Circulation différenciée : la fin du dispositif annoncée

Circulation différenciée : la fin du dispositif annoncée CIRCULATION DIFFÉRENCIÉE - La circulation différenciée n'est plus en vigueur dans une majorité des villes concernées. A Annecy, la dernière ville à l'appliquer, le dispositif prendra fin samedi 27 juillet.

[Mis à jour le 26 juillet 2019 à 18h01] Les mesures de circulation différenciée ont pris fin dans presque toutes les différentes villes de France où elles avaient été instaurées. Les mesures ont été levées à Paris et Lille dès vendredi 26 juillet. A Lyon, la circulation différenciée a pris fin vers 14h, la ville de Strasbourg a annoncé que la mesure ne serait pas reconduite samedi, tandis qu'à Annecy l'arrêt du dispositif a été programmé pour le samedi 27 juillet.

C'est donc la fin d'un épisode de pollution qui a commencé dès mardi 24 juillet dans certaines villes. Si les villes concernées proposaient le plus souvent une alternative à la voiture, sous la forme de forfaits pour utiliser les transports en commun, le covoiturage ou la location de vélos, les automobilistes devraient voir d'un bon œil la fin de la circulation alternée la veille d'un week-end de départ en vacances (ou de retour).

Circulation différenciée à Annecy

Dans la ville d'Annecy, la circulation différenciée était encore en vigueur vendredi 26 juillet mais est suspendue samedi 27 juillet. La circulation différenciée prend effet en centre-ville (intérieur de la rocade). Pour être autorisé à circuler dans la zone de circulation différenciée, il faut disposer d'un véhicule muni d'une vignette Crit'Air 0, 1, 2 ou 3. Il en va de même pour l'accès aux parkings municipaux à l'intérieur de la zone de restriction de circulation. La mesure concerne l'ensemble des véhicules routiers à moteur (deux roues, trois roues, quatre roues, ou encore véhicules particuliers, poids lourds et utilitaires). Le conseil donné par la ville aux véhicules Crit'Air 4 et 5 ? "Rester stationnés et ne pas se déplacer". Les jours de circulation différenciée, la SIBRA (Société intercommunale des bus de la région annécienne) met par ailleurs en place un ticket à 1 € valable à la journée sur l'ensemle des lignes de transport, comme lors de chaque épisode de pollution. Plus d'infos sur le site de la ville.

La circulation alternée, c'est quoi ? Et la circulation différenciée ?

La circulation alternée a peu à peu été remplacée par la circulation différenciée en France. La circulation alternée s'appliquait aux véhicules légers, soit les voitures et deux-roues motorisées. Elle peut être mise en place en cas de pic de pollution. Un épisode de pollution est jugé "persistant" lorsque le seuil d'information et de recommandation est dépassé durant deux jours consécutifs et par une prévision de dépassement du seuil d'information pour le jour-même et le lendemain.  La circulation alternée peut ensuite être mise en place lors d'un cas d'épisode de pollution prolongé (dioxyde d'azote, particules PM10). Pour les particules fines, le niveau d'information est atteint en cas de concentration supérieure à 50 µg/m3. C'est alors la plaque d'immatriculation qui fait foi : les jours pairs (2, 4, 6, 8 du mois), les plaques équipées d'un numéro pair peuvent circuler, pas celles équipées d'un numéro impair. C'est l'inverse les jours impairs (ex : les 3, 5, 7 ou 19 du mois).

Circulation différenciée : qui décide, comment ça marche ?

Les autorités (préfet de Police pour les grandes agglomérations, préfet des départements concernés) peuvent décider de la mise en place de la circulation alternée qui consiste à faire circuler à tour de rôle les véhicules en fonction de leurs plaques minéralogiques ou différenciée en fonction de la catégorie de vignette Crit'Air apposée sur le pare-brise. Depuis la canicule de juin 2019, la préfecture de police de Paris et le ministère de la Transition écologique ont annoncé que la circulation différenciée serait mise en place de façon automatique dès le début d'un pic de pollution, "quand le seuil d'alerte à la pollution aux particules fines sera atteint", selon Franceinfo. A Paris, Lyon et Villeurbanne, cette application de la circulation différenciée en juin 2019 a été la première à interdire la circulation des véhicules de la catégorie Crit'Air 3.

Circulation alternée et différenciée : quelles sanctions et amendes ?

Comme pour les Zones à faibles émissions (ZFE), si vous ne respectez pas les règles de la circulation alternée, par exemple en circulant un jour pair alors que votre véhicule est immatriculé avec une plaque impaire ou, dans le cas de la circulation différenciée en circulant à bord d'un véhicule non pourvu de la bonne vignette, vous êtes passibles d'un contrôle et d'une amende revenant à une contravention de 2e classe, soit 22 euros réglée immédiatement ou 35 euros après trois jours. Il vous sera également demandé de stationner votre véhicule ou de rentrer chez vous sous peine d'immobilisation du véhicule (avec possible mise en fourrière). Pour la circulation différenciée, l'amende est désormais une contravention de 3e classe : 68 euros pour un véhicule léger, 135 pour un poids-lourd.

Circulation alternée : y a-t-il des exceptions ?

Les exceptions sont nombreuses. Les véhicules propres sont exemptés, quelles que soient leurs plaques d'immatriculation (par propre on entend électrique, hybride ou fonctionnant au gaz). Il en va de même le plus souvent pour les véhicules transportant au moins trois personnes afin de favoriser le covoiturage. De même, les véhicule de santé, de secours et pour contrer les incendies, ceux des forces de l'ordre, ceux chargés de l'approvisionnement, les véhicules de transport en commun, taxi, VTC et voitures d'auto-école. Il en est de même pour les véhicules de chantier, dépannage, déménagement ainsi que certains véhicules de professionnels : commerciaux et journalistes par exemple ou encore les véhicules immatriculés à l'étranger.

Quelles solutions pour se déplacer en cas de circulation différenciée ?

Il en existe de nombreuses à commencer par les transports en commun. Les élus locaux en concertation avec les syndicats des transports (STIF pour l'Ile de France) peuvent décider de la gratuité des transports publics lors de ces pics de pollution. Depuis 2017, le STIF a mis en place une autre solution : un tarif réduit à 3,80 euros qui entre en vigueur spécialement les jours de pic de pollution. Autre solution, le covoiturage puisque les véhicules transportant au moins trois passagers sont autorisés à circuler ou, plus onéreux, les taxis et VTC. Enfin, il est toujours possible de louer ou emprunter un véhicule d'un proche disposant de la bonne vignette pour circuler. A noter que le stationnement résidentiel gratuit est parfois proposé : c'est le cas le jeudi 21 février 2019 pour inviter les conducteurs à laisser leurs véhicules à l'arrêt et "utiliser en priorité les transports en commun, le vélo, les véhicules partagés ou le covoiturage", dixit la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Article le plus lu - Disparition de Steve : le rapport de l'IGPN publié › Voir les actualités

Autour du même sujet

Amendes

Circulation différenciée : la fin du dispositif annoncée
Circulation différenciée : la fin du dispositif annoncée

 Sommaire Circulation alternée à Strasbourg Circulation alternée à Annecy Circulation différenciée : c'est quoi ? Circulation différenciée : comment ça marche ? Circulation différenciée : sanctions et amendes Circulation...