Jean-Pierre Bacri : malgré la séparation, le duo avec Agnès Jaoui n'a jamais souffert

Jean-Pierre Bacri : malgré la séparation, le duo avec Agnès Jaoui n'a jamais souffert Né le 24 mai 1951, Jean-Pierre Bacri était un acteur et scénariste français au tempérament de "râleur" attachant. Vu dans les films Cuisine et dépendances, Didier ou encore Le sens de la fête, Bacri est mort le 18 janvier 2021 à l'âge de 69 ans.

[Mis à jour le 20 janvier 2021 à 16h21] A de nombreuses reprises, le nom de Jean-Pierre Bacri a été associé à celui d'Agnès Jaoui. Les comédiens et scénaristes forment vite un duo au cours de leur carrière et sont même récompensés conjointement à quatre reprises par l'Académie des César. Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui sont également en couple de 1987 à 2012. Leur séparation ne les a cependant pas empêchés de poursuivre des projets en commun. Comme Jean-Pierre Bacri l'expliquait en 2015 dans Version Femina. "Je ne vois aucune raison d'arrêter. Je ne trouverai jamais de meilleure partenaire : c'est une femme magnifique, intelligente et une très belle personne".

En 2014, Agnès Jaoui affirmait dans les colonnes de Causette que les deux compagnons n'avaient pas envie d'arrêter de travailler ensemble. "On n'a jamais voulu se perdre. On s'aime toujours, mais autrement". Coïncidence, l'actrice accordait une interview au Monde la veille de l'annonce de la mort de Jean-Pierre Bacri. Elle y tenait ces propos à son sujet : "Je ne serais pas arrivée là, bien sûr, si je n'avais pas rencontré Jean-Pierre Bacri." Elle racontait que le comédien était "quelqu'un qui exprimait ce que je ressentais sans même me l'être formulé ; qui avait des réflexions qui me percutaient, me soulageaient, témoignaient de valeurs communes, d'un rapport au bien et au mal que je partageais, avec une conviction qui m'émerveillait car elle était si singulière !"

Acteur et scénariste français, Jean-Pierre Bacri découvre le monde du cinéma tout petit, grâce à son père. Parallèlement à ses études pour devenir acteur, il gagne sa vie comme placeur à l'Olympia et écrit des pièces de théâtre. L'une d'elles, Le doux visage de l'amour remporte le prix de la Vocation en 1979. Il interprète, pour la première fois au cinéma, le rôle de l'anesthésiste dans Le toubib en 1979. Il devient célèbre deux ans plus tard grâce au film d'Alexandre Arcady, Le grand pardon. Il coécrit des scénarios avec Agnès Jaoui (sa compagne) et tous deux remportent quatre fois le César du meilleur scénario notamment pour Smoking/No Smoking. Le couple est aujourd'hui séparé mais continue d'écrire à quatre mains. Leur dernière collaboration date de 2013 avec Au bout du conte où l'on retrouve notamment Agathe Bonitzer ou le chanteur Benjamin Biolay. Jean-Pierre Bacri a aussi poursuivi sa carrière "en solo" avec des rôles plus dramatiques comme dans Avant l'aube (2011). L'acteur a récemment retrouvé, à l'écran, presque 10 ans après Les sentiments, l'actrice Isabelle Carré dont il tombe alors amoureux pour la 2e fois au cinéma dans Cherchez Hortense (2012).

Agnès Jaoui, la femme de sa vie

De 1987 à 2012, Jean-Pierre Bacri partage la vie d'Agnès Jaoui avec qui il a travaillé à de nombreuses reprises, que ce soit devant comme derrière les caméras au scénario. Le couple, qui ne s'est jamais marié et n'a jamais eu d'enfants, s'était ensuite séparé en 2012 tout en restant en très bons termes. Dans une interview pour Gala, Bacri parlait de son ex-compagne en ces mots : "Agnès, c'est la grande histoire de ma vie et je pense que c'est réciproque. On s'aime. C'est mon âme soeur. Nous ne sommes plus ensemble". Avec sa compagne Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri a remporté quatre César du meilleur scénario pour Smoking / No Smoking, Un air de famille, On connaît la chanson et Le goût des autres.

Mort de Jean-Pierre Bacri, emporté par un cancer 

Jean-Pierre Bacri est mort le 18 janvier 2021 à l'âge de 69 ans. Le comédien, qu'on aimait voir râler devant les caméras, souffrait depuis plusieurs mois d'un cancer dont la nature n'a pas été précisée. Jean-Pierre Bacri avait choisi de rester discret au sujet de la maladie qui le rongeait depuis plusieurs mois. Le docteur Pierre Squara, médecin qui faisait partie de l'équipe qui tentait de le soigner, s'est exprimé sur le sujet sur l'antenne de BFMTV. "On l'a trouvé comme dans ses films. Il a exigé d'être traité comme tout le monde. Il a fait preuve d'un grand courage, parce que la fin n'a pas été facile. Il fallait négocier. Parfois il disait non, alors on devait argumenter. On a eu des dialogues qui ressemblaient un peu à ceux qu'il y avait dans ses films", s'est-il souvenu.

Cinéma français