont été supérieurs au montant réel de votre impôt sur le revenu. Autre scénario possible : vous percevez l'acompte restant de votre crédit d'impôt perçu en janvier dernier. "Le remboursement interviendra, dans la plupart des cas, par virement sur votre compte bancaire le 21 juillet, le 24 juillet ou le 7 août prochain", avait indiqué Bercy dans un communiqué. 
  • Vous êtes redevable d'un solde de l'impôt sur le revenu : vos retenues à la source sur l'ensemble de l'année 2019 se sont révélées inférieures au montant réel de votre impôt. Il se peut, par exemple ,que vous n'ayez pas déclaré à l'administration fiscale une évolution de revenus (salaires, financiers, fonciers, etc) en cours d'année, qui aurait logiquement entraîné un ajustement de votre taux de prélèvement et/ou de vos acomptes. Autre possibilité soulevée par Le Revenu : le fisc n'a pas pris en compte une augmentation datant de 2018, car le taux appliqué de janvier à l'été 2019 était fondé sur la déclaration de revenus 2017. Enfin, il se peut vous ayez bénéficié d'une avance de crédit d'impôt récurrent trop élevée. Attention : il faut bien comprendre ici que le fisc ne vous prélève pas deux fois. Il vient seulement, si nécessaire, corriger ce que vous devez réellement. 

Impôt sur le revenu