Découvertes spatiales : quand la fiction devient réalité

Découvertes spatiales : quand la fiction devient réalité Éternel sujet d'études et d'investigations, l'espace est constamment tiraillé entre science et récits d'anticipation. Mais que se passe-t-il lorsque la réalité rejoint la fiction ?

Sortez vos sabres laser et mettez en pratique vos connaissances télépathiques car la NASA vient de faire une découverte spectaculaire qui devrait réjouir plus d'un fan de la saga Star Wars : une planète tournant autour de deux soleils. En d'autres termes, Tatooine, la planète de Luke Skywalker n'est plus une légende mais belle et bien une réalité ! 

Baptisée Kepler-16b, cette exoplanète (planète hors du système solaire) se situe à environ 200 années lumière de la Terre, une année lumière étant approximativement équivalente à 9 500 milliards de kilomètres.

Malheureusement pour les Jedis en devenir, mis à part sa rotation autour de deux soleils, Kepler-16b ne ressemble en rien à Tatooine. L'exoplanète est en effet froide malgré la présence des deux étoiles autour desquelles elle gravite en 225 jours. Par ailleurs, elle est essentiellement constituée de gaz et l'on n'y trouve pas d'eau. Par conséquent, la vie ne peut pas s'y développer.

Néanmoins, la découverte de Kepler-16b témoigne d'une avancée spectaculaire en astronomie puisqu'elle prouve la diversité des planètes dans la galaxie. Il n'est pas exclu que l'on puisse un jour mettre le doigt sur une exoplanète circumbinaire (c'est-à-dire qui gravite autour de deux étoiles). Alors nous pourrions assister à deux levers ainsi qu'à deux couchers de soleil.

"Diamonds are a girl's best friend"

diamant
A quoi ressemblerait une planète de diamant ? © Alperium - Fotolia.com

Toutefois, Kepler-16b n'est pas la seule découverte hors-norme de ces dernier temps. Car si l'espace regorge de corps célestes tous plus surprenants les uns que les autres, l'une des trouvailles les plus étonnantes est encore la "planète diamant".

Cinq fois plus gros que la Terre, cet astre entièrement composé de carbone cristallisé risque de faire des envieux. C'est pourquoi un chercheur se plaît à rappeler sur CNN que "pour porter la planète diamant, il faudrait une quantité d'or plus grande que la taille de la Terre pour lui faire un anneau". 

Par ailleurs, la planète se trouve à 4 000 années lumière de la Terre, et les astronomes estiment qu'elle est bien trop loin pour que l'on puisse songer à y effectuer des forages. Dommage pour les joailliers qui se voyaient déjà faire fortune grâce au "diamant d'étoile, une pierre royale pour une fiancée idéale !"

Selon les chercheurs, la planète diamant était à l'origine une étoile. Une fois morte, la pression environnante – environ 25 fois plus forte que celle de la Terre – aurait cristallisé l'astre de sorte que l'étoile serait devenue une planète diamantifère en orbite autour d'un pulsar milliseconde.

De telles manifestations spatiales ne sont pas rares dans la galaxie. Néanmoins, c'est la première fois qu'elles ont pu faire l'objet d'une étude concrète.

De l'eau dans le vide

water vapor
Modélisation du quasar noyé dans le nuage de vapeur d'eau © NASA/ESA

Autre phénomène remarquable, les chercheurs ont mis au jour de gigantesques nuages de vapeur d'eau flottant... dans l'espace ! La dernière découverte date du mois de juillet 2011, les astronomes ayant révélé la présence de la plus grande masse d'eau de l'univers à quelques 10 milliards d'années lumière de la Terre.

Situé aux abords d'un quasar, ce nuage renferme pas moins de 140 trillions de fois la masse totale de l'eau présente dans les océans de notre planète. Bonjour le raz-de-marée...

Selon les scientifiques, le quasar autour duquel s'est formée la masse d'eau est une galaxie dont le centre est un gigantesque trou noir qui se nourrit de la masse compact qui l'entoure et produit ainsi beaucoup d'énergie. Ce sont donc ces conditions particulières qui justifieraient la présence d'un tel nuage dans l'espace.

Par ailleurs, il a ainsi été possible de calculer que le quasar en question est à peine plus jeune que le Big Bang puisqu'il se serait formé 1,6 milliards d'années après la création de l'univers. C'est à ce jour la manifestation spatiale la plus ancienne qui nous ait été donnée d'étudier.

2011, l'année de la conquête intergalactique

Parler de l'univers aujourd'hui, c'est encore s'attaquer à un sujet très abstrait dans l'esprit d'une population dont le référent est notre système solaire. Imaginer d'autres galaxies, des trous noirs ou des astres dont le rayon équivaut à 2 000 fois celui du Soleil peut rapidement donner le vertige. Sans parler de distances qui se comptent en milliards de milliards de kilomètres...

Toutefois, ces ordres de grandeurs démentiels n'ont jamais été un frein aux recherches spatiales et l'année 2011 a été très fructueuse en termes de découvertes. 

Au début du mois de septembre, les astronomes ont ainsi repéré plus de 50 exoplanètes d'un seul coup dont une super-terre potentiellement habitable. Il s'agit là d'une découverte exceptionnelle puisque c'est la première fois qu'un chercheur met le doigt sur une planète où la vie pourrait se développer de la même façon que sur la Terre.

Baptisée Gliese 581d et située à 20 années lumière, cette super-terre est environ 7 fois plus massive que la Terre et possède un climat favorable à la présence d'eau et au développement de la vie. Il y fait assez "chaud au point de permettre la formation d'océans, de nuages et de pluie", explique le CNRS

gliese
Le système solaire de Gliese 581d comparé au nôtre © Zina Deretsky, National Science Foundation

"Au cours des dix à vingt prochaines années, nous devrions avoir la première liste de planètes potentiellement habitables", rassure Michel Mayor, co-découvreur de la première exoplanète en 1995.

Les films catastrophes nous ont toujours présentés comme victimes de l'invasion extraterrestre. Mais à cette allure, il est fort probable que nous endossions ironiquement le rôle de l'envahisseur !

Annonces Google