Cesària Évora : une vie de mélancolie et d'excès, les dates clés

Cesària Évora : une vie de mélancolie et d'excès, les dates clés Cesària Évora, née le 27 août 1941 à Cap-Vert, aurait eu 78 ans cette année. Retour sur la vie de celle que l'on surnommait la diva aux pieds nus, morte le 17 décembre 2011 sur son île adorée de São Vicente.

[Mis à jour le 27 août 2019 à 12h17] Cesària Évora, mythique interprète du morceau Sodade, aurait eu 78 ans ce 27 août 2019.  Au Cap-Vert, où elle est née et a vécu jusqu'à ses derniers jours, la chanteuse est devenue une icône nationale en popularisant auprès du grand public la musique "morna", offrant au passage à son île une notoriété inédite. Sa voix sublime a chanté les mille nuances d'une nostalgie toute cap-verdienne jusqu'à sa mort. Cesària Évora a conquis la scène et le monde et n'a cessé d'influencer les artistes internationaux, reprenant ses titres de légende. Tout au long de sa vie, elle aura narré, avec ses inflexions si particulières et en créole portugais, la vérité de l'âme cap-verdienne. Charismatique, simple, volontiers rieuse, la diva aux robes fleuries et aux pieds nus a laissé une empreinte indélébile dans le paysage musical mondial.

Eduardo, Ti Boy... Les débuts de Cesària Évora

Issue d'une famille pauvre et nombreuse, Cesària Évora, née Amalia Rodrigues, que ses amis appellent Cize, chante dès sa jeunesse pour survivre. Avec sa voix qui porte et son look étonnant, elle attire rapidement l’attention. C'est un guitariste portugais du nom d'Eduardo qui lui donne alors sa première chance à la fin des années 1950 en l'accompagnant dans les bals et les bars où elle n'est parfois rémunérée que par un verre ou deux. C'est lui qui formera l'adolescente à la musique "morna", un mélange de jazz et de musique latine, portugaise et créole, typique du Cap Vert.  Cette musique, plaintive, s'articule autour des thèmes de la souffrance, la mélancolie et l'exil.

Abandonnée par Eduardo, Cesària Évora reprendra confiance aux côté du compositeur Gregorio Gonçalves, dit "Ti Boy", qui lui fournira son premier répertoire et ses premiers enregistrement dans les années 1960. Mais la reconnaissance n'arrive que très tard, après des troubles politiques au Cap Vert en 1975 et un long retrait de la chanteuse. C'est pour les dix ans de l'indépendance du Cap Vert, en 1985, quand on lui propose de se produire à Lisbonne pour une association de son pays, que Cesària Évora fait son grand retour. 

1988 : Cesària Évora devient "la diva aux pieds nus"

C’est d'ailleurs au Portugal, en 1988, que Cesària Évora rencontre Josè Da Silva, un jeune français originaire du Cap-Vert, qui devient son producteur et la persuade de partir pour Paris. Alors âgée de 47 ans et n’ayant jamais vu la France, elle accepte et y enregistre son premier album, "La diva aux pieds nus". Le titre de l’album fait référence à ses interventions pieds nus, en hommage aux pauvres du petit Etat insulaire en développement où elle est née et qu’elle évoque dans ses chansons. Le succès est immédiat, et Cesària Évora en profite pour se produire pour la première fois dans la capitale française au New Morning. Deux ans plus tard, elle sort un autre album, intitulé "Distino di Belita", mélange de mornas acoustiques et de coladeras électriques, en hommage à la musique de son pays.

1991 : les premiers titres de Cesària Évora

Mais Cesària Évora décide de sortir en France en 1991 un premier album entièrement acoustique, qu‘elle présente au Festival d’Angoulême, puis au New Morning la même année. "Mar Azul", compte ses premiers véritables titres connus, à commencer par la chanson "Mar Azul", "Cize" ou encore "Cabo Verde". Le disque devient un véritable tremplin pour la chanteuse, qui voit la presse française parler d’elle pour la première fois.

