Les Filles du docteur March : "C'est une histoire très actuelle" selon Saoirse Ronan L'adaptation des Filles du Docteur March par Greta Gerwig est sorti au cinéma. Nous avons rencontré les actrices Saoirse Ronan (Jo March) et Florence Pugh (Amy March) lors de leur passage à Paris en décembre. Interview.

[Mis à jour le 1er janvier 2020 à 08h00] Meg, Jo, Beth et Amy March sont de retour au cinéma. Une nouvelle adaptation du roman de Louisa May Alcott, Les Filles du Docteur March, est en salles en ce début d'année. Pendant la guerre de Sécession, quatre sœurs se battent contre les carcans de la société du XIXe siècle pour vivre la vie indépendante et libre qu'elles désirent. Première réflexion féministe dans la littérature américaine des années 1800, ce roman a connu un incroyable succès et ne cesse d'être adapté sur petit et grand écrans. Ce nouveau film de la réalisatrice Greta Gerwig (Lady Bird) insuffle un souffle de modernité à cette histoire qui traverse les époques d'adaptations en adaptations. Linternaute.com a rencontré les actrices Saoirse Ronan et Florence Pugh, qui incarnent respectivement Jo et Amy March, à l'occasion de leur passage à Paris. Interview.

Les Quatre Filles du Docteur March a été écrit par Louisa May Alcott en 1868 et 1869. Ces personnages peuvent-ils plaire à un public moderne ?

Florence Pugh (Amy March) : Je pense que le public continue de trouver ces personnages fascinants : ces quatre filles vivaient à une époque où il était impossible pour une femme d'avoir une carrière, de gagner son propre salaire et d'avoir une vie différente que celle qu'on avait décidé pour elles. Même aujourd'hui, leurs parcours restent inspirants. Je ne pense pas que les gens vont un jour se lasser de l'histoire de quatre jeunes femmes à qui on avait interdit de vivre la vie qu'elles désiraient, mais qui l'ont vécu malgré tout.

Saoirse Ronan (Jo March) : Greta [Gerwig, la réalisatrice, ndlr] est une réalisatrice qui possède un regard neuf. Le rythme des dialogues et la musicalité d'une scène sont essentiels pour elle, ce qui rend le film très vivant. Et le coeur de l'histoire traite du rapport d'une femme de cette époque à l'argent et au succès, mais aussi du fait que pour réussir, on a besoin de nos proches autour de nous. Donc je pense que c'est une histoire qui reste très actuelle.

Selon vous, le propos féministe de cette histoire est-il toujours d'actualité ?

Florence Pugh : Oui, bien sûr. Dans différents endroits du monde, il y a certainement des mœurs qui se rapprochent de ce que raconte le livre et le film. Comme les femmes qui subissent un mariage arrangé pour des raisons économiques. Il y a encore des endroits dans le monde où c'est toujours d'actualité. Même chez nous : on revient de loin, mais on a encore beaucoup de choses à accomplir en matière d'égalité.

Saoirse Ronan : C'est une histoire qui est toujours d'actualité oui ! Pour ces quatre filles, à leur époque, rien que le fait d'avoir une pensée personnelle et de l'exprimer pouvait être un véritable combat. Il y a différents endroits du monde où c'est encore le cas, et même dans les pays occidentaux, les femmes indépendantes sont toujours un peu stigmatisées, même si on ne l'admet pas/on a du mal à l'admettre. 

"Jo et Amy March sont deux tornades qui s'écrasent l'une contre l'autre" - Saoirse Ronan, actrice

Vous incarnez deux soeurs qui s'aiment mais ne s'entendent pas. Que pensez-vous de cette relation entre vos personnages et comment l'avez-vous travaillée ?

Saoirse Ronan : Avec Flo [Florence Pugh, ndrl], nous partageons une énergie similaire : nous ne sommes ni douces ni calmes (rires). Naturellement ça a fini par faire partie de ces personnages et de leur relation. Jo et Amy se ressemblent, non pas sur leurs objectifs de vie, mais plutôt sur le fait qu'elles veulent toutes les deux faire quelque chose de leur vie...

Florence Pugh : …et finalement c'est pour ça qu'elles ne peuvent pas se supporter.

Saoirse Ronan :  Oui... je pense que ce sont deux tornades qui s'écrasent l'une contre l'autre.

Florence Pugh : Et chacune trouve l'autre tellement bizarre... C'était très drôle à jouer, parce qu'on avait juste à être insupportables l'une envers l'autre tout le temps (rire).

Saoirse Ronan : mais finalement, à la fin du film, c'est Amy qui donne une leçon de sagesse à Jo. Je ne pense pas qu'elles seront un jour meilleures amies, mais leur amour pour l'autre va au-delà de ça.

Florence Pugh : C'est ça, une relation entre frères et sœurs !

© © 2019 CTMG, Inc. All Rights Reserved.

Saoirse, vous avez dit dans une interview que tout le monde pouvait se reconnaître dans chacune des quatre filles du Docteur March. Qu'est-ce que vous reconnaissez de vous-même dans chacune des quatre soeurs ?

Saoirse Ronan : (réfléchit) J'ai toujours voulu avoir des enfants. Ça me fait penser à Meg [jouée par Emma Watson, ndlr], c'est la plus maternelle des quatre.

Florence Pugh : pour ma part, chez Meg, c'est le fait qu'elle soit toujours prête à materner chaque situation, à protéger et à donner des conseils. Je pense que je suis un peu comme ça...

