Prix de l'électricité : +15% en 2023. Quelles solutions pour le gouvernement ?

"Prix de l'électricité : +15% en 2023. Quelles solutions pour le gouvernement ?"

Prix de l'électricité : +15% en 2023. Quelles solutions pour le gouvernement ? PRIX ELECTRICITE. Les tarifs de l'électricité augmenteront de 15% à compter de février 2023. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire envisage une solution à l'échelle européenne.

[Mis à jour le 21 septembre 2022 à 11h31] Comment lutter face à la hausse du coût de l'énergie ? Ce mercredi 21 septembre, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire était l'invité des "4V" sur France 2. Il en a profité pour lancer une première piste en annonçant que le gouvernement pourrait tenter d'obtenir une "révision du marché européen qui fasse baisser les prix de l'énergie". Une bonne nouvelle, alors que le prix de l'électricité augmentera de 15% en février 2023. Pour le locataire de Bercy, "ces prix sont totalement anormaux, délirants et dangereux pour notre économie". Bon nombre d'entreprises sont prises à la gorge au vu de leurs factures énergétiques. Une envolée des prix de l'énergie que le gouvernement a donc tenté, déjà, de contenir avec la prolongation du bouclier tarifaire au delà de l'année 2022. Ce bouclier tarifaire qui permettait de contenir la flambée des prix jusqu'à 4%, passera à 15% dès 2023, les prix du gaz sont également concernés à partir de janvier prochain. La hausse sur la facture d'électricité des ménages sera donc de 15%, ce qui représente en moyenne 20 euros de plus par mois à régler. "Sans le bouclier tarifaire, la hausse aurait été de 180 euros par mois pour l'électricité" expliquait la Première ministre Elisabeth Borne la semaine passée.

Pour tenter de venir en aide aux ménages les plus modestes, le gouvernement a également décidé de mettre en place un tout nouveau dispositif : un chèque énergie exceptionnel. Ce chèque viendra s'ajouter au chèque énergie traditionnel, mais avant la fin de l'année 2022 pour compenser les effets de la hausse du coût de la vie. 12 millions de foyers sont concernés. Sur le plan européen, la Première ministre déclare que "seule la sobriété et la solidarité européenne nous permettront d'éviter un rationnement pendant un hiver rude". Ainsi, un plafond sur le prix du gaz, une révision à la baisse du plafond sur le prix de l'électricité, un découplage des prix du gaz et de l'électricité ainsi qu'une taxation des rentes devraient être mis en place à l'échelle continentale.

Pourquoi le prix de l'électricité augmente ?

Le prix de l'électricité a flambé en France au cours du mois d'août en dépassant les 1 000 euros. Conséquence directe : les clients des fournisseurs alternatifs se retrouvent pris au piège par cette augmentation inédite car ces fameux fournisseurs sont soumis au prix de gros, et à ses impressionnantes fluctuations qui représentent parfois jusqu'à 50% supplémentaires par facture et par client. Ces fournisseurs ne sont pas calqués sur le tarif règlementé. Résultat des courses : si vous souscrivez un contrat chez ce type de fournisseur d'énergie, vous risquez de payer l'augmentation au prix fort. Sachez toutefois qu'une solution existe pour pallier à ce genre de situations extrêmes : le principe de réversibilité. Autrement dit, vous avez la possibilité de retourner chez un fournisseur historique, au tarif règlementé, en faisant la demande auprès d'un fournisseur tel qu'EDF.

Cette augmentation du prix de gros de l'électricité peut s'expliquer par l'arrêt temporaire de 32 réacteurs nucléaires français et l'envolée démentielle des prix du gaz. Si l'hiver prochain s'avère être particulièrement froid, des restrictions pourront être mises en place, mais "elles ne concerneront pas les ménages" comme l'a déclaré la Première ministre Elisabeth Borne sur France Inter le 2 septembre dernier après le Conseil de défense sur la sécurité énergétique. Agnès Pannier-Runacher a également tenu à préciser que le géant français de l'énergie "EDF s'est engagé à redémarrer tous les réacteurs pour cet hiver". Soit les 32 réacteurs actuellement à l'arrêt, de quoi prendre la mesure de la situation exceptionnelle dans laquelle se trouve le pays. Le président de la République Emmanuel Macron s'est exprimé depuis le palais de l'Elysée, lundi 5 septembre : "Le prix sur ce marché européen de l'électricité doit être formé de manière beaucoup plus cohérente et en lien avec les coûts de production. Le prix de l'électricité sur le marché européen est beaucoup trop dépendant des contributions marginales, en particulier celles du gaz au moments de pics. Ce qui fait que vous avez un prix de l'électricité qui est déconnecté de la réalité des coûts de production."

