Loi pouvoir d'achat : pas de promotions alimentaires à 50% ! Pourquoi ?

Loi pouvoir d'achat : pas de promotions alimentaires à 50% ! Pourquoi ? LOI POUVOIR D'ACHAT 2022. La proposition du ministre de l'Economie concernant les promotions de 50% en grande surface a été écartée lors d'une réunion de travail, ce mardi 5 juillet. Elle ne fera pas partie du projet de loi pouvoir d'achat.

[Mis à jour le 5 juillet 2022 à 17h03] Le projet de loi pouvoir d'achat qui devrait être présenté en Conseil des ministres le 6 juillet 2022 ne comprendra pas la possibilité pour les grandes surfaces de proposer des promotions alimentaires allant jusqu'à 50% d'après France Info. Une proposition faite par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire écartée au cours d'une réunion de travail autour du président de la République Emmanuel Macron, ce mardi 5 juillet. Cette réunion réunissait regroupait également tous les ministres concernés par ce dossier, sans oublier la Première ministre Elisabeth Borne. Les thèmes du pouvoir d'achat, de l'énergie et des finances publiques ont été abordés. Les politiques de prix bas successives dans les grandes surfaces n'ont pas eu pour effet de convaincre la majorité des présents lors de cette réunion, notamment en raison de la rémunération des agriculteurs. De quoi mettre un point final à cette proposition du locataire de Bercy.

Quelles sont les propositions du projet de loi pouvoir d'achat chez Macron ?

La hausse des prix à la consommation devrait se poursuivre dans les mois à venir. L'Insee prévoit une hausse entre 5% et 5,4% en juin prochain, de quoi pousser le gouvernement à agir, en proposant une salve de mesures pour tenter de soutenir les ménages modestes et les bas salaires. Dans ce sens, plusieurs propositions déjà évoquées par l'exécutif depuis de nombreuses semaines devraient bel et bien entrer en vigueur en cas d'alliance entre Ensemble et un autre groupe présent à l'Assemblée nationale. Les voici :

  • Prime Macron : le chef de l'Etat entend bien tripler le montant de la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat pour atteindre jusqu'à 6 000 euros dans certains cas. Elle concerne les salariés dont le salaire n'excède pas 3x le Smic.
  • RSA : le revenu de solidarité active devrait être conditionné à un minimum d'activité de la part des bénéficiaires. La piste la plus probable reste les 20 heures de formation par mois. Une manière pour l'exécutif de favoriser le retour vers l'emploi. Il sera également revalorisé à hauteur de 4% au 1er juillet 2022 pour tenir compte de l'inflation galopante de ces derniers mois.
  • Dégel du point d'indice : Le point d'indice, servant à calculer le salaire brut des fonctionnaires (enseignants, policiers...) sera revalorisé de 3,5% à compter du 1er juillet 2022. La hausse sera visible au mois d'août avec effet rétroactif au 1er juillet. C'est la première hausse de ce niveau depuis plus de 37 ans. 
  • Redevance tv : c'était une promesse de campagne la redevance audiovisuelle sera supprimée en 2022. Son montant était de 138 euros en métropole et 88 euros en Outre-mer pour chaque foyer disposant d'un téléviseur.
  • L'indexation des retraites sur l'inflation : En plus de l'instauration d'une retraite minimum de 1 100 euros, Emmanuel Macron souhaite indexer les pensions de retraites sur le niveau de l'inflation pour tenir compte de la forte hausse des prix qui devrait être durable. La hausse s'élèvera à 4% pour les pensions de base, mais ne concerne en aucun cas les retraites complémentaires.
  • Prime carburant : le gouvernement pourrait prolonger la remise de 18 centimes sur le litre de carburant, et même mettre en place une nouvelle aide, plus ciblée, pour ceux qui n'ont d'autre choix que d'utiliser leur véhicule pour se rendre sur leur lieu de travail. La prime carburant de 18 centimes devrait être prolongée jusqu'à la fin de l'année 2022, comme annoncé par Bruno Le Maire jeudi 29 juin.
  • APL : les APL vont augmenter de 3,5% au 1er juillet 2022. Une manière pour le gouvernement de soutenir les plus modestes, étudiants comme familles.
  • Loyers : limitation de la hausse des loyers à 3,5% en 2022.
  • Chèque alimentaire : le chèque alimentaire sera versé dès la rentrée 2022 sous la forme d'un virement bancaire automatique. Il sera destiné aux plus démunis, et son montant atteindra 100 euros plus 50 euros par enfant à charge supplémentaire. 

Projet de loi pouvoir d'achat, quand va-t-il entrer en vigueur ? Juillet 2022 ?

Comme l'a annoncé le porte parole de l'actuel gouvernement Gabriel Attal, les différentes mesures faisant partie de la loi pouvoir d'achat devraient être annoncées "à l'issue des élections législatives". Une manière de respecter le calendrier que s'était fixé Emmanuel Macron et ses différentes sorties médiatiques, annonçant régulièrement la mise en place de ces mesures d'ici à l'été. N'ayant pas obtenu la majorité absolue à l'Assemblée, le groupe Ensemble devra composer et nouer des alliances pour tenter de l'obtenir et faire passer ses textes de loi. L'annonce du projet de loi pouvoir d'achat est prévu pour le 6 juillet, pas sur que cette échéance soit respectée au vu de la fragmentation du paysage politique depuis le deuxième tour des élections législatives.

Que prévoit la loi pouvoir d'achat pour les fonctionnaires ?

Le montant du point d'indice de la fonction publique est totalement gelé depuis 2017. En effet, depuis plus de 5 ans, aucune hausse généralisée de la rémunération des agents publics n'a eu lieu. Seule quelques hausses catégorielles ont été mises en place par Emmanuel Macron depuis son élection comme Président de la République en 2017. Mais dès cette année, le point d'indice de la fonction publique va connaître une nouvelle augmentation ! Une hausse qui devrait se situer entre 1% et 4%. Pour rappel, une augmentation généralisée de 1% coûterait 2 milliards d'euros par an à l'Etat. Les différents syndicats réclamaient eux une hausse entre 3% et 20%. Le montant définitif de la hausse du point d'indice sera connu le mardi 28 juin 2022.

Aides financières