Fin du monde : les théories plausibles Des risques élevés pour l'homme si rien ne change

Une étude récente faite par Robert Kopp et son équipe de l'université de Princeton fait état d'une hausse du niveau de la mer de 6,6 à 9,4 m. On est loin des 50 cm du GIEC ! Pour eux, la Terre deviendra, d'ici un siècle, identique à celle d'il y a 125 000 ans. Les conditions qui y régnaient étaient similaires et les océans plus hauts de 7 à 9 m.

Ce rapport dépasse de loin les prédictions les plus pessimistes du GIEC. Une autre étude effectuée par l'Institut de Technologie de Massachusetts (MIT) révèle que le niveau actuel des émissions mondiales de gaz carbonique est proche de 380 parties par millions (ppm). Si ce taux dépasse les 450 ppm, les catastrophes naturelles irréversibles commenceront à se faire sentir. Et si cette teneur augmente encore pour atteindre les 800 voire 1 000 ppm, les scientifiques sont incapables de savoir ce qu'il peut se produire.

Afin d'éviter de le savoir, mieux vaut réduire immédiatement les rejets de CO2 dans l'atmosphère, un point de vue que les politiques de ce monde ne semblent pas partager !