Cette flambée des prix de gros va-t-elle avoir une répercussion réelle sur votre facture d'électricité ? Pas vraiment. Dans l'immédiat, les clients des fournisseurs historiques comme EDF sont couverts par le bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement. Autrement dit, la hausse des prix de l'électricité est plafonnée à 4% jusqu'à la fin de l'année 2022. Nous vous conseillons justement de privilégier ces offres indexées sur le tarif règlementé, comme EDF, il est fixé par les pouvoirs publics. Les prix fixés par l'Etat via le "tarif bleu EDF" (règlementé) sont disponibles ici. Attention tout de même, les prix de l'électricité augmenteront de 15% en février 2023 comme annoncé par Elisabeth Borne le 14 septembre.

Quel est l'impact de l'augmentation de l'électricité sur votre facture ?

Avec l'augmentation de 15% prévue en février 2023, chaque foyer devra s'acquitter de 20 euros supplémentaires chaque mois. Une somme conséquente pour bon nombre de foyers modestes qui devraient être éligibles aux nouveaux chèques énergie exceptionnels annoncés par l'exécutifs le 14 septembre. En fonction de votre situation, le montant varie de 100 à 200 euros. 

Quelle évolution du prix de l'électricité ?

Au 1er août dernier, les prix de l'électricité ont déjà été revus à la hausse. Cette augmentation est due à évolution de la TURPE (Tarif d'utilisation du réseau public d'électricité), une taxe qui vise à assurer la maintenance du réseau et sa modernisation. La hausse moyenne est de 0,91% pour les consommateurs HTA/BT. Elle est de 1,39% par an pour la période du TURPE 6 (2021-2025). Les consommateurs HTB, eux, accusent une hausse de 1,09 % et de 1,57 % par an. Votre consommation d'électrique a bondi ces derniers mois ? Il faut dire qu'avec les confinements successifs, les températures parfois plus fraîches et le télétravail, il y a de quoi faire accroître l'addition finale. Dans ce contexte, vous cherchez des alternatives pour payer moins cher ? Linternaute.com vous aiguille dans son dossier dédié afin de comparer les prix de l'électricité :

Quels sont les prix de l'électricité chez EDF ?

Chez EDF, vous avez le choix entre les tarifs réglementés et les offres de marché. Dans le premier cas de figure, comme expliqué précédemment, les prix sont fixés par les pouvoirs publics. EDF propose trois offres distinctes : une offre de base (où le prix du kWh reste le même quelles que soient l'heure et la périodicité), une offre heures pleines-heures creuses (où le prix du kWh est plus avantageux entre 22 heures et 6 heures) et une offre dite "Tempo" (où le prix du kWh varie en fonction des heures de la journée et des jours de la semaine). 

Ce dernier correspond aux foyers avec "un abonnement d'électricité de 9 kVA minimum [et qui disposent] d'un mode de chauffage alternatif, comme le chauffage au bois par exemple", explique-t-on sur le site d'EDF. Pour connaître les offres de marché d'EDF, rendez-vous sur le site Internet. Vous souhaitez en savoir davantage sur la façon dont les prix de l'électricité sont calculés ? On répond à vos questions. Vous cherchez à changer de fournisseur dans le contexte actuel ? Consultez notre dossier dédié avant de vous lancer : 

Quel est le prix de l'électricité en France et en Europe ?

