Robbie Williams : ses explications sur son doigt d'honneur lors du Mondial

Robbie Williams : ses explications sur son doigt d'honneur lors du Mondial ROBBIE WILLIAMS - Lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde 2018, Robbie Williams a fait un doigt d'honneur aux caméras du monde entier. Le chanteur a expliqué son geste.

[Mis à jour le 21 juin 2018 à 12h36] Le 14 juin dernier, Robbie Williams était au stade Loujniki de Moscou pour chanter lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde 2018. Le chanteur britannique s'est produit avant le début du match Russie-Arabie Saoudite qui avait donné le coup d'envoi de la compétition. À la fin de sa prestation, Robbie Williams a fait un doigt d'honneur devant les caméras du monde entier après avoir prononcé "I did it for free", soit "Je l'ai fait gratuitement". Ce geste, qui n'est bien évidemment pas passé inaperçu, a récemment été expliqué par le chanteur.

Mardi, Robbie Williams était invité de l'émission matinale britannique "This Morning" et est revenu sur la polémique et les raisons de ce geste. "L'essentiel lors de ce genre d'événements, c'est de ne pas provoquer un conflit international. Et vous savez quoi, j'ai réussi à le faire" a d'abord déclaré le chanteur avant de continuer : "J'étais sous pression, il ne me restait qu'une minute, et je ne savais pas si j'aurais fini de chanter au bout de 30 secondes. Alors j'ai montré qu'il me restait une minute". L'artiste s'est ensuite justifié en faisant savoir qu'il ne réfléchis pas tout le temps avant d'agir. "Je ne peux pas me faire confiance. Il y a un bloc entre moi et le bon sens. Il m'arrive de faire quelque chose et de me dire, cinq minutes après, 'Est-ce que je l'ai vraiment fait ?'" a-t-il notamment déclaré.

Avant que Robbie Williams ne justifie son geste, plusieurs hypothèses avaient été évoquées dans les médias. Ce doigt d'honneur avait été perçu comme adressé à ceux qui, au Royaume-Uni, avaient critiqué son choix de chanter lors de cette cérémonie d'ouverture en Russie, évoquait LCI. Ce geste aurait pu aussi être adressé à ceux qui s'étaient interrogés sur la rémunération que Robbie Williams allait toucher pour sa prestation et qui avaient estimé qu'il avait "vendu son âme à la Russie", rappelait RTL.be. Enfin, d'autres pensaient que Robbie Williams, par son geste, s'était vengé de ne pas avoir pu chanter "Party like a Russian" ("Fais la fête comme un Russe"), rapportait LCI. Sorti en 2016, le morceau n'avait pas du tout été bien accueilli par le pays.

Robbie Williams à la Coupe du monde, le drôle de choix de la Fifa

Lorsque l'information avait été rendue publique, beaucoup avait été surpris d'apprendre que Robbie Williams avait été choisi pour chanter lors de la cérémonie d'ouverture. Même s'il reste une star en Angleterre, "depuis plus de dix ans, on n'entendait moins parler du chanteur" commente la Parisienne, rappelant ensuite que l'artiste n'a pas sorti de tube depuis un certain temps. Choisir Robbie Williams est d'autant plus surprenant lorsqu'on sait que le chanteur avait provoqué la colère de nombreux Russes avec sa chanson "Party Like A Russian" il y a deux ans. Selon TF1, la chanson avait été jugée raciste par certains Russes, qui accusaient le morceau de "promouvoir des clichés sur le pays".

Après avoir été choisi pour se produire à la cérémonie d'ouverture à la Coupe du monde, Robbie Wiliams avait été particulièrement critiqué au Royaume-Uni. Le pays d'origine du chanteur est en froid avec la Russie depuis l'empoisonnement de l'ex agent secret Sergueï Skripal et de sa fille Loulia en Angleterre, rappelle le Figaro. Stephen Doughty, député travailliste s'est dit "surpris et déçu" d'apprendre que le chanteur "ait accepté d'être payé par la Russie et la Fifa". L'homme d'affaire américain Bill Browder avait quant à lui tweeté à ce sujet : "Il y a beaucoup de façons de gagner de l'argent Robbie Williams, mais vendre votre âme à un dictateur ne devrait pas en faire partie. Honte à vous".

Article le plus lu - Un proche de Jacques Chirac fait le point sur sa santé › Voir les actualités

Annonces Google