Fin du monde : les théories plausibles L'homme : son pire ennemi ?

une explosion nucléaire.
Une explosion nucléaire. © Sergey Nivens / Fotolia.com

Vous devez vous demander ce que les armes nucléaires viennent faire dans ce genre de dossier. Eh bien l'homme n'est-il pas celui qui peut causer sa propre perte ? Einstein lui-même su rapidement les dégâts irréversibles que pouvait créer son invention. Il fit tout ce qu'il pût pour prévenir les dirigeants du monde des dangers qu'ils encouraient à utiliser cette arme de destruction massive.

Les Japonais en firent la douloureuse expérience en 1945. Suite aux bombardements de Pearl Harbour, les Américains lâchent deux bombes A sur les villes de Nagasaki et d'Hiroshima. Résultat : 110 000 personnes tuées sur le coup par l'explosion, l'onde de choc, la chaleur et les incendies. A cela, s'ajoutent les nombreuses victimes mortes de cancers suites aux retombées radioactives. Le musée du mémorial pour la paix à Hiroshima avance le nombre de 140 000 morts rien que pour sa ville.

Une guerre nucléaire sans précédent fut évitée de justesse lors de la guerre froide. Au plus fort de la guerre au milieu des années 1970, les Américains avaient estimé le nombre de victimes soviétiques et américaines à 265 millions en cas d'emploi de bombes nucléaires entre les deux superpuissances. Une estimation qui fait froid dans le dos. La guerre froide terminée et l'arsenal nucléaire sensiblement réduit, les risques ne sont pas pour autant écartés. De nouveaux pays, surtout des dictatures, sont en train de développer des armes nucléaires à l'instar de l'Iran, la Corée du Nord et de la Lybie. L'Inde et la Pakistan, deux ennemis de longue date, sont également dotés de l'arme nucléaire. Tout cela ne laisse rien présager de bon.