Pialat ne vous aime pas

Sous le soleil de Satan © Gaumont

Maurice Pialat reçoit la Palme d'or au Festival de Cannes pour son sulfureux Sous le soleil de Satan, racontant l'histoire d'un abbé doutant de sa foi qui rencontre le diable et adapté de l'oeuvre de Georges Bernanos. Hué par le public, Maurice Pialat, le poing levé au ciel, leur répondra à tous : "Sachez que si vous ne m'aimez pas, je ne vous aime pas non plus !" Loin de faire l'unanimité, le film obtiendra également par la suite sept nominations aux César en 1988.

Suggestions de contenus