Carlos Ghosn : quelles conditions de détention ? Sa femme dénonce

Carlos Ghosn : quelles conditions de détention ? Sa femme dénonce CARLOS GHOSN - L'épouse de Carlos Ghosn a adressé une lettre à Human Rights Watch pour dénoncer les conditions de détention de son mari, jugées difficiles.

[Mis à jour le 14 janvier 2019 à 12h07] Carlos Ghosn a été inculpé une seconde fois vendredi 11 janvier pour de nouvelles charges (abus de confiance pour avoir fait passer des pertes sur des investissements personnels sur les comptes de NIssan, dissimulation de revenus à hauteur de 31 millions d'euros). Son épouse a publié une lettre qu'elle a adressée à l'ONG de défense des droits humains Human Rights Watch ce lundi 14 janvier. Dans cette lettre longue de 9 pages, elle dénonce les conditions de détention de Carlos Ghosn, qu'on savait déjà difficiles. "Pendant des heures chaque jour, les inspecteurs l'interrogent, l'intimident, le sermonnent et l'admonestent, dans l'intention de lui extirper une confession", a écrit Carole Ghosn. L'épouse du PDG de Renault assure également que les enquêteurs japonais demandent à son mari de signer des documents rédigés en japonais, alors qu'il ne maîtrise pas ou très peu cette langue. L'avocat de Carlos Ghosn dément toutefois cette affirmation. Enfin, Carole Ghosn affirme que l'homme d'affaires franco-libano-brésilien aurait perdu 7 kilos depuis son incarcération, et qu'il ne se nourrirait que d'orge et de riz.

Les avocats de Carlos Ghosn ont déjà annoncé avoir déposé une nouvelle demande de libération conditionnelle. Le tribunal de Tokyo avait rejeté mercredi 9 janvier la première demande de liberté formulée par les avocats du patron de l'Alliance Renault-Nissan. Selon le propre avocat de l'homme d'affaires, il pourrait rester en prison jusqu'à la tenue de son procès, qui pourrait ne pas avoir lieu avant plusieurs mois. Amaigri par un régime de détention strict, Carlos Ghosn a fait mardi 8 janvier sa première apparition publique depuis son arrestation le 19 novembre dernier, une arrestation surprise à son arrivée à l'aéroport de Tokyo.

Carlos Ghosn est apparu très amaigri lors de son audience après près de deux mois de détention. © JIJI PRESS / AFP

Le patron de la puissante Alliance Renault-Nissan avait enfin pu s'exprimer publiquement le 8 janvier lors d'une audience tenue à la demande de ses avocats. Intercepté à bord de son jet privé le 19 novembre, le patron de l'Alliance Renault-Nissan n'était plus apparu depuis, placé en garde à vue et en détention au Japon pour "abus de confiance" suite à une enquête lancée par Nissan. Cette première comparution était très attendue et a attiré de nombreux journalistes japonais et internationaux. En présence notamment de l'ambassadeur de France au Japon, l'homme d'affaire franco-brésilo-libanais a pu faire valoir sa défense, s'exprimant de manière "claire et forte" selon l'AFP présente sur place.  L'agence note que Carlos Ghosn est apparu très amaigri après près de deux mois de détention dans des conditions strictes (isolement, tatami au sol, interdiction de parler une autre langue que le Japonais lors des visites...).

L'audience n'a pas été filmée, les caméras et appareils photos étant interdits lors de la séance. Selon l'AFP, Carlos Ghosn était vêtu d'un costume sombre, porté sans cravate et chaussé de sandales vertes en plastique au pied, l'agence ajoutant qu'il est apparu "nettement amaigri, les joues creuses, menotté avec une corde" avant le début de l'audience. Il a pu se défendre via la lecture d'un document où il dit "avoir agi avec honneur, légalement et avec la connaissance et l'approbation des dirigeants de la compagnie", réfutant les accusations d'abus de confiance. Le juge Yuichi Tada a décidé de son maintien en détention, la justifiant par un risque de fuite à l'étranger. Le juge a ainsi évoqué "des bases" à l'étranger et le risque d'altération de preuves. "Il y a suffisamment d'éléments pour estimer que le suspect pourrait inciter des personnes concernées à dissimuler des infractions", a ainsi expliqué le magistrat mercredi. 48 heures plus tard, la situation de Carlos Ghosn s'est donc un peu plus compliquée...

Avocats Carlos Ghosn
Les avocats de Carlos Ghosn avant le début de l'audience. © Kiyoshi Ota/AP/SIPA

Article le plus lu - Macron à Souillac : des tensions › Voir les actualités

Carlos Ghosn : quelles conditions de détention ? Sa femme dénonce
Carlos Ghosn : quelles conditions de détention ? Sa femme dénonce

[Mis à jour le 14 janvier 2019 à 12h07] Carlos Ghosn a été inculpé une seconde fois vendredi 11 janvier pour de nouvelles charges (abus de confiance pour avoir fait passer des pertes sur des investissements personnels sur les comptes de NIssan,...

Annonces Google