Déductions d'impôt : n'oubliez pas vos réductions fiscales en 2019

Déductions d'impôt : n'oubliez pas vos réductions fiscales en 2019 Certaines sommes engagées en 2018 sont éligibles à des déductions et crédits d'impôt en 2019. Voici les réductions d'impôt auxquelles vous pouvez prétendre et que vous ne devez pas oublier d'inscrire dans votre déclaration de revenus.

[Mis à jour le 13 mai 2019 à 14h18] Comme chaque année, le printemps est synonyme de déclaration de revenus. Pour rappel, la période déclarative s'est ouverte le 10 avril dernier, et les dates limite s'échelonnent de la deuxième semaine de mai jusqu'au tout début du mois de juin. Le calendrier diffère en fonction du numéro de département du contribuable. Cette déclaration de revenus se révèle d'autant plus primordiale si vous souhaitez bénéficier d'un crédit ou d'une réduction d'impôt. Certains investissements ou dépenses sont éligibles à des dispositifs permettant de réduire votre impôt sur le revenu. Réductions, déductions et crédits d'impôt… Quelles sont les différences ? Tour d'horizon détaillé des avantages fiscaux dont vous pouvez bénéficier cette année.

Les réductions d'impôt

Une réduction d'impôt est une somme directement soustraite au montant de l'impôt dû. Par exemple, si vous devez 1 500 euros d'impôts au fisc, une réduction de 400 euros fera tomber le montant de votre imposition à 1 100 euros. Il existe différentes réductions d'impôt. Voici les principales : 

  • Les dépenses d'hébergement pour les personnes dépendantes : Les personnes qui sont accueillies pour des raisons de santé dans un établissement spécialisé dans l'hébergement des personnes dépendantes (maison de retraite, maison d'accueil, service de soins de longue durée, etc.) bénéficient d'une réduction de leur impôt sur le revenu. L'avantage fiscal s'élève à 25% des sommes dépensées, dans la limite annuelle de 10 000 euros par personne (la réduction maximale est donc de 2 500 euros par personne hébergée). En revanche, elle ne s'applique qu'aux frais effectivement supportés. Vous pourrez indiquer les montants engagés en cases 7CD et 7CE de votre formulaire n°2042 RICI.
  • Les frais de scolarisation des enfants : Les enfants que vous avez à votre charge peuvent vous faire bénéficier d'une réduction d'impôt au titre des frais de leur scolarisation. Pour cela, ils doivent être scolarisés dans le secondaire ou en études supérieures et ne doivent jouir d'aucune rémunération (mis à part d'éventuelles bourses ou indemnités de stage). Le montant de la réduction diffère en fonction du niveau d'enseignement : 61 euros par enfant scolarisé au collège, 153 euros par enfant scolarisé au lycée et 183 euros par enfant suivant des études supérieures. Vous devez indiquer le nombre d'enfants scolarisés à votre charge aux cases 7EA à 7EG du formulaire n°2042 RICI.
  • Les dons faits aux organismes d'intérêt général : Vous pouvez récupérer une partie des dons versés à certaines associations et certains organismes reconnus d'intérêt général ou d'utilité publique. Ils vous ouvrent droit à un avantage qui peut atteindre 66% des sommes versées. Ce taux atteint 75% pour les 530 premiers euros versés à un organisme d'aide aux personnes en difficulté, qui fournit des repas, des soins ou favorisant l'accès au logement. Vous devez porter le montant de vos dons en case 7UF de votre déclaration (formulaire n°2042 RICI).
  • Les investissements au capital des petites et moyennes entreprises (PME) : Certains investissements au capital de petites et moyennes entreprises vous ouvrent droit à une réduction d'impôt. L'entreprise visée doit remplir certaines conditions, comme ne pas employer plus de 50 personnes, ou présenter un chiffre d'affaire en dessous d'un certain seuil. Elle doit en outre avoir été créée dans les cinq dernières années. Cet investissement ouvre le droit à une réduction d'impôt égale à 18% des sommes dépensées, dans la limite de versements de 50 000 euros pour une personne seule et 100 000 euros pour les couples soumis à une imposition commune. Pour en bénéficier, il vous faut déclarer les sommes versées en case 7CF du formulaire de déclaration n°2042 C.
  • Les investissements au capital d'entreprises de presse : La souscription directe en numéraire au capital d'entreprises de presse vous donne également droit à une réduction d'impôt. Depuis le 16 novembre 2016, l'avantage fiscal s'élève à 30% des sommes versées, retenues dans la limite de 5 000 euros pour une personne seule et 10 000 euros pour un couple marié ou pacsé. Si vous avez investi en 2018, reportez-vous à la case 7MX du formulaire n°2042 C.
  • Les investissements au capital de sociétés de financement d'œuvres cinématographiques ou audiovisuelles : La souscription au capital d'entreprises de financement d'œuvres cinématographiques ou audiovisuelles (Sofica) agréées par le ministère de l'Economie et des finances peut vous faire bénéficier d'une réduction d'impôt pouvant s'élever au taux de 30%, dans la limite de 18 000 euros (la réduction maximale est donc de 5 400 euros). Ce taux peut être majoré à 36% et à 48% sous conditions. Il faudra reporter le montant de vos investissements en cases 7FN, 7GN ou 7EN de votre déclaration (formulaire n°2042 C).
  • Les investissements locatifs : La loi Pinel, successeur du dispositif Duflot, permet d'obtenir une réduction d'impôt sur une partie des montants d'acquisition d'un logement, neuf ou réhabilité, construit dans une zone dite "tendue". Le logement doit être destiné à la location. Pour un engagement locatif de 6 ans, la réduction est de 12% du montant d'investissement. Le taux de 18% de réduction n'est atteint que pour un engagement initial de 9 années. N'oubliez pas de reporter les montants de votre investissement en cases 7QA à 7TZ de votre déclaration complémentaire (formulaire n°2042 C). 
  • Les investissements forestiers : L'acquisition de forêts, bois et de certains terrains à boiser ouvre droit à une réduction d'impôt. Vous pouvez également bénéficier d'un avantage fiscal pour l'achat de parts de de sociétés d'épargne forestière ou de groupements forestiers. Reportez-vous alors aux cases 7UN à 7TQ du formulaire de déclaration complémentaire (formulaire n°2042 C). 
  • Les investissements réalisés en Outre-Mer : Il existe plusieurs dispositifs liés à des investissements en Outre-mer, comme la loi Girardin. Celle-ci vous fait bénéficier d'une réduction d'impôt en contrepartie d'un investissements dit "productifs", lié à des travaux industriels ou lié à la construction de logements sociaux destinés à la location. Cette réduction d'impôt, qui n'est pas calculée sur votre investissement seulement, mais en fonction du montant total du projet, vous garantit même un gain fiscal sur l'année suivant celle de l'investissement. La réduction d'impôt atteint 38,25% du montant des investissements. Leur déclaration doit être portée sur un formulaire de déclaration distinct : le formulaire 2042 IOM.
  • Les travaux de conservation ou de restauration d'objets classés : Les propriétaires de certains objets classés monuments historiques (peintures, sculptures, tapisseries, photographies, etc.) peuvent réduire leur impôt pour les montants engagés dans la restauration ou la conservation de ces biens mobiliers. La réduction s'élève à 18% des frais engagés, dans la limite de 20 000 euros de dépenses (la réduction maximale est donc de 3 600 euros). N'oubliez pas de reporter les sommes engagées en case 7NZ du formulaire 2042 C de votre déclaration.

