Michel Sardou : corrida, politique, voile... Le chanteur donne son avis et s'emporte

Michel Sardou : corrida, politique, voile... Le chanteur donne son avis et s'emporte MICHEL SARDOU - Michel Sardou, désabusé de la société dans laquelle on vit, était l'invité de BFMTV dimanche 27 octobre, pour s'exprimer sur différents sujets.

[Mis à jour le 28 octobre 2019 à 12h11] Michel Sardou de retour sur les plateaux télé, et toujours d'aussi mauvaise humeur. Invité de BFMTV dimanche 27 octobre dans la soirée, le chanteur de 72 ans a de nouveau exprimé sa colère. Le nouvel ambassadeur du "c'était mieux avant" s'est, cette fois, agacé sur bien des aspects, notamment la politique française. Michel Sardou assure ne plus voter "du tout depuis Hollande", en 2012. "Je m'en fous ! Je suis un révolutionnaire, je les emmerde ! Je ne donne plus rien. Ni un blanc, ni un bleu, ni un rouge, ni un vert. Rien", a-t-il fait valoir sur le plateau d'Apolline de Malherbe.

Et de renchérir : "Moi, je ne vote pour personne sauf pour la maire de mon village. On est 200 votants, on ne peut pas dire que je vais modifier la France. Mais elle est très sympa, elle n'a pas de pognon, elle fait ce qu'elle peut. Au moins, elle nous dit qu'elle fait ce qu'elle peut". Et la politique française n'est pas la seule chose à agacer Michel Sardou. Autre sujet agaçant pour le chanteur de 72 ans, l'interdiction de la corrida. S'il assure ne plus y aller "depuis des années", le chanteur ajoute : "c'est une tradition qui ne touche qu'un petit domaine de ce pays (...) pourquoi d'un seul coup tout interdire ? C'est une forme d'art !"

Outre ces premiers sujets épineux, Michel Sardou a également été invité à réagir sur la polémique du moment sur le port du voile. Polémique que déplore le chanteur. "On ne s'aime plus les uns, les autres. On se méfie des uns et des autres. On est jaloux les uns des autres. On n'a plus cette cohésion (...) d'un seul coup, tout devient un combat", explique-t-il, ajoutant "s'en foutre" qu'une femme porte "un bout de chiffon sur la tête". Pour lui, il faut qu'Emmanuel Macron "dise un mot" et tranche sur le sujet, en tant que président de la République.

Michel Sardou craint la mort de la liberté

Célèbre pour sa musique qui a traversé les âges, Michel Sardou est aussi connu pour ses coups de gueule récurrents. Son interview accordée à RTL lundi 2 septembre 2019 n'aura évidemment pas dérogé à la règle. "On n'a plus aucune liberté. Rappelez-vous des années 70, 80, on fumait, on faisait l'amour, on roulait vite, on pouvait boire…", résumait Michel Sardou face à Yves Calvi sur RTL. Souvent très critique, il n'est pas rare que le chanteur de 72 ans fustige la société ou la politique, en chanson ou dans les médias. Dès les années 1970, il se retrouve d'ailleurs au cœur de vives polémiques, plusieurs de ses titres étant notamment accusés d'être sexistes, xénophobes ou homophobes. Cette image de chanteur réac', Michel Sardou l'a perpétué toute sa carrière. Il a d'ailleurs souvent été moqué pour cet état d'esprit, notamment par l'émission Groland qui chantait à sa place "Le temps des femmes à poil". 

Michel Sardou, l'âge de la nostalgie

À 72 ans, Michel Sardou n'a rien perdu de son franc-parler. Après plus de cinquante ans de carrière, il est toujours considéré comme l'un des derniers monstres vivants de la chanson française, nombreux étant ses titres à avoir traversé les générations. Né le 26 janvier 1947 à Paris, il est le fils de la danseuse et comédienne Jackie Sardou et du chanteur Fernand Sardou. C'est donc naturellement qu'il se dirige vers le milieu musical, écumant, très jeune, les cabarets parisiens. À 18 ans, il sort son premier 45 tours : Le Madras, co-écrit avec ses amis, Michel Fugain et Patrice Laffont. 54 ans plus tard, Michel Sardou a sorti près de trente albums studio. À ce jour, on estime que ses ventes de disques dépassent les 90 millions d'exemplaires... De quoi légitimer sa nostalgie ?

Article le plus lu - Raymond Poulidor est mort › Voir les actualités