1992 : Cesària Évora sort Miss perfumado, Angola et Sodade

Avec "Miss Perfumado" sorti en 1992 et vendu à plus de 300 000 exemplaires, Cize remplit l’Olympia et part pour une tournée internationale l’année suivante. Grâce notamment au tube "Sodade", ou à "Angola", on la compare déjà à Billie Holliday ! Ses penchants pour l’alcool et le tabac ne sont un secret pour personne, et en 1994, quand sort la compilation "Sodade, les plus belles mornas de Cesaria", elle décide enfin de ne plus boire. Cette année là, Cesària Évora signe également pour B.M.G sous son label Lusafrica.

1995 : Cesària Évora chante Petit Pays

C’est grâce à l’album "Cesaria", disque d’or en France, que la chanteuse est nominée aux Grammy Awards en 1995, et qu’elle part en tournée aux Etats-Unis, avant de parcourir l’année suivante les cinq continents, pour une centaine de concerts. Sur cet album figure notamment en première position "Petit Pays", l'une de ses chansons les plus emblématiques. En 1997, sort l'album "Cabo Verde", lui aussi nominé aux Grammy Awards, et suivi un an après d'un "Best of Cesària Évora".

1998 : Cesària Évora et Besame Mucho

De la Grèce au Japon, en passant par l’Israël, le Portugal, l’Inde et le Liban, 1998 et 1999 marquent deux années de tournée pour Cesària Évora. Elle chante aussi cette année là "Besame Mucho", l'une des chansons en espagnol les plus connues, pour la bande originale du film De Grandes espérances. L'une de ses plus belles interprétations. Entre temps sort l’album "Café Atlantico", enregistré à la Havane, et dont la plupart des chansons rappellent la nostalgie du Cap Vert, sa ville natale Mindelo et l’océan. L’album de 2001, "São Vicente di longe", du nom de l'île qui a vu naître Cesaria, montre également son attachement à ses origines à travers une musique de plus en plus cosmopolite, témoignage de son parcours. L'amour de la chanteuse pour les musiques africaines se dévoile par sa participation à l'album de Salif Keita, "Moffou": ils chantent ensemble le splendide "Yamore".

2003 : la consécration

Enfin, "Anthologie : Mornas e Coladeras" clôt l'année 2002 avec des titres inédits comme la reprise de "Sodade" en duo avec Bonga. Cesària Évora participe ensuite au disque "Drop the debt", en collaboration avec d’autres artistes, pour annuler la dette des pays en voie de développement, et devient l’ambassadrice du Programme alimentaire mondial des Nations Unies en 2003. La même année, onze de ses titres sont remixés, ce qui amène son succès jusque dans les clubs et bars branchés. Elle enregistre également cette année-là son neuvième album studio, "Voz d’Amor", qui monte rapidement en tête des ventes de plusieurs pays, comme la Pologne, la Grèce, le Portugal et les Etats-Unis ; où elle remporte d’ailleurs un Grammy Awards, puis une Victoire de la Musique en France. Le ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, la nomme même officier des Arts et des Lettres.

2011 : la mort de Cesària Évora

2004 annonce une nouvelle tournée à travers l’Europe, avec notamment un concert au profit de l’association Homéopathes sans Frontières, et un duo intitulé "Elle chante" pour le dernier album de Bernard Lavilliers. Les albums s'enchainent. 2009, elle est faite Chevalier de la Légion d'honneur. 2010, elle est opérée du cœur. 2011, Cesària Évora annonce qu'elle met fin à sa carrière en raison de ses problèmes de santé. Elle décède le 17 décembre 2011 au Cap-Vert. En vingt ans seulement, elle est parvenue à conquérir la planète entière...

Article le plus lu - iPhone 11 Pro : des nouveautés, des vraies ? › Voir les actualités

Divers

Cesària Évora : une vie de mélancolie et d'excès, les dates clés

Sommaire Cesària Évora et Eduardo Cesària Évora, diva aux pieds nus Premiers titres de Cesària Évora Cesària Évora : Miss perfumado, Angola et Sodade Cesària Évora chante Petit Pays Cesària Évora et Besame Mucho Mort de Cesària...

Je gère mes abonnements push