HyperNuit : six heures de concert et une centaine d'artistes sur Radio France

HyperNuit : six heures de concert et une centaine d'artistes sur Radio France CONCERT. A défaut de pouvoir retourner en concert, les salles de spectacle restant fermées, Radio France propose sur ses antennes un concert géant le 23 janvier.

[Mis à jour le 15 janvier 2021 à 11h33] Une initiative pour mettre un peu de baume au cœur des amateurs de concerts et de musiques, privés de festivités depuis maintenant près d'un an. Samedi 23 janvier, à partir de 21 heures, Radio France organise une HyperNuit, une soirée exceptionnelle en soutien du secteur musical et de ses acteurs. Cette nuit, présentée et initiée par Didier Varrod, Directeur musical de Radio France, Juliette Armanet et Malik Djoudi, rassemblés dans le collectif #etonremetleson, sera diffusée sur France Inter, France Musique, France Bleu, Fip et Mouv'. Au programme de cette HyperNuit ? Six heures de live et une centaines d'artistes, qui se relaieront sur la scène du studio 104 de la Maison de la radio et de la musique, récemment renommée.

La nuit se déroulera en deux parties : de 21 heures à 2 heures : la scène française à l'honneur puis entre 2 et 3 heures Radio France rouvre le Rex club avec Pedro Winter, Antoine Molkhou, Mara, Madben, Yuksek et Kiddy Smile. "Voilà presque un an maintenant que vous n'avez pas assisté à un concert, pas dansé sur une piste, pas chanté à gorge déployée dans une salle pleine à craquer, pas vibré à l'unisson sur une chanson. Voilà presqu'un an maintenant que le monde de la musique live est devenu celui du silence, des salles fermées, des vocations contrariées. Alors aux grands maux, les grands remèdes. Pour faire du bien, pour donner de la force, pour réparer, pour dire aussi notre inquiétude, notre peine, notre folie, nous avons préparé le plus gros concert que Radio France ait jamais donné : une HYPERNUIT, une nuit de radio, de toutes les musiques en live pour prolonger notre soutien à la filière que l'on accompagne depuis le mois de mars", explique Didier Varrod dans le communiqué de presse de l'événement.

Seront présents : Juliette Armanet, Malik Djoudi,  Benjamin Biolay, Miske, Antoine Jorel, Ensemble Ouranos, Mathilde Calderini, Noe Preshow, Clara Ysé, Léonie Pernet, Pierre Daven Keller, Barbara Carlotti, Thomas de Pourquery, Erik Truffaz, Saint DX, Mathias Malzieu, Olivia Ruiz, Jeanne Added, Jenny Beth, Hervé, Lujipeka, Yelle, Voyou, Keren Ann, Requin chagrin, Laura Cahen, Cléa, Vincent, Clou, UssaR, Bambino, Poupie, Eddy de Pretto, Yael Naim, Terre Noire, Zed Yun Pavarotti, Fils Cara, Rodolphe Menguy, Abel Cheret, Alex Beaupain, Léonie, Tim Dup, Silly boy Blue, Delgrès, Gael Faye, Jok'Air, Hatik, Arthur Teboul (Feu Chatterton), Pedro Winter, Yuksek, Madben, Kiddy Smile, Sebastien Tellier, Philippe D, Brigitte Batcave, Chet, Victoire Potovski, et bien d'autres... Et on remet le son !

A quand la réouverture des salles de spectacle ?

La question agite le milieu de la Culture, abandonné par le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire et la fermeture des lieux culturels depuis de (trop) nombreux mois. L'exécutif avait annoncé, dans son calendrier d'allègement des mesures de confinement, la date du 7 janvier pour la réouverture des lieux culturels comme les musées, les salles de spectacle ou les cinémas. Invitée mardi 5 janvier au micro de Thomas Sotto sur RTL Soir, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot s'est exprimée sur la question. 

"Nous n'avons pas de visibilité" a déclaré la ministre, allant dans le sens des propos tenus par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal le 1er janvier, qui jugeait alors "très peu probable que les salles de spectacle, les lieux culturels, les théâtres et les cinémas, puissent rouvrir le 7 janvier en raison du niveau des contaminations au Covid-19 qui se situe sur un plateau assez haut". 

