Blandine Le Callet "A la fois une promenade et une sorte d'épopée personnelle"

L'héroïne de votre roman est, elle, constamment dans la transgression, en rébellion permanente contre ce monde autoritaire. Le message caché du livre est-il un appel à la désinvolture ?

Je n'ai pas voulu donner de message clair. J'ai juste mis en scène un personnage qui se forge sa philosophie, qui n'est pas éloignée de la mienne, qui est que la révolte frontale est souvent vouée à l'échec et qu'il vaut mieux une subversion constante et tenace sous couvert d'une soumission aux règles communes, plutôt qu'une révolte bruyante qui souvent n'aboutit à rien.

Vous mettez sur la route de Lila deux éducateurs qui s'opposent en tout : Kauffman, qui lui apprend la rébellion et Fernand, qui la pousse vers la conformité...    

C'est en quelque sorte le principe de plaisir contre le principe de réalité, comme les deux versants de l'éducation d'un enfant. C'est la conciliation de l'expression de sa singularité d'un côté, et puis l'apprentissage, assez peu enthousiasmant mais sans doute nécessaire, des règles communes de l'autre. Lila va faire son miel de ses deux enseignements essentiels. On le voit bien avec Fernand, incarnation du citoyen intra-muros, qui vit de moins en moins bien son rapport à la conformité à la fin du roman. On sent qu'il mesure tout ce qu'il perd en se soumettant, que le conformisme n'est finalement pas si confortable, qu'il amène la frustration plus que l'épanouissement.

C'est au fond un véritable roman de personnages, un livre de rencontres. Ce qui se traduit par le choix du titre, non ?

Oui. J'ai choisi le titre après l'écriture du livre. On a eu un long débat avec mon éditeur qui n'était pas convaincu mais je trouve qu'il décrit bien l'intrigue. J'aimais bien le jeu avec "balade" et "ballade" parce que c'est pour moi à la fois une promenade et une sorte d'épopée personnelle, de grand poème sur un destin individuel.

Pour finir, faites-nous partager votre dernier coup de cœur littéraire...

J'ai adoré "Le destin miraculeux d'Edgar Mint" de Braddy Udall. C'est l'histoire d'un gamin qui vit dans une réserve indienne, qui se fait rouler sur la tête par la voiture du facteur et qui perd toute faculté d'écriture. C'est fantastique.