Les déductions et abattements

A la différence des réductions d'impôt, les déductions et abattements constituent des avantages fiscaux qui sont comptabilisés en amont du calcul de l'impôt. Ils minorent le montant déclaré des revenus avant que lui soit appliqué le barème progressif de l'impôt sur le revenu. Exemples de déductions dont vous pouvez bénéficier :

  • Déductions des pensions alimentaires versées aux enfants : Vous pouvez déduire de vos revenus imposables la pension alimentaire versée au profit d'un enfant (mineur ou majeur) non compté à charge. Les conditions sont différentes selon s'il vit avec vous ou non. Dans tous les cas, il ne doit pas être rattaché à votre foyer fiscal. Les montants doivent être indiqués dans le formulaire n°2042 de la déclaration de revenus, de la case 6GI à 6GU. 
  • Déductions des pensions versées à son ex-conjoint : De la même façon, les sommes versées à un(e) ex-époux(se) peuvent être déduites des revenus imposés. Il s'agit des pensions alimentaires, prestations compensatoires, contributions aux charges du mariage, etc. Son montant sera à indiquer en case 6GP de votre déclaration.
  • Déductions de plus-values immobilières : Les plus-values immobilières, réalisées lorsqu'on revend un bien immobilier à un prix supérieur à celui d'acquisition, sont soumises à l'impôt sur le revenu. Il existe néanmoins plusieurs cas d'exonération : la vente de la résidence principale et de ses dépendances, les cessions de faibles montants (lorsque le prix de cession est inférieur ou égal à 15 000 euros) ou encore les ventes de biens possédés depuis plus de 30 ans, par exemple. Il vous faudra reporter les montants dans le formulaire 2042 C de votre déclaration.
  • Déduction des frais réels : Vous le savez, l'administration fiscale procède, pour tous les assujettis à l'impôt sur le revenu, à un abattement forfaitaire de 10% au titre des frais professionnelles. Mais si le montant de vos dépenses professionnel dépasse ce seuil, vous pouvez décider de déclarer vos frais pour leurs montants réels. Tout savoir sur les frais réels.
  • Abattement spécial pour les personnes de plus de 65 ans et invalides : Les contribuables âgés de plus de 65 ans au 1er janvier 2018 les personnes titulaires de la carte d'invalidité ou d'une pension militaire ou d'accident de travail bénéficient d'un abattement fiscal sur les revenus qu'ils ont perçus en 2018. Il s'élève cette année à 2 416 euros pour les personnes dont le revenu net global ne dépasse pas 15 140 euros et à 1 208 euros pour les personnes dont les revenus sont compris entre 15 140 euros et 24 390 euros. Aucune demande n'est à effectuer. L'administration fiscale applique automatiquement cet abattement.

