Nico : qui était cette chanteuse qui disait avoir eu un fils avec Alain Delon ?

Nico : qui était cette chanteuse qui disait avoir eu un fils avec Alain Delon ? Ce 18 avril sort au cinéma biopic consacré à la chanteuse Nico. L'occasion de se rappeler qui était celle qui prétendait avoir eu un fils avec Alain Delon. Le fils en question, Ari Boulogne, a livré plusieurs souvenirs lors d'une interview.

[Mis à jour le 18 avril 2018 à 15h51] Ce mercredi 18 avril sort en salle le biopic "Nico, 1988" qui retrace les derniers jours de l'icône pop Nico. La réalisatrice Susanna Nicchiarelli raconte Nico à travers un film dédié aux deux dernières années de l'artiste, sa dernière tournée, ses derniers combats. Lors d'un entretien sur France Culture ce mercredi, la réalisatrice a évoqué la vie de la chanteuse et parle du moment où elle s'est "libérée de son image d'icône que tout le monde connaissait". La réalisatrice a estimé que Nico était en recherche constante de "sa propre identité" et que tout avait basculé. "On cherche toujours sa propre identité, on n'arrête jamais de se chercher et c'est ça qui est intéressant dans le parcours de Nico, c'est comme si à 40 ans elle avait trouvé sa place dans le monde. Elle a arrêté la drogue, reconstruit une relation avec son fils, trouvé un manager…" a expliqué Susanna Nicchiarelli. Cette dernière a également évoqué le décès de la chanteuse : "Nico n'est pas morte jeune à cause de la drogue, comme la plupart des artistes de sa génération. Elle a survécu et ce qu'elle a fait pendant les années 70 et 80 est très intéressant", a-t-elle déclaré.

Celle qui fut top model, actrice, chanteuse, fit succomber plusieurs hommes – notamment Andy Warhol, Lou Reed, Jim Morrison, Philippe Garrel, Alain Delon – dans sa vie. Des personnes qui ne sont pas représentées dans le film que Susanna Nicchiarelli a réalisé. Un choix que la réalisatrice justifie ainsi : "Nico a toujours été racontée à travers les hommes avec qui elles avaient vécu. On parle toujours des amants de Nico comme si c'était une chose qui lui donnait de l'importance". La réalisatrice a donc choisi de "ne pas nommer les hommes avec lesquels elle a été pour que l'histoire soit celle de Nico". Seul Jim Morisson est évoqué, parce qu'il avait "donné l'idée [à Nico] d'écrire ses propres chansons".

Qui était Nico, star des années 1960 et 1970 ?

Christa Päffgen de son vrai nom, était principalement connue pour être la chanteuse du groupe "The Velvet Underground", mais avait également sorti quelques albums en solo. En 1962, elle donne naissance à un fils, Ari, dont le père serait, selon elle, Alain Delon. Une paternité que l'acteur n'a jamais reconnue. Ne pouvant s'occuper de l'enfant à cause de sa carrière et de son train de vie, Nico confie Ari à la mère d'Alain Delon, Edith, qui elle reconnaissait son petit-fils. En 1977, Ari est adopté par le beau-père de l'acteur, Paul Boulogne. Plus vieux, Ari Boulogne retrouve sa mère pour une "vie d'errance entre héroïne et squats" résume le JDD.

À l'occasion de la sortie au cinéma du biopic consacré à sa mère, Ari a été interviewé par le JDD. Il donne son avis sur l'œuvre et raconte qui était vraiment sa mère. "Je trouve que ce film occulte une grande part de la vérité. C'est une vision loufoque, sortie de l'imaginaire de gens qui n'ont pas côtoyé ma mère. Elle n'était pas cette femme", a-t-il déclaré. Pour Ari Boulogne, Nico n'était pas "une loseuse" comme le film aurait tendance à le laisser penser selon lui. "C'était une rock'n'roll woman, qui s'emparait de la scène comme une lionne" dit-il, déçu de voir le résultat en film. Il estime alors que l'actrice chante "très mal" et que les musiciens qui l'accompagnent sont des "incapables".

Nico, une "très bonne mère" 

Après avoir donné cet avis tranché sur le film, Ari Boulogne explique que Nico était "une très bonne mère". "Elle m'a tout donné. Même la drogue, je l'ai vécue à fond avec elle sans que ce soit un problème" explique-t-il. C'était une manière d'être ensemble". De sa mère, il se souvient également des pubs qu'elle aimait fréquenter et les images de ses tournées. "Je me souviens des lumières, des soundchecks, de l'orgue", se rappelle Ari avant de préciser que "son harmonium, c'était son cœur, sa respiration". La mère d'Ari décède en 1988 d'une hémorragie cérébrale suite à une chute en vélo. Là encore, il se souvient : "Elle est partie en ville et n'est jamais revenue… Je suis allé à l'hôpital, j'ai vu qu'elle était morte. Et c'est tout", exprime-t-il simplement.

Article le plus lu : Alexandre Benalla : les dernières révélations : voir les actualités

Annonces Google