Death Stranding : pourquoi ce jeu fait tant parler

Death Stranding : pourquoi ce jeu fait tant parler DEATH STRANDING - Alors qu'il sort ce vendredi sur PS4, Death Stranding semble à part : il est décrit par la presse spécialisée comme repoussant les limites entre cinéma et jeux vidéo.

[Mis à jour le 8 novembre 2019 à 9h21] "Enfin !", diront certains. Death Stranding - et c'est peu de le dire - était très attendu, depuis l'annonce du projet en 2016, lors de l'E3, le salon du jeu vidéo de Los Angeles. Ce vendredi 8 novembre, sur PS4 et plus tard sur PC, les amateurs vont enfin pouvoir découvrir le monde à part de ce jeu dit "de randonnée". Quelques éléments de contexte : il s'agit de la dernière création de Hideo Kojima, personnage respecté de l'univers vidéoludique car créateur de la franchise "Metal Gear Solid", l'une des mythiques sagas du jeu vidéo sortie en 1998.

Death Stranding est un "open world", c'est-à-dire que le personnage incarné par le joueur évolue en liberté sur un territoire immense. Le but du jeu ? Difficile à résumer en quelques lignes, mais il s'agit de traverser des Etats-Unis au visage post-apocalyptique, le dos chargé de colis afin de reconstruire un réseau de communications pour remettre en connexion des humains vivant sous terre. A cela s'ajoutent évidemment des dangers, matérialisés de manières très différentes avec des fantômes, mais aussi de la pluie qui accélère le vieillissement.

Ce monde sorti de l'imagination du créateur japonais peut paraître loufoque mais il traduit une réelle volonté de dénoncer les dérives du monde actuel (le vrai) : individualisme, inaction contre le réchauffement climatique... "'Death Stranding' est un nouveau type de jeu, dont l'objectif est de reconnecter des villes isolées et une société fragmentée", résumait en mai 2019 Hideo Kojima sur Twitter. A en croire la presse spécialisée, la narration serait très poussée - le jeu atteint quarante-cinq heures d'aventures -, et Death Stranding ne semble pas être fait pour les amateurs de bagarre vidéoludique. S'il y a bien des séquences d'affrontement, elles ne semblent pas être le point fort du jeu, bien plus prenant lorsqu'il s'agit d'élaborer des stratégies de survie.

A l'image d'un Red Dead Redemption II, le blockbuster de Rockstar, Death Stranding verse dans le contemplatif, alors que l'objectif du joueur n'est parfois que de partir d'un point A pour rejoindre un point B. Son autre point fort reste sa proximité - saluée par la critique - avec le cinéma. Le casting n'y est pas étranger puisque les personnages du jeu prennent les traits de Norman Reedus, Léa Seydoux ou encore Mads Mikkelsen. Death Stranding "repousse la frontière enter le jeu et le cinéma. C'est en réalité un film interactif, et c'est quelque chose que nous voyons de plus en plus", résume Marc Alonso, expert des jeux pour la société d'études de marché "Euromonitor International", cité par l'AFP.

Death Stranding sur PC

Personne de l'attendait, mais Death Stranding sortira bel et bien sur PC. Sans précisions sur les spécificités de cette version, le jeu est annoncé pour le début de l'été 2020. Si le timing de l'annonce est intrigant, les joueurs PC pourront se réjouir puisqu'ils n'auront que quelques mois à patienter avant de mettre la main sur la dernière création de Kojima. 

