Daniel Auteuil : ses regrets concernant Alain Delon

Daniel Auteuil : ses regrets concernant Alain Delon DANIEL AUTEUIL - L'acteur français a évoqué l'un de ses regrets de cinéma au magazine Première : une lettre à Alain Delon que Daniel Auteuil ne lui a jamais envoyée.

[Mis à jour le 5 novembre 2019 à 12h47] En plus de quarante ans de carrière au cinéma, Daniel Auteuil a connu les joies, mais également des regrets. La nostalgie d'une époque révolue, c'est la thématique abordée dans La Belle époque, où l'acteur français tient le premier rôle. Au cours de la promotion du film réalisé par Nicolas Bedos, le comédien vu dans Manon des Sources et La fille sur le pont est revenu dans un entretien fleuve au magazine Première sur ses regrets de cinéma. Daniel Auteuil confie un de ses rendez-vous manqués : celui avec Alain Delon, autre monstre sacré du cinéma français.

Daniel Auteuil explique avoir rencontré l'acteur du Guépard peu de temps après la sortie de Jean de Florette, en 1986. "Je me souviens du regard intense qu'il a posé sur moi. J'ai passé ma nuit à lui écrire une lettre, que je n'ai pas osé lui envoyer", raconte-t-il à Première. Mais Alain Delon va prendre les devants : le lendemain, il adresse une lettre à Daniel Auteuil. "Le lendemain soir, dans ma loge, j'ai trouvé une lettre de lui m'expliquant qu'il voulait être le premier à me féliciter pour ce César que j'allais forcément décrocher. Il m'a proposé un film", ajoute l'acteur à l'affiche de La Belle époque. Malheureusement, Daniel Auteuil n'a jamais donné suite à la proposition d'Alain Delon : "Je lui ai dit non, mais je le regrette aujourd'hui. Je regrette de ne pas avoir passé du temps avec lui".

Biographie de Daniel Auteuil

Né à Alger le 24 janvier 1950, Daniel Auteuil baigne dans le milieu artistique grâce à ses parents, tous deux chanteurs lyriques. Revenu en France, il grandit à Avignon où il se passionne pour la comédie. Loin d'être une passade, cet amour des planches grandit : à 17 ans, le voilà qui s'oriente vers l'opérette et les planches. Par la suite, il décide de s'inscrire au Cours Florent, où il apprend les bases du métier d'acteur. Les premiers contrats ne tardent pas à tomber : à 20 ans, le jeune homme apparaît dans la pièce Early Morning, puis dans la comédie musicale Godspell. Il sera même couronné du prix Gérard Philippe en 1979 pour son interprétation remarquable et remarquée dans Coup de chapeau. Logiquement, le cinéma commence à faire les yeux doux à ce talent naissant.

De l'humour potache au César

Si Daniel Auteuil débute devant les caméras dans un drame (L'Agression de Gérard Pirès en 1974), c'est bien la comédie qui lui offre ses premiers rôles d'importance. Les Sous-doués de Claude Zidi popularise son image, asseyant pour longtemps son statut d'acteur de comédie. Se succèdent : Clara et les chics typesLes Hommes préfèrent les grossesLes Sous-doués en vacances, T'empêches tout le monde de dormirPour 100 briques t'as plus rien, Que les gros salaires lèvent le doigt !... Autant de comédies populaires et oubliables que, bien conscient de leur importance dans sa carrière, Daniel Auteuil refusera toujours de renier. A force d'opiniâtreté et de visibilité, l'acteur décroche en effet le rôle d'Ugolin dans l'adaptation de Jean de Florette que dirige Claude Berri. Métamorphosé, il s'illustre pour la première fois dans un registre dramatique et obtient instantanément la reconnaissance de ses pairs : le César du meilleur acteur en 1987. Son histoire d'amour médiatisée avec Emmanuelle Béart est symptomatique : la carrière d'Auteuil va prendre un nouveau tour, bien plus prestigieux.

Un acteur emblématique

Avide de beaux personnages, Auteuil tourne avec les plus reconnus des cinéastes français : Claude Berri bien sûr (Lucie Aubrac, L'Un reste l'autre part), Claude Sautet (Quelques jours avec moi, Un Coeur en hiver), André Téchiné (Ma Saison préférée, Les Voleurs), Patrice Chéreau (La Reine Margot), Patrice Leconte (La Fille sur le Pont, La Veuve de Saint-Pierre, Mon Meilleur Ami)... Des rôles forts, inoubliables parfois, qui contribuent à faire d'Auteuil une icône du cinéma français, un acteur emblématique et admiré. Les distinctions pleuvent. A Cannes en 1996, il partage le prix d'interprétation avec l'acteur trisomique Pascal Duquenne, son partenaire dans Le Huitième Jour. Trois ans plus tard, ce sont les César qui le distinguent de nouveau pour son rôle de lanceur de couteau dans La Fille sur le Pont (au cours de sa carrière, il sera nommé 12 fois aux César !). A 50 ans, il aborde les années 2000 avec une popularité intacte, louvoyant entre les rôles difficiles (mythomane dans L'Adversaire), les comédies pures (Après vous, L'Invité), et même les polars solennels (36 quai des Orfèvres, sorte de Heat franchouillard, MR-73).

A partir de 2011, Daniel Auteuil passe de l'autre côté de la caméra afin de réaliser ses premiers longs-métrages. C'est avec un remake de  La Fille du puisatier de Marcel Pagnol dans lequel il s'illustre aux côtés de Kad Merad qu'il fait ses premières armes en tant que réalisateur. Passioné par l'écrivain, il porte sur écran la trilogie marseillaise : Marius en 2013, Fanny la même année. Mais la conclusion de cette trilogie, César, ne verra finalement jamais le jour. En 2014, il fait partie du jury du 66e Festival de Cannes, sous la présidence de Steven Spielberg. 

Entre comédies et drames

En 2015, Daniel Auteuil renoue avec la comédie après avoir tourné dans plusieurs drames. Il est au casting d'Entre amis, d'Olivier Baroux, puis Nos femmes de Richard Berry, deux long-métrages qui feront un flop au box-office et seront boudés par les critiques. Depuis, l'acteur s'est illustré dans plusieurs drames : Au nom de ma fille, puis Le brio en 2017, qui lui vaut une nomination au César du meilleur acteur. L'année 2018 sera l'année où il repassera derrière la caméra, avec sa quatrième réalisation, Amoureux de ma femme. En parallèle, il joue l'un des premiers rôles du film familial Rémi sans famille. En 2019, il est à l'affiche de Qui m'aime me suive ! et La Belle époque de Nicolas Bedos. L'année 2020 est également ambitieuse pour l'acteur, qui incarne le rôle du commissaire Maigret dans un film de Patrice Leconte. Aujourd'hui applaudi par le public et respecté par la critique, il compte parmi les rares monstres sacrés du cinéma français.

La femme de Daniel Auteuil

De 1978 à 1984, Daniel Auteuil sera en couple avec l'actrice Anne Jousset, avec qui il a eu une fille. Il rencontre cependant Emmanuelle Béart sur le tournage de l'Amour en douce, et l'épousera en 1993. Après avoir eu une fille et vécu onze ans ensemble, le couple d'acteurs se sépare en 1995. Il sera ensuite en couple avec la comédienne Marianne Denicourt. Mais l'acteur fait la rencontre en 2003 de l'artiste corse Aude Ambroggi. Le couple se marie en 2006, et un fils naîtra de cette union en 2009.

Article le plus lu - Une cagnotte pour Patrick Balkany ! › Voir les actualités

Autour du même sujet