Si l'on se fie aux dernières données d'Eurostat, le prix du kWh en France atteint 0,1946 euro en 2021, soit bien moins que la moyenne des 27 pays de l'Union européenne (0,2203 € / kWh). Le tarif est bien plus élevé dans des pays comme l'Allemagne (0,3193 €/ kWh), le Danemark (0,2900 € / kWh) et la Belgique (0,2702 € / kWh). 

* OlaWatt est un site du groupe Le Figaro-CCM Benchmark, comme Linternaute.com

Simulation, comparateur de prix de l'électricité... Comment y voir plus clair ?

Il peut parfois être bien difficile de faire la différence entre les différences offres existantes sur le marché, tant les paramètres à prendre en compte sont nombreux (lire plus haut).

Vous pouvez aussi vous rendre sur le site Internet du médiateur national de l'énergie : energie-info.fr. Vous y trouverez notamment un comparateur, ici, dans lequel vous devrez préciser votre option tarifaire actuelle, la puissance souscrite et votre consommation d'électricité. UFC-Que choisir propose également un comparateur, ici. Vous obtiendrez alors une liste à titre informative des offres les plus avantageuses en fonction de votre profil. Lorsque vous comparez des offres, ayez toujours à l'esprit la puissance que vous souscrivez, le type de tarification que vous souhaitez et votre consommation annuelle (exprimée en kWh).

Vous cherchez un autre comparateur ? Olawatt by BeMove* propose également un outil de comparaison. Vous devez renseigner votre adresse, ainsi que votre consommation annuelle puis vos coordonnées pour recevoir un récapitulatif de votre demande. 

Vous cherchez à engager des travaux de rénovation énergétique dans votre logement ? Connaissez-vous Ma Prime Rénov' ? Ce dispositif a été mis en place l'an dernier afin de remplacer le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE). Depuis le 1er janvier dernier, cette fameuse prime concerne tous les ménages, quel que soit leur niveau de revenus. Le montant de l'aide financière, versée à l'issue des travaux, dépend à la fois des ressources du foyer, de la localisation du logement et de la nature des travaux. Pour en savoir plus, consultez notre article dédié : 

Quel est le calcul du prix de l'électricité par mois ?

Outre les taxes, le prix de l'électricité que vous allez payer dépend de multiples facteurs. Linternaute.com vous résume les critères : 

  • L'abonnement que vous souscrivez, qu'il s'agisse des tarifs réglementés d'EDF ou d'une offre de marché : vous avez généralement le choix entre deux contrats, un tarif de base et une offre heures pleines-heures creuses. Dans le premier cas de figure, le prix kilowatt-heure (kWh) d'électricité reste le même. Dans le second cas de figure, il évolue en fonction des pics de consommation. En clair, il est moins cher la nuit, entre 22 heures et 6 heures.
  • Votre consommation : éclairage, appareils électroménagers, ordinateur, télévision, installations internet... Tous ces équipements consomment, même s'ils sont en veille ! Vous cherchez à réduire votre consommation. Consultez notre article : Economies d'électricité : nos conseils
  • La puissance de votre compteur électrique : 3,6,9 ou 12 kilovoltampère (KVa). 
  • L'offre : les prix ne sont évidemment pas les mêmes d'un fournisseur à l'autre. 
  • La périodicité de la facturation : il va de soi qu'elle peut avoir une incidence sur la facturation finale. Si vous utilisez davantage vos équipements en hiver par exemple, cela va inévitablement se répercuter sur votre facture. 

Vous souhaitez en savoir davantage sur ce qui compose le prix de l'électricité ? Consultez notre dossier dédié :

Total, Direct énergie... Quelles alternatives à EDF ?

Vous cherchez à quitter les tarifs réglementés d'EDF ? Vous n'êtes pas le seul : chaque mois, ce sont 100 000 clients qui leur disent adieu, selon la Commission de régulation de l'énergie. En changeant de fournisseur, les gros consommateurs, qui consomment 8 000 kWh, peuvent économiser "une centaine d'euros" par an, selon 60 millions de consommateurs dans son édition d'octobre 2019. Total Direct Energie, Eni, Happ-e de Engie, EDF… Que vous penchiez pour une offre de marché ou les tarifs réglementés, vous pouvez retrouver l'intégralité des offres en ligne.