Le sort des PnJ est entre les mains du joueur

Hideo Kojima a pris la parole au Garage Museum d'art moderne à Moscou et a expliqué comment les joueurs devront maintenir la connexion avec les personnages qu'ils rencontreront tout au long du jeu. "Nous avons par exemple un personnage qui vit sous terre. Il est malade et a besoin de médicaments, que Sam peut lui livrer. La rencontre se fait dès le début de l'histoire, et cela en fait un très bon exemple." explique Kojima.  "Après avoir complété la quête qui le concerne, le joueur aura le choix suivant : revenir régulièrement voir le vieil homme pour lui apporter ses médicaments, d'autres objets ou écouter ses histoires, ou l'oublier". Bien évidemment, vous progresserez constamment dans Death Stranding, et cela vous éloignera de ce vieil homme. Certains choisiront de faire le chemin, de plus en plus long, afin de maintenir cette fameuse connexion, alors que d'autres choisiront d'aller de l'avant et de se concentrer sur les tâches à venir.

"Bien sûr, puisque vous ne lui avez pas livré ses médicaments pendant un long moment, le vieil homme finira par mourir. C'est ce genre d'actions qui fera qu'une connexion aura lieu entre les personnages. Nous espérons vraiment que la signification profonde de la connexion entre les gens (comment elle se forme et se développe) sera intéressante à jouer pour les joueurs" termine Kojima. Si la mécanique de jeu en soit est très intéressante, elle se rajoute à toutes les mécaniques déjà présentées, et pourrait alourdir le jeu plus qu'il n'en faut, et risque ainsi de le déposséder de sa fonction de jeu.

La mission de Sam dans Death Stranding

Ce trailer a déjà été dévoilé à quelques privilégiés pendant la Gamescom, et introduit le personnage d'Amélie. Ce personnage, incarné par Lindsay Wagner, représente le seul espoir de reconstruction des États-Unis et de reconnexion des survivants. Cette nouvelle présidente, qui aurait hérité son rôle de sa mère, ne semble pas vieillir et connaît Sam depuis longtemps. Amélie est donc détenue dans la ville d'Edge Knot par un groupe de séparatistes paramilitaires, les Homo Demens, qui s'opposent à la réunification des villes, baptisées UCA (United Cities of America). Cela poussera Sam à traverser le pays et rencontrer des gens pour finir le travail d'Amélie, pour éventuellement la libérer à la fin de son voyage.

Heartman, le personnage qui meurt toutes les 21 minutes dans Death Stranding

Le nouveau personnage est Heartman, l'homme qui meurt toutes les 21 minutes et passe ensuite 3 minutes dans l'au-delà avant de revenir à la vie. Dans la cinématique de 2 minutes nous présentant le personnage, ce dernier nous parle de la façon dont il a appris à vivre son étrange existence, en amassant notamment une énorme bibliothèque et vidéothèque, dont chaque composant vous tient en haleine 20 minutes ou moins. Heartman est interprété par Nicolas Winding Refn, réalisateur de Drive ou encore Only God Forgives.

Trailer de révélation de Death Stranding

Dévoilé fin mai 2019, le trailer montre beaucoup de choses. Le scénario nous situe aux Etats-Unis après une apocalypse, faisant s'affronter plusieurs groupes. L'objectif serait de rétablir le lien entre les hommes, qui a été perdu à un moment donné, et qui a causé le Death Stranding. Sans en dire plus du déroulé du jeu, le gameplay est en revanche bien mis en avant. Ce qui nous marque directement, c'est la liberté de mouvement que promet le jeu, avec de nombreux objets permettant de se déplacer peu importe l'obstacle. L'ennemi principal à éviter est visiblement le fameux Death Stranding, qui semble être une incarnation d'un esprit venu d'outre tombe. On voit dans le trailer de nombreux fantômes des deux guerres mondiales, menés notamment par "Cliff", le personnage joué par Mads Mikkelsen, capable de lier le monde des vivants et celui du Death Stranding. Mais des humains s'opposeront aussi à nous et il faudra les affronter avec très peu de moyens, l'option la plus utile étant souvent la fuite dans les territoires du Death Stranding pour que les humains cessent de nous pourchasser, mais à nos risques et périls. De nombreux acteurs sont aussi présents, en plus de ceux annoncés précédemment. Le casting est vraiment 5 étoiles avec Norman Reedus, Léa Seydoux, Mads Mikkelsen, Guillermo Del Toro, mais aussi Margaret Qualley, Nicolas Winding Refn, Tommie Earl Jenkins, Troy Baker ou encore Lindsay Wagner.