Saoirse Ronan : Beth [Eliza Scanlen, ndlr] est très solitaire, elle aime la nature et le silence, je suis aussi un peu comme ça.
Florence Pugh :  Et elle crée de la musique pour elle-même, pas pour les autres. Je suis un peu comme ça aussi.

Saoirse Ronan : Ce qui me ressemble chez Amy, c'est quand elle dit : "je veux être excellente sinon rien". Je suis totalement comme ça (rires).

Florence Pugh : oui, moi aussi.

Saoirse Ronan : Et avec Jo... presque tout ce qui la caractérise. Le fait qu'elle soit très proche de sa mère notamment.

"Débuter dans ce métier, c'est terrifiant" - Florence Pugh

Vos deux personnages ont la fibre artistique mais ressentent à un moment donné des obstacles pour être reconnues comme artistes à cause de leur genre : est-ce que vous avez déjà ressenti la sensation que vous deviez davantage vous battre pour votre carrière vous aussi ?

Saoirse Ronan : (réfléchit) J'ai toujours eu l'impression d'avoir été très soutenue et libérée dans mon travail. Il y a eu des moments où j'ai dû dire non à des gens puissants, oui. Mais je ne pense pas que ça ait un rapport avec le fait d'être un homme ou une femme, ni que ça soit propre à ce secteur. Et surtout, on ne fait que commencer dans ce métier ! Plus que le sexisme, j'ai davantage subi de la discrimination par rapport à mon âge au cours de ma carrière... J'ai déjà eu l'impression que mon opinion pouvait parfois être ignorée parce que je suis plus jeune. Et c'est très frustrant.

Florence Pugh :Tous les jeunes acteurs auront le sentiment qu'ils peuvent être remplacés...parce que c'est le cas ! Il y a tellement d'acteurs qui seraient prêts à faire le même travail pour moins d'argent, ils seront moins difficiles, ils exprimeront moins leurs opinions sur certaines choses,... Débuter dans ce métier, c'est terrifiant parce qu'on veut juste s'intégrer, plaire aux gens, et ne pas faire la difficile.

Saoirse Ronan : Maintenant, je suis très protectrice envers les gens plus jeunes sur un tournage.

C'est un film sur les Filles du Docteur March qui pose des questions sur les limites qu'impose la féminité à une époque, mais ce n'est pas pour autant un film anti-hommes. Que pensez-vous des personnages masculins de ce film ?

Florence Pugh : Ce sont autant des féministes que les personnages féminins : les filles n'auraient pas réussi à atteindre leurs objectifs sans leurs soutiens, leurs respects et leurs amours.

Saoirse Ronan : Pendant longtemps ça a été dur pour les actrices, mais je pense que ça a pu être dur pour certains hommes, qui ne s'identifient pas à l'homme viril ou macho de l'époque, qui veulent pouvoir exprimer plus d'émotions, être plus vulnérables… C'est assez incroyable que Les Filles du Docteur March ait pu donner à des acteurs comme Timothée Chalamet, James Norton ou Chris Cooper l'opportunité d'être triste, de ressentir une palette d'émotion et de pouvoir atteindre les femmes avec lesquels ils jouent.

"Je n'aurais jamais été capable de donner une performance qui aurait mérité une nomination aux Golden Globes sans Greta Gerwig" - Saoirse Ronan, actrice

Beaucoup de médias et de personnalités ont reproché aux Golden Globes de ne pas nominer les Filles du Docteur March, et de snober une nouvelle fois les femmes réalisatrices, comme Greta Gerwig. Quel est votre sentiment autour de cette polémique, et votre réaction Saoirse en découvrant que vous êtes vous nommée au Golden Globe de la meilleure actrice ?

Saoirse Ronan : Ma réaction par rapport à ma nomination... Ce n'est pas de la fausse modestie, mais je n'aurais jamais été capable de donner une performance qui aurait mérité une nomination aux Golden Globes sans Flo [Florence Pugh, ndlr], sans Laura [Dern, ndlr], et bien sûr sans Greta [Gerwig]. C'est délicat, car c'est grâce à elle que ce film est incroyable.

Florence Pugh : Le problème ce n'est pas que Greta n'ait pas été nominée : c'est qu'aucune réalisatrice ne l'a été. L'année 2019-2020 a été celle où des films incroyables ont été réalisés par des femmes, et il n'y a eu aucun témoignage de reconnaissance. Et c'est cocasse que ce soit sur Les Filles du Docteur March que ça se soit produit, cela prouve une nouvelle fois pourquoi et à quel point c'était important que ce film soit fait.

Saoirse Ronan : C'est le revers de la médaille. Ça souligne exactement le propos du film, qui se déroule à une époque où les femmes se battaient pour être entendues.

En savoir plus

Synopsis -Pendant la guerre de Sécession, le Docteur March est parti au front, laissant sa femme et ses quatre filles dans leur maison dans le Massachussets. Jo rêve de devenir écrivain, au grand désespoir de sa très riche tante qui voudrait la voir mariée. Amy, de son côté, ambitionne d'être une peintre reconnue. Meg, qui se verrait bien actrice, se conforme davantage à ce qu'on attend d'elle et est sur le point de convoler. Beth, la cadette, a une santé fragile. Très proche d'elle, Jo l'est également de Laurie, un voisin qui finit par lui demander de l'épouser. Elle refuse d'épouser le jeune homme, qui n'est qu'un ami, et compte bien réaliser ses rêves...

Les Fillse du Docteur March - sortie cinéma le 1er janvier 2020