Prix du gaz : plafonnement des prix, vers un accord au sein de l'UE ?

Prix du gaz : plafonnement des prix, vers un accord au sein de l'UE ? PRIX DU GAZ. Les vingt-sept sont parvenus à un accord, ce vendredi 21 octobre au sujet du plafonnement du prix du gaz. Mais tout n'est pas réglé, notamment du côté allemand.

[Mis à jour le 21 octobre 2022 à 12h16] Vendredi 21 octobre, dans la nuit, les vingt-sept se sont mis d'accord sur une "feuille de route" commune, de manière à réduire la flambée des prix de l'énergie. Un plafonnement des prix du gaz destiné à produire de l'électricité a notamment fait l'objet d'un consensus. Attention, tout n'est pas gagné à l'échelle européenne, du côté allemand, Olaf Scholz émet encore quelques réserves, et des "doutes". Si une version finale n'émergeait pas, l'organisation d'un nouveau sommet des chefs d'Etat sur l'énergie serait inévitable. De son côté, Emmanuel Macron reste favorable au dispositif d'emprunts européens SURE, ainsi qu'aux fonds inutilisés de RepowerEU. L'objectif : réduire la dépendance aux combustibles fossiles russes. Ici aussi, l'Allemagne grince des dents.

Pour rappel, la Première ministre Elisabeth Borne a confirmé une hausse assez inédite de 15% du prix du gaz, à partir de janvier 2023. Autrement dit, chaque mois, un foyer verra sa facture augmenter de 25 euros. "Dans les scénarios les plus probables, si chacun prend ses responsabilités, il n'y aura pas de coupure. Nous n'aurions alors pas besoin d'actionner le dispositif de rationnement" a également déclaré la ministre. Aussi, le gouvernement mettra en place des chèques énergie exceptionnels avant la fin de l'année 2022 pour aider les plus démunis face à ces hausses exceptionnelles du coût de l'énergie. Attention, sachez que la crise énergétique pourrait provoquer des coupures de courant en France cet hiver. RTE fournit des données sur la production et la consommation quotidienne d'électricité. Suivez les chiffres du jour et les risques de coupure en France et près de chez vous : 

Pourquoi le prix du gaz augmente en 2022 ?

Le prix du gaz naturel en Europe flambe. La cote au TTF, la référence néerlandaise en Europe, a même atteint un sommet historique, 345 euros par mégawattheure, mardi 8 mars 2022. Il a depuis baissé mais reste nettement au-dessus des standards habituels. C'est la première conséquence visible de la guerre en Ukraine. Alors, existe-t-il un réel risque de hausse des prix en France ? Pour l'heure, pas vraiment grâce à l'instauration du bouclier tarifaire par l'exécutif. Les achats de produits énergétiques pourraient être épargnés, il ne devrait pas en manquer non plus en France. Lundi 12 septembre, le mégawattheure est repassé sous la barre des 200 euros avec un prix affiché de 191,50 euros. Pour rappel, depuis 2019, il n'est plus possible de s'abonner au tarif réglementé de vente sur le gaz (TRV). Aujourd'hui, près de 6 millions de ménages sont abonnés à des offres de marchés soumises aux prix de gros, bien moins protégés des dernières fluctuations des prix.

Toutefois, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé officiellement que le prix du gaz allait augmenter, de manière maîtrisée certes, mais augmenter tout de même à compter de début 2023 malgré la prolongation du bouclier tarifaire. Selon le locataire de Bercy, il ne revient pas uniquement à l'Etat de supporter la flambée des prix du gaz, les Français doivent également en prendre une petite part. 

Comment évolue le prix du gaz depuis 2021 ?

Le consommateur fait face à une véritable flambée des prix du gaz ces derniers mois. Pour les ménages utilisant le gaz comme moyen de cuisson, mais aussi pour se chauffer, les hausses successives vont sérieusement entamer le budget de fin d'année. La Commission de Régulation de l'énergie (CRE) a en effet annoncé des hausses en pagaille ces derniers mois, ces augmentations agissant sur les tarifs réglementés du gaz pratiqués par Engie. Ils agissent par ricochet sur les prix du marché. On résume ce qui s'est passé ces derniers mois : 

  • +10% en juillet 2021
  • +5% en août 2021
  • +8,7% en septembre 2021
  • +12,6% en octobre 2021
  • +15% annoncés au 1er novembre 2021.
  • +15% annoncés pour le 1er janvier 2023

La France dispose-t-elle de stocks de gaz ?

Avec l'Italie, la France est le meilleur élève européen en matière de stockage de gaz d'après Le Parisien. Ce qui nous protège grandement, dans un premier temps, du risque de manque d'approvisionnement et des variations d'approvisionnement. Deuxièmement, la France dispose de trois terminaux méthaniers : Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Dunkerque (Nord). Un avantage considérable qui devrait permettre d'approvisionner sereinement les clients français dans les prochaines semaines.

Rappelons qu'en France, les fournisseurs ont l'obligation d'effectuer des stocks de gaz pour plusieurs mois, dans des nappes. Et c'est une bonne nouvelle, les nappes françaises sont presque remplies. Ce qui couvre 1/4 de la consommation annuelle. La difficulté sera de les réapprovisionner au sortir de l'hiver. Sans quoi, d'importantes difficultés sont à prévoir pour l'hiver prochain. 

Aujourd'hui, 40% du gaz européen est importé depuis la Russie. Attention toutefois, seulement 17% du gaz français provient de Russie, là est la grande différence avec des pays ultra dépendants comme l'Allemagne. Outre-Rhin, nos voisins sont dépendants de 55% à 60% vis-à-vis de la Russie en termes d'importations de gaz. Aussi, le pipeline North Stream 2 vient tout juste d'être achevé entre la Russie et l'Allemagne. Le chancelier allemand Olaf Scholz a d'ores et déjà suspendu l'autorisation de ce gazoduc. L'Allemagne se retrouve prise au piège, et pourrait être en grande difficulté en cas de vague de froid. 

Quand les tarifs réglementés du gaz vont-ils disparaître ?

Vous dépendez toujours des prix du gaz réglementés ? Cette hausse de prix n'est pas la seule raison pour regarder ailleurs ! Depuis la loi Energie et Climat adoptée en 2019, les tarifs réglementés disparaissent progressivement. Engie a cessé de commercialiser de nouveaux contrats aux tarifs réglementés de vente (TRV), depuis novembre 2019, ce qui signifie que vous allez bientôt changer de contrat. Si vous bénéficiez d'un contrat d'Engie, pas de panique. Il reste valide jusqu'au 30 juin 2023. Dans ce contexte de crise, vous étudiez la possibilité de changer plus sérieusement de fournisseur d'énergie ? Consultez notre dossier dédié sans plus attendre :

Comment comparer les prix du gaz ?

Attention toutefois, puisque si vous n'avez pas changé de contrat vous-même, vous verrez votre contrat passer automatiquement sur une offre de marché d'Engie, à compter du 1er juillet 2023. Si vous changez de fournisseur, renseignez vous sur le site du médiateur national de l'énergie, ici, qui propose un comparateur d'offres pour trouver la formule qui correspond à vos besoins de consommation.

Vous souhaitez connaître le prix du gaz près de chez vous ? Voici quelques exemples : prix du gaz à Paris, à Marseille, à Lyon, à Rennes, à Nantes, ou encore à Lille. Vous pouvez également rechercher la ville de votre choix à l'aide de la barre de recherche ci-dessus.