IAM : les rappeurs marseillais préfèrent ignorer Booba et La Fouine

IAM : les rappeurs marseillais préfèrent ignorer Booba et La Fouine Les rappeurs marseillais d'IAM font leur grand retour avec un nouvel album, Arts martiens. Un retour après 6 ans d'absence, dans un univers rap français qui a bien changé avec Booba, La Fouine et autres Rohff.

"No comment." C'est la réponse unanime des cinq membres du groupe IAM au journal 20 Minutes quand celui-ci leur demande de parler de Booba et de La Fouine. Le groupe culte du rap des années 90 revient avec un sixième album, Arts martiens, dans un univers qui a profondément changé. Le rap s'est radicalisé et ses stars aujourd'hui semblent bien loin des textes très travaillés du groupe marseillais et de l'ambiance bon-enfant du "Mia". Si Akhenaton, Imhotep et les autres membres du groupe, 45 ans de moyenne d'âge, se refusent à tout commentaire sur La Fouine, Booba et consorts, leur point de vue ne semble pas moins sévère sur la nouvelle génération de rappeurs.

"Où est passé mon rap ?" s'interroge par exemple Kheops au moment de parler de la musique d'aujourd'hui. Pour Akhenaton, on a accolé le terme "intellos du rap" à IAM parce que le rap a été progressivement "caricaturé". A qui la faute ? Imhotep considère qu'il faut "élever un peu le débat" et se réjouit ironiquement de permettre à "certains auditeurs de chercher le sens de certains mots dans le dictionnaire"... Une attaque à peine dissimulée contre la pauvreté des textes de la nouvelle génération.

Textes crus, apologie de la violence et de l'argent facile, attrait pour le bling-bling et Miami, successions de provocation et de vengeances entre rappeurs... De fait le rap de Booba, La Fouine ou encore Rohff semble aujourd'hui à mille lieues de celui d'IAM. Booba est sans doute celui qui a été le plus sévère contre ses aînés. Récemment, dans Libération, tirait à vue sur tous ses confrères, d'hier comme d'aujourd'hui. Au sujet d'IAM, il déclarait : "Ils ne méritent pas le respect." Dans Métro, il tentait ensuite de lisser ses propos, mais enfonçait encore plus les Marseillais, leur reprochant de ne pas s'impliquer suffisamment dans le rap français et d'être des "opportunistes". "Ce qui m'énervait aussi, c'est que moi je charbonnais mais je ne passais pas à la radio, alors que n'importe laquelle de leurs merdes était survendue", a déclaré le rappeur de Boulogne-Billancourt au journal gratuit, considérant qu'IAM n'avait "pas de vrai talent" pour "durer". Son principal reproche : Booba considère qu'Akhenaton a "un vrai talent d'écriture", mais que pour faire du rap, il faut aussi du "style". "IAM, ils se déguisaient en pharaons ou en jedi. Ca parle à qui ça ?"

EN VIDEO - En 2010, Akhenaton livrait sa conception du rap dans un livre.

Chargement de votre vidéo
"Quand Akhenaton raconte son rap"