Les crédits d'impôt

De la même façon que la réduction d'impôt, le crédit d'impôt représente une somme soustraite au montant de l'impôt dû. Seulement, à la différence du premier dispositif, le crédit d'impôt peut même vous être remboursé par l'administration fiscale si son montant est supérieur à celui de votre imposition, ou si vous n'être pas imposable. Dans ces deux cas, c'est le fisc qui vous devra de l'argent ! Aperçu des crédits d'impôt auxquels vous pouvez prétendre : 

  • Le crédit d'impôt pour travaux d'économie d'énergie : Certains travaux d'économie d'énergie peuvent ouvrir droit à un CITE (Crédit d'impôt pour la transition énergétique), s'ils sont effectués dans votre résidence principale. Isolation, chaudières, système de fourniture d'électricité... Jusqu'à 30% des montants engagés peuvent vous être remboursés par le fisc, dans la limite de 8 000 euros pour une personne seule, 16 000 euros pour un couple, puis 400 euros supplémentaires par personne à charge. Pour déclarer les sommes engagées en 2018, vous devrez en porter les montants sur le formulaire n°2042 RICI de la case 7CB à 7BLPlus d'infos sur le CITE.
  • Le crédit d'impôt pour travaux au profit de l'aide aux personnes : D'autres travaux peuvent également vous faire bénéficier d'un crédit d'impôt. Il s'agit des travaux d'installation et de remplacement de certains équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées. Les dépenses faites pour des équipements sanitaires, de sécurité ou d'accessibilité peuvent vous être remboursées, à hauteur de 25%, dans la limite de 5 000 euros pour une personne seule, 10 000 euros pour un couple soumis à une imposition commune, puis 400 euros supplémentaires par personne à charge. Pour ce dispositif aussi, reportez-vous au formulaire n°2042 RICI, en cases 7WJ et 7WL.
  • Le crédit d'impôt pour garde d'enfant : SSi vous avez fait garder votre enfant de moins de 6 ans dans une crèche, une halte-garderie, ou bien par une assistante maternelle, un crédit d'impôt égal à 50% des dépenses supportées peut vous être accordé. Vous pouvez reporter les sommes dans les cases 7GA à 7GG du formulaire n°2042 RICI, selon votre situation. Plus d'infos.
  • Le crédit d'impôt pour l'emploi d'une personne à domicile : L'emploi d'une personne à domicile pour certaines activités ouvre droit à un crédit d'impôt. Sont par exemple concernés par ce dispositif les petits travaux de jardinage ou de bricolage, le soutien scolaire, la garde d'enfant, l'entretien de la maison, etc. Celui-ci s'élève à 50% des dépenses effectuées, dans la limite de 12 000 euros. Ce plafond est majoré de 1 500 euros par personne à charge et par membre du foyer âgé de plus de 65 ans, dans la limite de 15 000 euros. Pour en bénéficier, vous devez indiquer les montants supportés en case 7DB du formulaire n°2042 RICI.
  • Le crédit d'impôt pour investissement forestier : Un investissement forestier peut également vous faire bénéficier d'un crédit d'impôt. Cette fois, l'investissement ne concerne pas l'acquisition de terrains, mais la réalisation de travaux de reboisement, de récolte de bois, etc. Ces travaux peuvent être réalisés directement par le propriétaire du terrain, ou par un groupement forestier, une société d'épargne forestière ou un groupement d'intérêt économique forestier. Ils vous font bénéficier d'un crédit d'impôt sur 18% des frais engagés, dans la limite de 6 250 euros pour une personne seule et 12 500 euros pour un couple soumis à une imposition commune.

EN VIDÉO - Les dispositifs de réduction de l'impôt

Article le plus lu - Elections européennes : les résultats des sondages › Voir les actualités

Déductions d'impôt : n'oubliez pas vos réductions fiscales en 2019
Déductions d'impôt : n'oubliez pas vos réductions fiscales en 2019

Sommaire Les réductions d'impôt Les déductions et abattements Les crédits d'impôt [Mis à jour le 13 mai 2019 à 14h18] Comme chaque année, le printemps est synonyme de déclaration de revenus . Pour rappel, la période...