Blackkklansman : un film fait "sur mesure" pour Spike Lee

Blackkklansman : un film fait "sur mesure" pour Spike Lee BLACKKKLANSMAN - Le film policier du réalisateur américain qui vient de sortir au cinéma ce mercredi 22 août raconte une histoire taillé pour lui. L'acteur John David Washington confie pourquoi le réalisateur était le meilleur choix.

[Mis à jour le 22 août 2018 à 11h48] Actuellement au cinéma, Blackkklansman de Spike Lee met en scène l'acteur John David Washington, connu pour son rôle dans la série Ballers, qui n'aurait pas imaginé le film sans le réalisateur de Malcom X. Interrogé par Deadline, il a confié : "Dans d'autres mains, cela n'aurait pas été le cas. Cela aurait peut-être fonctionné, mais cela n'aurait pas été bon pour moi". Et ajoute sur SlashFilm : "Cette histoire est comme faite sur mesure et faite pour lui. (...) Il y a de l'humour mais ce n'est pas une comédie. Mais Spike Lee sait comment faire".

La date de sortie du film résonne avec le violent rassemblement de l'extrême droite américaine à Charlottesville il y a un an. Avec l'adaptation du roman "Black Klansman" de l'afro-américain Ron Stallworth qui a raconté son histoire vraie où lorsqu'il était policier, il infiltra le Ku Klux Klan dans les années 70, le réalisateur américain fait un retour remarqué. A 61 ans, il signe un thriller attaquant le suprémacisme blanc aux États-Unis en reliant cette histoire avec l'Amérique de Donald Trump et dédie son film à la jeune américaine Heather Heyer, tué lors des émeutes de Charlottesville.

En traitant un sujet très sombre, Spike Lee a souhaité "raconter cette affaire de façon réaliste et crédible, pour mieux souligner l'absurdité du racisme, l'absurdité de la haine" a-t-il expliqué à Première. Au casting, John David Washington interprète son premier grand rôle au cinéma dans la peau de Ron Stallworth, aux côtés d'Adam Driver, qui joue son collègue qui l'aide dans sa démarche. Après avoir remporté le Grand Prix au Festival de Cannes en 2018, le réalisateur avait assuré que son film avait "pour but de nous faire tous sortir de notre état de torpeur mentale, et de nous ramener vers la vérité, la bonté, l'amour, et pas la haine".

Article le plus lu - Gilets jaunes : encore des blocages ? › Voir les actualités

Annonces Google