Comprendre la symbolique de Death Stranding

Pour nous teaser, Hideo Kojima nous avait offert trois tweets juste avant le trailer du 29 mai, avec une symbolique, chacun portant une phrase qui a une signification dans l'univers culturel de Hideo Kojima. Le premier est une vidéo accompagnée de la phrase "Create the rope", littéralement "créez la corde".  

Le deuxième tweet de son côté, est sorti un peu plus tard, et nous a mis devant une scène quasiment identique, avec un peu plus d'images à l'écran. Néanmoins, en plus du "Create the rope" du tweet précédent, nous avons maintenant une nouvelle phrase, qui apparaît à au dessus du trailer: "help us reconnect", "Aidez nous à nous reconnecter". Une phrase beaucoup plus énigmatique que la précédente, mais la notion de reconnexion peut être rapprochée aux différents trailers que nous avons vus jusqu'à présent, impliquant notamment un incubateur contenant un enfant, que plusieurs personnages vont successivement débrancher et rebrancher. Ce teaser validerait donc l'importance capitale qu'aurait ce bébé pour le déroulé de l'histoire et de l'aventure, comme on l'apprend par la suite dans le grand trailer. Mais reconnecter peut aussi se faire socialement, et la solitude semble être le maître mot de cette oeuvre. La solitude dans des étendues désertiques, dans un monde où l'humanité a périclité, il est plus que nécessaire pour sa santé mentale de trouver une autre personne avec qui se connecter socialement, alors même que ces personnes peuvent avoir basculé dans la folie. 

Cette phrase se rapporte sans doute au fait que Hideo Kojima fait souvent référence à un texte de Kōbō Abe, un dramaturge japonais, qui a dit que l'homme a en premier inventé le bâton pour se défendre et la corde pour protéger ce qui lui est cher. Hideo Kojima, inspiré par cette phrase, a précisé alors souhaiter mettre l'accent sur "la corde", puisque nous utilisons surtout "le bâton" dans les jeux auxquels nous jouons habituellement. Il faudra donc prévoir un jeu plus passif, sans toutefois qu'il verse dans l'infiltration a précisé Hideo Kojima. La poésie qui déborde de Death Strading se fait de plus en plus palpable à chaque année qui passe, mais cette poésie teintée d'horreur serait en mesure d'en repousser plus d'un. Finalement, le deuxième tweet permet à son tour de préciser des choses sur les informations qui ont été révélées lors du trailer du 29 mai. 

Death Stranding, pour ceux qui ne savent pas trop de quoi il s'agit, c'est avant tout une étrangeté vidéoludique. Un Ovni dans le milieu du jeu vidéo dans lequel nous sommes habitués à voir les mêmes genres de jeux, si ce n'est les mêmes jeux. Le casting est cinq étoiles, avec Norman Reedus, Mads Mikkelsen, Léa Seydoux ou encore Guillermo Del Toro. Le bébé encore incubé est en revanche au centre de l'attention, et plusieurs personnages vont essayer de le protéger. Mais le protéger de quoi ? Il est bien difficile de le dire car la plupart des créatures de ce monde semblent totalement invisibles, capables pourtant de saisir des humains comme s'ils ne pesaient rien, voire même d'en corrompre certains et de ressusciter les morts, rien que ça. Le Death Stranding est une menace invisible, impalpable, et pourtant dangereuse. On connait Hideo Kojima pour son inventivité fantastique, et on peut lui faire confiance pour nous mettre dans des situations qui nous poussent à nos limites.

Article le plus lu - Alexandre Benalla se lâche dans un livre › Voir les actualités