Britney Spears : la fin de sa carrière de chanteuse ?

Britney Spears : la fin de sa carrière de chanteuse ? BRITNEY SPEARS. Le manager de Britney Spears annonce dans une lettre qu'il démissionnait et que la chanteuse aurait décidé de prendre sa retraite.

[Mis à jour le 6 juillet 2021 à 14h31] Britney Spears va-t-elle "prendre sa retraite" et arrêter sa carrière de chanteuse ? C'est ce qu'affirme Larry Rudolph, le manager historique de la popstar, dans une lettre publiée le 5 juillet 2021 dans le site américain Deadline. Adressé aux tuteurs de Britney Spears, son père Jamie Spears et l'avocate Jodi Montgomery, le courrier annonce la démission de Larry Rudolph. 

"J'ai été engagé, à l'origine, à la demande de Britney pour l'aider à gérer sa carrière. En tant que manager, je crois qu'il est dans son intérêt que je démissionne de son équipe, car mes services professionnels ne sont plus nécessaires", affirme-t-il dans la lettre, assurant ne pas avoir communiqué avec la chanteuse depuis deux ans que sa décision n'a rien à voir avec le revers judiciaire influé à Britney Spears la semaine dernière, à savoir de la laisser sous la tutelle de Jamie Spears, son père.

Mais Larry Rudolph, dans la même lettre, explique que Britney Spears aurait décidé d'arrêter sa carrière et n'aurait, par conséquent, plus besoin de lui. "Plus tôt dans la journée, j'ai appris que Britney avait fait part de son intention de prendre officiellement sa retraite", écrit le manager, souhaitant à la star "tout le bonheur du monde."

Britney Spears en guerre judiciaire contre son père

Britney Spears ne sera pas libre. Pour l'instant. La juge californienne Brenda Penny a rejeté mercredi 30 juin 2021 la demande de la chanteuse de lever la responsabilité de "cotuteur" de son père Jamie Spears, une tutelle mise en place en 2008 à la suite de ses troubles psychologiques et qui la prive de son autonomie et de l'essentiel de ses décisions, révèlent jeudi plusieurs médias américains, dont Variety. Un coup dur pour Britney Spears et ses soutiens. La chanteuse s'était exprimée une semaine plus tôt pour tenter de convaincre le tribunal de lever sa tutelle, qui dure depuis 13 ans.

"Déprimée" et "traumatisée." Voilà comment Britney Spears s'est qualifiée mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles, en visio-conférence lors de l'audience. "Je veux juste reprendre ma vie, ça fait treize ans et ça suffit", a ajouté la chanteuse, qui a parlé pendant 24 minutes, avec un débit extrêmement rapide. "J'ai dit au monde entier que j'allais bien et que j'étais heureuse. C'est un mensonge. Je ne suis pas heureuse. Je ne peux pas dormir. Je suis tellement en colère c'est fou et je suis déprimée", a ajouté Britney Spears selon différents médias américains, comme Variety.

Mais il resterait un moyen pour la chanteuse de se défaire de l'emprise de son père : selon l'AFP, ses avocats vont déposer une requête formelle demandant la fin totale de la tutelle. Jusqu'ici, le tribunal de Los Angeles statuait sur la demande déposée en septembre par l'avocat de Britney Spears, demandant que Jamie Spears soit écarté de la tutelle pour être remplacé par la société de gestion de patrimoine Bessemer Trust. Cette dernière a bien été ajoutée au régime de tutelle, mais le père de l'artiste n'a pas été éloigné.

Parmi ses arguments contre son père, l'interprète de Toxic affirme que Jamie Spears, qu'elle qualifie de "père ignorant" et qui devrait selon elle "être en prison" l'a obligé à garder son stérilet. "Je veux pouvoir me marier et avoir un enfant", a-t-elle clamé, assurant "pleurer tous les jours". "Je voulais retirer le stérilet pour pouvoir commencer à essayer d'avoir un autre bébé, mais cette soi-disant équipe ne me laisse pas aller chez le médecin pour le retirer, car ils ne veulent pas que j'aie d'enfants . Donc, fondamentalement, cette tutelle me fait beaucoup plus de mal que de bien. Je mérite d'avoir une vie", ajoute la chanteuse de 39 ans. 

Alors que Britney Spears demandait aux juges de la libérer d'une "tutelle abusive", des centaines de ses fans s'étaient massés devant le tribunal. Tous autour d'un slogan : Free Britney (Libérez Britney). Après la décision de la justice de maintenir cette tutelle, l'indignation est grande sur les réseaux sociaux.

Le soutien de ses proches

Depuis sa prise de parole au tribunal, Britney Spears peut compter sur le soutien de ses proches. A commencer par sa petite sœur, qui a pris la parole sur les réseaux sociaux : "Peut-être que je ne l'ai pas supportée de la façon dont le grand public aurait voulu que je le fasse avec des hashtags, mais j'ai supporté ma sœur bien avant les hashtags et je la supporterai bien après." Autre personnalité à avoir exprimé son soutien à la chanteuse : son ex-mari, Kevin Federline, le père de ses deux enfants. Le danseur s'est exprimé par l'intermédiaire de son avocat au média américain Entertainment Tonight : "Kevin est en faveur de ce qui est le mieux pour elle (...) Si elle est capable de se prendre en charge de manière à ce que ni elle ni leurs deux enfants, lorsqu'elle en a la garde, ne soient pas en danger, Kevin est très à l'aise avec l'idée que la tutelle soit supprimée. Il veut qu'elle soit une femme heureuse car cela ferait d'elle une mère heureuse (...) Il a toujours soutenu Britney et espère qu'elle pourra profiter de sa vie sans danger et de manière saine, et a hâte de pouvoir partager avec elle les responsabilités parentales."

#Freebritney

Depuis 13 ans, Britney Spears est sous la tutelle de son père, Jamie Spears, après son épisode dépressif en 2008. C'est ce dernier, avec une tutrice professionnelle, qui gère depuis la carrière, les décisions et les biens de sa fille de 39 ans. Ce dernier est au cœur, depuis des mois, de rumeurs sur le traitement qu'il infligerait à sa fille. Par exemple, selon le New York Times, Jamie Spears ne permettrait à sa fille de dépenser que 2 000 dollars par semaine, alors que la fortune de la chanteuse est estimée à quelque 50 millions d'euros. Des rumeurs qui se regroupent avec un hashtag, #FreeBritney (Libérez Britney), très populaire sur les réseaux sociaux, où les internautes du monde entier réclament l'indépendance de Britney Spears.

Toujours selon le New York Times, Britney Spears réclame que sa manageuse, Jodi Montgomery, remplace son père. "Elle en a 'marre qu'on profite d'elle' et dit que c'est elle qui travaille et rapporte de l'argent mais qu'elle paye pour tout le monde autour d'elle", peut-on lire dans les documents judiciaires cités par le journal américain. Mais Jamie Spears, réputé pour être un homme alcoolique et dont les relations avec sa fille sont houleuses, refuse de céder sa place.

Divers