"Le 15 décembre, nous avons dit qu'il y aurait le 7 janvier, non pas une réouverture, mais une clause de revoyure, pour constater l'état sanitaire du pays. Il n'a jamais été pris d'engagement de réouverture des salles de spectacle à ce moment-là", a ajouté Roselyne Bachelot sur RTL, ajoutant que les musées pourraient être les premiers lieux culturels à rouvrir. Quant aux salles de concerts, il semblerait qu'il faille (encore) prendre son mal en patience... 

Un concert-test en Espagne

L'Espagne a-t-elle trouvé une solution pour reprendre les concerts ? Le 12 septembre dernier, un test a été réalisé dans la salle de concert Apolo, à Barcelone, où près de 500 personnes ont pu assister à un concert dans le respect d'un protocole sanitaire strict. Une expérience organisée par l'hôpital universitaire allemand Trias i Pujol de Badalone et la Fondation de lutte contre le sida et les maladies infectieuses. Selon les informations du quotidien espagnol El Mundo , 463 se sont rendues au concert alors que 496 n'y ont pas participé.

Avant le concert, chacun des spectateurs avait été testé (négatif bien sûr) au Covid-19. Le show s'est déroulé selon un protocole strict : ventilation optimisée, température de la salle surveillée et masque FFP2 pour tous. Aucune distanciation sociale n'était imposée. Résultat : aucun cas positif n'a été détecté après ce concert. 

Des concerts-tests en France ?

En France, plusieurs projets de concerts-tests seraient également sur la table. Différentes organisations, comme le Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle dans le privé), le directeur du festival des Eurockéennes, de We Love Green ou du Main Square se sont rassemblés dans un "groupe de travail concert-test". "On imagine plutôt un concert-test en mars, l'idée étant, dans un monde idéal, de s'accoler à un calendrier du ministère de la Culture pour commencer à voir le bout du tunnel", explique à l'AFP Jean-Paul Roland, directeur du festival des Eurockéennes. "On a vu beaucoup de gens, épidémiologistes, laboratoires, CNM (Centre national de la musique, qui aide financièrement la démarche), Ville de Paris (...), il ne manque plus que la décision ministérielle, car cela ne peut se faire que sous l'égide du ministère de la Culture, voire aussi ceux de la Santé et de l'Intérieur", poursuit-il.

Pour ce projet, plusieurs lieux sont évoqués, notamment Paris ou Marseille.  "Il y aura des réponses scientifiques dans les semaines qui suivront, mais sur le plan organisationnel, nous aurons les réponses le jour même, notamment sur le temps et la logistique à prévoir pour des tests salivaires ou PCR, par exemple, à l'entrée", développe le patron des Eurocks à l'AFP. Deux concerts-tests seraient déjà projetés en février, à Marseille et à La Cigale de Paris. Sous réserve d'obtenir l'aval des autorités sanitaires.

Une tribune en juillet

"Tous debout contre la mise à genoux de la musique". C'est le titre d'une tribune, signée par plus de 1 500 salles, producteurs de concerts, tourneurs, artistes, labels, festivals et autres acteurs du milieu de la musique, qui demandent au gouvernement des actions pour sauver le secteur. Après quatre mois de fermeture, tous demandent la reprise des concerts en "configuration debout", interdits pour raisons sanitaires en pleine pandémie de Covid-19. "Nous sommes aujourd'hui dans une situation économique, sociale et morale plus que délicate", lit-on dans cette tribune, dont les auteurs déplorent se sentir "abandonnés et méprisés par nos partenaires publics."

Compte tenu de la situation actuelle, l'autorisation des concerts en "configuration debout" ne pourra se faire qu'avec un protocole sanitaire strict, pour éviter tout risque de propagation du coronavirus. Mais ce que demandent les acteurs du secteurs, c'est surtout une date de reprise. "Nous demandons qu'on nous donne une date précise de réouverture dans des conditions normales de jauge, c'est à dire avec un public debout. Si nous avons un concert prévu pour 1 500 personnes et qu'on ne nous en autorise que 300 ce n'est tout simplement pas viable économiquement", explique Didier Veillault de La Coopérative de Mai, à l'origine de cette tribune, interrogé par Franceinfo.